đŸ“ș News et discussions

Source: le jdd

Source: le parisien

Into the Badlands (Saison 2)

Avec l’ouverture vers les vastes dĂ©cors irlandais, j’avais espoir que les ambitions du rĂ©cit grandissent aussi, mais le dĂ©but de saison me laisse sur ma faim, on est habituĂ© au style de la sĂ©rie, donc il n’y a plus de temps d’adaptation, mais le dĂ©but est un peu mou malgrĂ© tout.

Curieusement, c’est avec le premier, et seul Ă©pisode, sans Daniel Wu que la saison dĂ©colle. L’épisode 4 est le plus rĂ©ussi depuis le dĂ©but de la sĂ©rie avec une rĂ©union entre les barons qui tourne Ă  peu prĂšs comme on pouvait l’imaginer. De la baston, du sang, des morts Ă  la pelle. C’est une rĂ©ussite.

AprĂšs ça, on a une poignĂ©e d’épisodes un peu en-dedans mais qui sont souvent une conclusion rĂ©ussie et qui donne envie de lancer vite le suivant, mais on ne retrouve pas cette saveur de l’épisode 4. Mais les trois Ă©pisodes finaux (8-9-10) relĂšvent le niveau. La sĂ©rie embrasse totalement l’absence totale de race des barons qui se trahissent les uns les autres, on a une succession de twists comme on a dans des sĂ©ries B qui s’assument qui Ă  dĂ©faut de faire sens parfois ont le mĂ©rite de dynamiser totalement le rĂ©cit. On passe donc un bon moment, parfois on fait un eye roll de malade devant une dĂ©cision stupide, mais on ne s’ennuie pas au moins.

En bref, aprĂšs un dĂ©but de saison un peu poussif, la sĂ©rie a trouvĂ© son style, c’est parfois n’importe quoi, mais ça a le mĂ©rite d’ĂȘtre divertissant, la sĂ©rie gagne Ă  se prendre un peu moins au sĂ©rieux par moments.

Source: les inrockuptibles