Informatique : actualités


#381

Inconnu pour moi.

Le premier de la liste est Raspberry PI 3 avec une distro Linux pré-installé en gros. Voir une entreprise utiliser/vendre des choses open-source, je suis pas fan.

:sac:

Un Raspberry Pi 3 avec un boîtier, ca coûte ~50€. Donc il se prennent ~20 balles pour installer Linux (ultra simple à installer pour certaines distro).

EDIT : Ok donc c’est Xubuntu, c’est quand même super simple à installer dans mes souvenirs.


#382

:fapfap:


#383

NZXT se lance dans les cartes-mères ? http://www.hardware.fr/news/15340/nzxt-lance-une-carte-mere.html

:donj:


#384

LA même, tout en noir, sans LED. :fap2:
Mais c’est déjà très propre là. :heart:


#385

Tu veux dire comme sur la seconde photo de l’article ? :sac:


#386

:homerhide:

Je n’ai même pas remarqué qu’il y avait un lien dans le message putain… :arthur2:


#387

À propos de l’intelligence artificielle, la vraie, pas celle des jeux : https://www.diploweb.com/L-intelligence-artificielle-peut-elle-nous-gouverner.html

Long, mais diablement intéressant :norris: (non, pas twss, non)


#388

https://www.hardware.fr/news/15353/amd-realise-enfin-benefice-annuel.html

AMD a également annoncé hier ses résultats pour le quatrième trimestre 2017. Sur cette période, la société a réalisé un chiffre d’affaire de 1.480 milliard de dollars, en hausse de 34% par rapport à la même période l’année dernière. La société enregistre un bénéfice de 82 millions, des résultats légèrement supérieurs aux attentes des marchés.

Sur l’année 2017, AMD a réalisé un chiffre d’affaire de 5.329 milliards, en hausse de 25% par rapport à 2016. La société enregistre surtout pour la première fois depuis un moment un bénéfice net sur l’année, de 179 millions. AMD est également confiant sur 2018 s’attendant à une progression des ventes de plus de 10% (“double digit”).


#389

Ça paraît peu 179 millions de bénéfice net pour plus de 5 milliards de chiffre d’affaire.

C’est des chiffres normaux pour une société ? Je me rends pas bien compte.


#390

Bonne question, j’avoue que je ne sais pas trop non plus :huum:

@om4ever ?


#391

AMD a du lâcher beaucoup en R&D, c’est surtout la hausse du chiffre d’affaires qui doit être plus parlant et positif


#392

Retour sur l’impact des patchs Meltdown et Spectre qui avaient affolé le mois dernier : https://www.hardware.fr/focus/124/windows-10-meltdown-spectre-quel-impact-performances.html

En résumé

Etant donné l’importance de ces failles et la relative jeunesse des patchs, on restera assez prudent sur les conclusions à en tirer. En ce qui concerne Meltdown tout d’abord, les processeurs Intel récents qui disposent des instructions INVPCID (génération Haswell et supérieure) ne souffrent quasiment pas, dans notre protocole, du patch proposé aujourd’hui par Microsoft.

On note une très légère baisse de performances sur le test de compilation mais cela est assez faible pour que l’on puisse l’oublier. Dans les jeux, ou dans les accès disques, on ne note pas non plus de problème particulier, ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour les possesseurs de processeurs Intel “récents” (a partir d’Haswell).

Pour ceux qui disposent de processeurs Intel antérieurs a Haswell, le patch utilisé par Microsoft est annoncé comme plus coûteux et on peut le voir assez légèrement dans notre protocole. Certes, il y a un impact applicatif, mais il est restreint, de même pour les IO dans notre test ou l’impact semble assez léger.

Pour Spectre, même si le patch a été retiré depuis, voir son impact est intéressant. On note que dans notre protocole, les tests de compilation sont toujours ceux qui perdent le plus significativement. Au global sur les applications et les jeux, la perte moyenne est autour de 2.5%, significatif sans être pour autant aussi catastrophique que certains cas spécifiques que l’on a pu voir dans des solutions serveurs/virtualisées. Certains scénarios grand public, comme Sysmark utilisé par Intel, peuvent montrer des baisses plus importantes.

L’impact variera probablement en fonction de la dépendance aux IOPS, un sujet sur lequel la baisse est cette fois ci très nette dans nos tests et aligné avec les chiffres annoncés par Intel.

En pratique l’impact sur notre protocole est donc, globalement, assez mesuré et c’est assez logique : notre protocole applicatif utilise des applications qui profitent du multithreading et qui sont limitées par les performances des processeurs, et non pas a une dépendance aux IOPS comme peuvent l’être d’autres logiciels plus spécifiques (bases de données et diverses charges serveurs). Voir un impact léger dans notre protocole est donc assez logique même s’il n’est pas insignifiant dans le cas de Spectre.

On comprend au passage un peu mieux pourquoi Intel a fixé précisément à Haswell la limite des microcodes rendus disponibles pour Spectre, cela coïncide parfaitement avec la disponibilité de l’instruction INVPCID qui permet de limiter l’impact du patch Meltdown. Tester l’impact du patch Meltdown en mode High Overhead et du patch Spectre de manière conjointe (par exemple sur le Core i7-2600K) montrerait des pertes logiquement plus importantes. En ne proposant pas (encore) ces microcode, Intel a évité cela.

Reste qu’aujourd’hui, la situation du patch Spectre chez Intel est devenue particulièrement compliquée. Intel n’a plus communiqué depuis le 22 janvier sur l’état de développement de son nouveau microcode (si ce n’est pour acquiescer la semaine dernière le fait que Microsoft ait retiré son patch) qu’il pousse toujours comme la solution pour ses processeurs pour contrer correctement la faille Spectre.

Et… AMD ?

Notez que si nous nous attardons sur Intel, c’est en grande partie parce qu’aujourd’hui sous Windows, seul le patch Meltdown est actif (depuis le retrait du patch Spectre par Microsoft) et cette faille ne concerne pas AMD.

Pour ce qui est de Spectre, AMD estime pour rappel que “des différences entre son architecture [et celle de son concurrent] rend l’exploitation plus complexe”. Officiellement, AMD proposera des microcode… mais de manière optionnelle :

AMD will make optional microcode updates available to our customers and partners for Ryzen and EPYC processors starting this week. We expect to make updates available for our previous generation products over the coming weeks. These software updates will be provided by system providers and OS vendors; please check with your supplier for the latest information on the available option for your configuration and requirements.

Cette communication datait du 11 janvier. Pour le grand public, il n’y a pas à notre connaissance au moment ou nous écrivons ces lignes de microcode Ryzen public apportant le support “lourd” contre Spectre (Indirect Branch Prediction Barrier (IBPB), Indirect Branch Restricted Speculation (IBRS), Single Thread Indirect Branch Predictors (STIBP)) comme le faisaient les microcode proposés puis retirés par Intel.

La semaine dernière, AMD a publié un whitepaper (PDF) dans lequel il décrit diverses manières de limiter l’impact des failles Spectre. Et si la méthode “lourde” y est abordée (MITIGATION V2-4), la conclusion du whitepaper danse également autour du sujet :

AMD is aligned with the x86 community that V1-1 (lfence) is the preferred variant 1 software solution and that the V2-1 (retpoline) is the preferred variant 2 software solution. AMD continues to evaluate opportunities for new mitigations in both the x86 ISA and micro-architecture for future AMD processors.

D’un point de vue de l’impact sur les performances, il n’y a pas de débat sur le fait que retpoline (return trampoline), cette technique proposée par Google qui modifie les compilateurs pour contourner le problème est de loin la meilleure. Le problème est de savoir si elle est applicable en pratique (il faut recompiler le système d’exploitation et les applications, envisageable sous Linux, moins sous Windows pour la seconde partie, sans parler de la problématique des malwares) et suffisante (est-il possible de contourner retpoline sur certaines architectures ?), et pour ce second point, on rentre dans les détails internes des architectures sur lesquels les constructeurs ne communiquent habituellement jamais.

Comme le pointe Google dans son document présentant retpoline, il existe certaines situations ou l’on pourrait contourner la protection sur certains processeurs.

For example, on x86 the RSB or RAS define fixed capacities. Behavior with exhausted return stack predictors is not well-specified, which means we must potentially avoid underflow. For example, in the case that the hardware chose to instead turn to another predictor. To prevent this, in some cases it may be necessary to “refill” the return stack to guarantee that underflow cannot occur. (See the appendix for an example.)

Les lignes en gras pointent un problème spécifique rencontré par Skylake et ses dérivés qui rend l’utilisation de retpoline beaucoup plus complexe sur ces familles de processeurs. Il existe de multiples cas ou Skylake réclame des protections additionnelles, un débat qui a lieu publiquement sur la mailing list de développement du noyau Linux (LKML, voir cet exemple ici).

On comprend donc aussi la situation compliquée dans laquelle s’est mis Intel avec ses microcode. Si AMD estime (à tort ou à raison, les détails non publics ne nous permettent pas de juger) qu’il n’est pas nécessaire pour ses architectures de déployer des microcode implémentant les méthodes lourdes pour Spectre, Intel se retrouvera significativement désavantagé. Et on voit mal le constructeur faire un retour en arrière en indiquant que finalement, ces microcode ne servent à rien et ne seront rendus disponibles que de manière optionnelle.

Intel a d’ailleurs poussé assez fortement pour que les méthodes IBRS/IBPB/STIBP, pourtant poussées dès le début comme “la bonne solution”, ne soient implémentées que de manière optionnelle dans le noyau Linux (avec possiblement une exception pour Skylake, cf plus haut).

Le développement des patchs IBRS/IBPB/STIBP est encore en cours de développement (voir ici ) sous Linux, retpoline ayant été préféré à court terme, et il est trop tôt pour savoir quelle méthode sera nécessaire sur chaque architecture en pratique. Il sera intéressant de voir comment réagira Microsoft en fonction de ce qui se passe sur les OS concurrents.

Une situation qui risque qui plus est d’évoluer au fur et a mesure ces failles seront exploitées par divers malwares, quelque chose qui ne semble pas encore être le cas même si les variantes des Proof of Concept publiées en début d’année se multiplient actuellement.

Au final il n’y a qu’une chose dont nous sommes surs, nous sommes loin de la fin du feuilleton de ces failles de sécurité…

Heureusement que c’est un résumé dites donc :obama2:

TL;DR : impact pour le moment négligeable sur les processeurs récents sous Windows 10. Et pour les + anciens il est assez limité.


#393

Réflexion sur GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) :

Très intéressant :clarkson:
C’est effarant de voir comment ces entreprises ont réussi à impacter l’économie et donc la politique.


#394

AMD lance 2 nouveaux processeurs, avec chipset graphique intégré : https://www.hardware.fr/news/15356/amd-lance-apu-ryzen-5-2400g-ryzen-3-2200g.html

:yaay:

Nous aurons l’occasion de revenir en détail sur les performances de ces APU dans la semaine, les intempéries ayant perturbé certaines livraisons. Nous pouvons vous dire en attendant que sans surprise, le Ryzen 5 2400G se place dans la gamme du constructeur au dessus d’un Ryzen 5 1400 sur le plan des performances CPU pures, quelque chose qui ne surprendra personne étant donné les caractéristiques proches (le Ryzen 5 1400 ne disposant que de 4 Mo de cache L3, mais de fréquences moindres). Le Ryzen 3 2200G se plaçant au dessus du Ryzen 3 1200. Côté graphique, le peu de changements apporté par Intel dans ses IGP facilite forcément la tâche au GPU Vega côté compétition. Nous verrons cela plus en détails.

C’est bien entendu la présence d’une partie graphique qui distinguera ces puces car côté tarifaire, AMD ne fait pas payer particulièrement cher la présence de ce GPU intégré, les puces étant annoncées respectivement à 169 et 99 dollars ce qui devrait les placer au niveau (ou légèrement au dessus) des Ryzen 5 1400 et Ryzen 3 1200 justement.

Rendez vous dans le courant de cette semaine pour plus de détails sur leurs performances.


#395

Samsung qui montre un SSD de 30To. :hoho:


#396

https://www.hardware.fr/news/15359/ssd-30-72-to-samsung.html
Et en lien tu apprends que Seagate avait déjà sorti un prototype à 60To en 2016 : https://www.hardware.fr/news/14735/seagate-montre-ssd-60-to.html :obama2:

J’ose même pas imaginer le tarif :hoho:
Encore moins ton état après un crash causant perte de toutes les données :pls:


#397

Test des 2 premiers APU AMD par HFR : https://www.hardware.fr/articles/973-1/amd-ryzen-5-2400g-ryzen-3-2200g-apu-retour.html


Consommation : https://www.hardware.fr/articles/973-5/consommation-efficacite-energetique-cpu.html et https://www.hardware.fr/articles/973-21/gpu-integre-consommation-efficacite-graphique.html
Je ne mets pas les graphiques, on va s’y perdre ^^
Grosso-modo on est sur les bases Ryzen, sans surprise donc. Intel fait donc toujours mieux dans ce domaine malgré des progrès d’AMD.




Héritée de la fusion AMD/ATI, la stratégie des APU a toujours été complexe à exécuter pour AMD, proposant en général un niveau de performance CPU insuffisant et un niveau GPU certes plus élevé que la concurrence, mais pas forcément significatif pour un usage en jeu dans des conditions confortables.

Avec les Raven Ridge AMD corrige sans trop de problème le premier point historiquement noir des APU, le niveau de performance applicatif est nettement relevé. On retrouve peu ou prou les performances des Ryzen 3 1200 et Ryzen 5 1400 avec ces 2200G et 2400G. Une nomenclature relativement bien faite donc et, à part cette peu compréhensible contre-performance notée dans GCC, nous n’avons pas grand-chose à reprocher à ces puces sur ce plan. Ces APU bénéficient pour ne rien gâcher d’un positionnement tarifaire agressif, quasi sans surcoût pour la partie GPU, et profitent notamment de l’absence de cartes mères abordables du côté des Coffee Lake, seul le Z370 étant disponible à ce jour. Et par rapport à l’offre Kaby Lake, toujours en vente, les APU Ryzen n’ont pas à rougir battant tout deux facilement un Core i3-7350K, vendu au prix d’un 2400G.

On pourrait donc considérer que la partie graphique Vega ajoutée à ces APU est presque un bonus. Et si Vega n’a pas forcément convaincu dans les modèles 56 et 64, pour cet usage à fréquence plus réduite, le résultat est tout à fait correct. Certes, la concurrence est inexistante, Intel n’ayant pas mis à jour ses IGP « Gen9 » depuis des lustres, mais face aux cartes graphiques d’entrée de gamme, le résultat est aussi satisfaisant.

En pratique le Vega 11 du 2400G talonne la GT1030 de Nvidia et la RX 550 d’AMD, ce qui à la vue du prix de cet APU mériterait de voir un repositionnement de ces cartes graphiques qui semblent bien chères pour le niveau de performances qu’elles proposent. D’autant que, on l’a vu avec l’ajout de la GTX 1050 dans nos tests graphiques, quitte à intégrer une carte additionnelle on peut pour quelques dizaines d’Euros supplémentaires disposer d’un vrai gain, les performances étant quasi doublées.

Avec des prix annoncés autour de 99 et 169 dollars HT et à peu près la même chose en euros TTC en pratique, les Ryzen 3 2200G et Ryzen 5 2400G satisferont donc ceux qui souhaitent monter une machine à prix réduit tout en disposant d’un niveau de performance suffisant côté CPU et GPU, y compris pour faire tourner les jeux modernes. Cela ne se fera certes pas sans concessions sur la qualité graphique et/ou le framerate, mais le résultat sera sans commune mesure avec ce que l’on peut obtenir avec l’offre concurrente ou la génération précédente. Une polyvalence assez bienvenue et qui montre qu’après tant d’années, les APU atteignent enfin leur cible !

TL;DR : :fap2:


#398

:laporte:


#399

Ça n’a pas l’air très pratique quand même, faudrait plutôt inventer une sorte de planche où tu as toutes les lettres et les chiffres et quand on tape dessus ça retranscrit instantanément le caractère tapé :huum:


#400

Les Ryzen auraient aussi des failles de sécurité ? https://www.hardware.fr/news/15366/failles-securite-specifiques-aux-ryzen.html

L’article est long et assez technique ; si je comprends bien il n’y a pas grand risque en réalité et il y a quelques doutes sur l’entreprise qui a repéré ces supposées failles.


Suivre @iunctisFR sur Twitter - Mon Discourse - Programme Partenaire amazon.fr : Amazon Prime - Amazon Prime Video - Amazon Audible