đŸ‡«đŸ‡· AS Monaco

Il est discret le sponsor avec sa police taille 732

3 « J'aime »

https://twitter.com/FabrizioRomano/status/1809548847879696418

asm.PNG

Source: l’Equipe

image

1 « J'aime »

re

5 « J'aime »

25M€ (bonus inclus), c’est pas donnĂ© quand mĂȘme pour un club obligĂ© de vendre en L2.

Je le trouve bon, mais il surfe pas mal sur la hype du moment ! Certes il fait 3/4 bons mois avec Metz et un bel Euro, mais la saison passĂ©e c’est 16M€ Ă  l’Ajax et au final c’est considĂ©rĂ© comme un Ă©chec de transfert. Et finir par faire une telle plus-value, bravo Metz !

Il a fait traüner un moment alors que tout le monde savait qu’il signerait à Monaco.

Pour sa dĂ©fense, Ă  l’ajax le coach ne le voulait pas, l’a baladĂ© sur tous les postes offensifs et a finalement peu jouĂ©.

AprĂšs, en tant que supporter de Monaco, il a intĂ©rĂȘt Ă  avoir le mĂȘme rendement qu’à Metz sinon c’est un Ă©chec coĂ»teux.

Apparemment, pour la seconde fois, c’est finalement pas fait. :hoho:

1 « J'aime »

J’en doute pas qu’il s’imposerait parfaitement dans un club comme Montpellier ou Metz. Par contre Ă  voir Ă  Monaco ! Je disais pareil avec l’OL, je trouvais ça assez « juste Â» de l’avoir comme titulaire en cas de dĂ©part de Lacazette. Dans tous les cas le mec connait le championnat et il devrait s’adapter rapidement, mais Ă  voir avec la concurrence qu’il a au mĂȘme poste Ă  Monaco.

Quelqu’un aurait l’article en entier ?

Pour faire simple, Ben Yedder est un assistĂ© complet depuis l’enfance, il a du mal dans les relations avec l’autre sexe, son agent le savait et a surement tentĂ© d’en profiter pour l’escroquer. Et lui se retrouve la queue entre les jambres, sans agent, avec une rĂ©putation salie sans qu’on sache si c’est justifiĂ© et en bonus son portefeuille a visiblement Ă©tait bien allĂ©gĂ© par des personnes peu recommandables.

Je te fais des screens dans la soirée :hoho:

1 « J'aime »

:jlm4:

image

1 « J'aime »

https://twitter.com/FabrizioRomano/status/1811829302012285037

1 « J'aime »

Bonne lecture

Avec autant de personnes dans la confidence, il Ă©tait Ă©vident que le secret serait un jour Ă©ventĂ©. Que le dossier ressurgirait tel un boulet aux jambes d’un des attaquants français les plus prolifiques encore en activitĂ©. L’histoire, sur laquelle L’Équipe enquĂȘte depuis des mois, est particuliĂšrement nĂ©buleuse. En fĂ©vrier 2023, conseillĂ© par son entourage, dont son agent, le trĂšs influent MeĂŻssa N’Diaye, Wissam Ben Yedder a acceptĂ© de payer 1,6 million d’euros pour qu’une jeune femme renonce Ă  porter plainte contre lui.

Totalement secret, l’accord a Ă©tĂ© habillĂ© par des avocats, parmi lesquels l’ancien avocat du prince Albert, pour qu’il ne laisse aucune trace. Le transfert de fonds a eu lieu vers l’étranger, sous de faux prĂ©textes, via la sociĂ©tĂ© professionnelle de l’attaquant monĂ©gasque et le compte bancaire d’un ancien dirigeant de l’AS Monaco, JĂ©rĂŽme de Bontin, puis justifiĂ© a posteriori par une facture suspecte de « droit Ă  l’image » afin que les banques ne tiquent pas devant ce virement douteux


Une pression intense

L’affaire remonte Ă  septembre 2022. Wissam Ben Yedder aspire Ă  faire partie de la liste des Bleus pour la Coupe du monde au Qatar. L’attaquant et capitaine de l’ASM a plantĂ© 25 buts en 2021-2022, finissant juste derriĂšre Kylian MbappĂ© au classement des meilleurs buteurs de Ligue 1. En juin, il Ă©tait titulaire avec les Bleus en Croatie (1-1), sa dix-neuviĂšme et derniĂšre sĂ©lection (pour 3 buts). Son dĂ©but de saison est cette fois-ci poussif : il enchaĂźne sept matches sans marquer et mi-septembre, en annonçant son groupe pour deux matches de Ligue des nations, Didier Deschamps lui prĂ©fĂšre Christopher Nkunku.

Son agent, MeĂŻssa N’Diaye, lui envoie alors deux prĂ©parateurs physiques chargĂ©s de veiller sur sa condition sportive et sa diĂ©tĂ©tique. Le premier, Sallo F., est un ancien basketteur inconnu du grand public. Le second, Ed C. (c’est un pseudo), travaille avec de nombreux sportifs, dont plusieurs athlĂštes de MeĂŻssa N’Diaye, comme le footballeur Benjamin Mendy. Ed C. poste rĂ©guliĂšrement sur ses rĂ©seaux sociaux ses entraĂźnements particuliers avec des stars et ses recettes de cuisine Ă©quilibrĂ©e.

À l’époque, Wissam Ben Yedder n’est pas au mieux psychologiquement. Un influenceur vivant Ă  DubaĂŻ, Marc Blata, sous le coup de plusieurs enquĂȘtes en France, a publiĂ© une vidĂ©o prĂȘtant au footballeur des infidĂ©litĂ©s. L’attaquant a depuis des problĂšmes conjugaux. Il sort, boit. La pression est intense.

Le dimanche 18 septembre 2022, il ouvre enfin son compteur buts face Ă  Reims. « Je ne suis alors pas dans la meilleure version de moi-mĂȘme, confie le joueur, qui a acceptĂ© de rĂ©pondre aux questions de L’Équipe, accompagnĂ© de sa soeur aĂźnĂ©e. J’avais un objectif : faire la Coupe du monde. Mais c’était trop de perturbations. Blata, la prĂ©paration physique, etc. C’était trop. Des fois, je regardais la tĂ©lĂ©, Ed C. me disait : « Bro, il faut aller dormir. Â» J’avais l’impression d’ĂȘtre en internat. »

« Je trouve ça bizarre, On est tout juste arrivĂ©s chez moi qu’elles Ă©voquent dĂ©jĂ  de l’argent par message »

Wissam Ben Yedder

Le 21 septembre 2022, pour Ă©vacuer la pression, Ben Yedder, Sallo et Ed C. sortent dans un bar trĂšs branchĂ© de Monaco, La Rascasse, frĂ©quentĂ© par de nombreuses cĂ©lĂ©britĂ©s. Les trois hommes y rencontrent Cindy et Olivia (les prĂ©noms ont Ă©tĂ© changĂ©s), deux jeunes femmes de nationalitĂ© Ă©trangĂšre parlant Ă  peine français et vivant sur la CĂŽte d’Azur. Le groupe sympathise et prolonge la soirĂ©e dans l’appartement d’une des filles. Wissam Ben Yedder, qui ne parle pas anglais, assure avoir flirtĂ© avec Olivia dans la cuisine de l’appartement, avant d’en sortir, accompagnĂ© de Cindy, avec laquelle il aurait dĂ©butĂ© une relation sexuelle - consentie dit-il - Ă  l’extĂ©rieur pendant que les autres discutaient dans le studio.

Le footballeur aurait alors senti une tension, Cindy aurait criĂ© et serait remontĂ©e dans l’appartement. Des conversations animĂ©es auraient ensuite dĂ©butĂ© en anglais. Mais Wissam Ben Yedder maĂźtrisant trĂšs mal cette langue, affirme ne pas avoir compris la nature exacte des Ă©changes. La version des faits du joueur est celle d’un flirt puis d’un rapport pleinement consenti, mais les deux filles en ont visiblement une autre, car, sur le chemin du retour en voiture, Ed C. affirme au footballeur qu’elles vont « porter plainte », relate Ben Yedder.

« Je trouve ça bizarre, confie-t-il aujourd’hui. On est tout juste arrivĂ©s chez moi qu’elles Ă©voquent dĂ©jĂ  de l’argent par message. » Ed C. aurait alors affirmĂ© qu’il fallait « arranger les choses », toujours selon le rĂ©cit de l’attaquant. Le lendemain matin, ils seraient repartis discuter avec Olivia dans son appartement, Cindy n’est alors pas prĂ©sente dans la piĂšce. « Olivia dit que Cindy n’est pas bien, qu’il faut de l’argent. Je me sens coincĂ© », affirme l’attaquant.

Dans plusieurs messages envoyĂ©s Ă  Ed C., que L’Équipe n’a pas pu dater avec prĂ©cision, mais qui auraient Ă©tĂ© rĂ©digĂ©s dans les heures qui suivent les faits, selon une source proche du dossier, Olivia suggĂšre en effet de rĂ©gler l’affaire financiĂšrement : « All together, with what happened to her and me, she would be satisfied with 3/4, and that’s it », lit-on (« Tout compris, avec ce qui nous est arrivĂ© Ă  elle et moi, elle serait satisfaite avec 3/4. Et on en reste lĂ  »). 300 ou 400 000 euros ? 3 ou 4 millions ? Les Ă©changes sont flous.

Le joueur refuse de payer

Olivia assure qu’un tel arrangement permettrait d’éviter Ă  Wissam Ben Yedder un Ă©norme scandale (« huge public deal »). Ce dernier refuse de payer. ContactĂ©e, Olivia n’a pas rĂ©pondu Ă  nos sollicitations, tout comme Cindy, qui a temporairement supprimĂ© son compte Instagram aprĂšs notre premier message.

Wissam Ben Yedder assure l’avoir ignorĂ© le soir des faits, mais toutes deux sont Ă  l’époque des joueuses de l’AS Monaco Football FĂ©minin (ASM FF), l’équipe fĂ©minine de RĂ©gional 1, gĂ©rĂ©e par une association depuis des annĂ©es et qui n’appartient pas Ă  Dimitri Rybolovlev. C’est un fonds d’investissement de Chicago, Peak6, reprĂ©sentĂ© en France par l’homme d’affaires franco-amĂ©ricain JĂ©rĂŽme de Bontin, ancien prĂ©sident de l’AS Monaco (2008-2009), qui a investi Ă  l’étĂ© 2021 dans la section fĂ©minine, au point d’en devenir l’actionnaire majoritaire.

« On a des discussions avec Brahim. Je lui dis que je ne veux pas payer. J’ai l’impression d’ĂȘtre menacĂ©. Brahim (Kinane, son gestionnaire de fortune) me rĂ©pond qu’il faut prendre les devants sur les trucs comme ça »

Wissam Ben Yedder

Objectif : professionnaliser l’équipe et la propulser dans l’élite de la D1 Arkema. Pour Peak6, qui a dĂ©jĂ  tentĂ© sans succĂšs par le passĂ© de racheter Saint-Étienne et Bordeaux, il s’agit peut-ĂȘtre Ă©galement de mettre un pied sur le Rocher en vue d’acquĂ©rir l’AS Monaco quand le club arrivera sur le ­marchĂ©. JĂ©rĂŽme de Bontin, est un « ami » du prince Albert, qu’il a connu quand ils Ă©taient tous deux Ă©tudiants Ă  l’Amherst College, dans le Massachusetts au carrefour des annĂ©es 1970-1980. Il se dit « trĂšs bon ami de Monaco ».

Wissam Ben Yedder, mariĂ© fin 2021 et papa depuis la mi-mai 2022, ne va pas parler immĂ©diatement de cette histoire Ă  ses proches ni Ă  son agent, qui va l’apprendre de la bouche d’Ed C. AprĂšs les accusations de viol portĂ©es Ă  l’étĂ© 2021 contre Benjamin Mendy (il a depuis Ă©tĂ© blanchi par la justice britannique), l’un de ses joueurs phares, voilĂ  qu’un autre de ses footballeurs vedettes connaĂźt le mĂȘme sort. Et ce, Ă  quelques semaines du Mondial


Selon un proche du dossier, MeĂŻssa N’Diaye aurait alors demandĂ© Ă  un de ses hommes de confiance de s’en occuper, un certain Brahim Kinane, gĂ©rant de la sociĂ©tĂ© Placetude Patrimoine, et gestionnaire de fortune de Ben Yedder et de plusieurs autres footballeurs. Brahim Kinane n’a aucune existence publique ou presque.

Sa non-sélection au Mondial, « un coup psychologiquement »

En poussant les recherches, on dĂ©couvre qu’avec MeĂŻssa N’Diaye, il a possĂ©dĂ© une sociĂ©tĂ©, Twin’s Holding, dans laquelle ils avaient fait entrer au capital le footballeur William Vainqueur, et qui, semble-t-il, a dĂ©tenu un temps des participations dans des fast-foods bas de gamme Ă  Choisy et Ă  Orly, dans le Val-de-Marne. Brahim Kinane a aussi donnĂ© une interview Ă  Michel Denisot, fin juin 2024, sur la chaĂźne B Smart, dans laquelle il annonce son association avec un autre gestionnaire de patrimoine, CG Finance.

Il raconte accompagner une trentaine de « familles de sportifs », pour lesquelles il est disponible « au quotidien, sept jours sur sept, nuit et jour pour eux - car dans le monde du sport c’est tout, tout de suite ». Son profil ? « L’éthique et les valeurs avant l’argent, la rĂ©silience Ă  toute Ă©preuve », dĂ©clare-t-il. « On a des discussions avec Brahim. Je lui dis que je ne veux pas payer. J’ai l’impression d’ĂȘtre menacĂ©. Brahim me rĂ©pond qu’il faut prendre les devants sur les trucs comme ça », assure Wissam Ben Yedder.

« Tout ce dont j’ai rĂȘvĂ©, c’est de jouer le Mondial. À la place, je le regarde Ă  la tĂ©lĂ©. Vous prenez un coup mentalement et psychologiquement. J’étais perdu »

Wissam Ben Yedder

L’attaquant jure que MeĂŻssa N’Diaye lui aurait dit plus tard que « ça commen[çait] Ă  se savoir Ă  Monaco, que c’est remontĂ© Ă  ses oreilles ». Brahim Kinane n’a pas voulu nous rĂ©pondre : « Je ne vous connais pas. Notre mĂ©tier est rĂ©gi par la confidentialitĂ© renforcĂ©e. » Fin 2022, pendant des semaines, Wissam Ben Yedder assure ĂȘtre restĂ© sourd Ă  tout paiement. Sur le terrain, il ne semble pas pour autant affectĂ©, plantant sept buts et dĂ©livrant deux passes dĂ©cisives sur le seul mois d’octobre.

Mais en novembre, douche froide : le footballeur n’est pas sĂ©lectionnĂ© en Ă©quipe de France. Ben Yedder sĂ©journe Ă  DubaĂŻ pendant la trĂȘve, tout prĂšs du Qatar, prĂȘt Ă  sauter dans un avion au cas oĂč. Le 14 novembre, au dernier moment, c’est Marcus Thuram que Deschamps appelle pour en faire son vingt-sixiĂšme homme. « Je ne me sens pas infĂ©rieur Ă  Thuram. Je crois que j’avais ma place. Mais je sens qu’il y a un truc qui bloque », raconte Ben Yedder.

Le lendemain, Christopher Nkunku se blesse. Mais une nouvelle fois, l’appel ne vient pas et le MonĂ©gasque reste sur le carreau. Randal Kolo Muani est choisi Ă  sa place. Le 20 novembre, rebelote : alors que Benzema, de retour de blessure, est forfait, Deschamps dĂ©cide de ne pas remplacer le Ballon d’Or en titre. Les semaines s’enchaĂźnent. « Tout ce dont j’ai rĂȘvĂ©, c’est de jouer le Mondial. À la place, je le regarde Ă  la tĂ©lĂ©. Vous prenez un coup mentalement et psychologiquement. J’étais perdu », confie Ben Yedder.

La solution du protocole transactionnel

« Depuis, ce n’est plus la mĂȘme personne. Il a tournĂ© le dos Ă  tout le monde », dĂ©plore-t-on dans son premier cercle d’alors. Le joueur continue nĂ©anmoins Ă  empiler les buts en Ligue 1 mĂȘme s’il perd du temps de jeu et que les relations avec son coach, le Belge Philippe Clement, sont parfois houleuses. Les nĂ©gociations avec « Cindy », elles, se poursuivent. Brahim Kinane a mis sur le coup un pĂ©naliste parisien, maĂźtre Yann Le Bras. L’avocat est connu dans le milieu - il est Ă  l’époque le conseil de Booba et dĂ©fend la famille de Federico Martin Aramburu, le rugbyman argentin tuĂ© en plein Paris en mars 2022 par un militant d’ultradroite.

La jeune footballeuse, elle, s’est attachĂ©e les services d’un cabinet d’avocat parisien et pas n’importe lequel : celui de Thierry Lacoste, ancien avocat du prince Albert (il ne l’est plus aujourd’hui aprĂšs une sĂ©rie de scandales). Wissam Ben Yedder assure ne pas avoir Ă©tĂ© tenu au courant de ces discussions. « Pourquoi payer alors mĂȘme qu’il n’y a plus de pression, que la Coupe du monde est passĂ©e ? », s’interroge-t-il. « Comme vous pouvez l’imaginer, notre intervention est couverte par le secret professionnel. Je suis dĂ©solĂ© de ne pouvoir rĂ©pondre Ă  vos questions sur ce sujet », nous Ă©crit maĂźtre Lacoste.

À une date dont il ne se souvient plus, mais dont il pense qu’elle se situe autour du mois de janvier, le joueur aurait alors reçu un appel de son gestionnaire de fortune, lui disant de se rendre Ă  un rendez-vous, deux heures plus tard, au Monte-Carlo, un hĂŽtel 5 Ă©toiles au coeur de Monaco. Ben Yedder s’y rend avec un de ses frĂšres, « en Lamborghini », se souvient-il. Yann Le Bras l’attend devant l’établissement et l’international tricolore le suit seul dans une chambre d’hĂŽtel.

L’avocat aurait alors branchĂ© une visio avec Brahim Kinane pour expliquer ses options au joueur. La robe noire aurait Ă©voquĂ©, lors de cet entretien, la possibilitĂ© de porter plainte mais lui aurait recommandĂ© la solution du protocole transactionnel. Une somme est Ă©voquĂ©e, nĂ©gociĂ©e depuis des semaines avec les reprĂ©sentants de Cindy et Olivia : 1,6 million d’euros. Le footballeur assure ĂȘtre reparti du rendez-vous sans avoir signĂ© aucun document ce jour-lĂ . MaĂźtre Le Bras ne nous a pas rĂ©pondu.

Le 7 fĂ©vrier 2023, une nouvelle affaire Ă©clate : le footballeur risque une peine de prison avec sursis pour avoir fraudĂ© le fisc espagnol, rĂ©vĂšle le journal madrilĂšne AS. L’attaquant a suivi de trĂšs loin ce contentieux, gĂ©rĂ© par Kinane, avec un avocat français, RhadamĂšs Killy (qui le conseillait dans d’autres dossiers de droit Ă  l’image, notamment) et un juriste espagnol.

« Je le convaincs de payer car j’ai confiance en son agent et j’ai peur pour mon frĂšre »

La soeur aßnée de Wissam Ben Yedder

Mais sa rĂ©putation est atteinte. Ben Yedder se livre Ă  sa soeur : « Wissam m’appelle au milieu de la nuit, raconte son aĂźnĂ©e, trĂšs Ă©mue. Il est trĂšs perturbĂ©. Il me dit qu’il a mal au ventre. Il me raconte tout. Il me dit que tout le monde, dans son entourage, lui demande de payer. Je lui dis : « Non, quand on n’a rien fait, on ne paye pas. Â» (
) Je lui dis : « Est-ce qu’on t’a proposĂ© de porter plainte ? Â» Il a peur que son Ă©pouse le quitte. » Mais les choses s’accĂ©lĂšrent. MeĂŻssa N’Diaye appelle Wissam Ben Yedder : « Si tu ne payes pas, demain les filles vont porter plainte », lui aurait-il dit.

L’agent aurait ensuite discutĂ© avec sa soeur aĂźnĂ©e : « Il me disait que Wissam allait avoir des problĂšmes, qu’il risquait de se retrouver en prison. Il Ă©voque Benjamin Mendy. Il dit aussi que Wissam ne sait pas trĂšs bien s’exprimer », selon le rĂ©cit de cette derniĂšre. Sous-entendu : il aurait du mal Ă  se dĂ©fendre en justice. « Il me dit : « Parle Ă  ton frĂšre. Â» Je raccroche et j’appelle Wissam. Il me rĂ©pĂšte qu’il n’a rien fait (
) Je m’en suis voulu mais je lui ai dit : « Paye. Â» Je le convaincs de payer car j’ai confiance en MeĂŻssa et j’ai peur pour mon frĂšre. Et c’est lĂ  qu’il me dit : « OK. Â» Jusque-lĂ , il refusait complĂštement. »

Le lendemain, Wissam Ben Yedder a rendez-vous au Fairmont, autre hĂŽtel monĂ©gasque. Sa soeur aĂźnĂ©e lui a donnĂ© pour consigne de repartir impĂ©rativement avec une copie du document signĂ©. « Je vois un type maigre et fin, ce n’est pas Le Bras », observe Ben Yedder. Il s’agirait en rĂ©alitĂ© d’un de ses collaborateurs. L’attaquant paraphe le protocole mais repart les mains vides : l’exemplaire doit ĂȘtre sĂ©questrĂ© au cabinet de maĂźtre Le Bras, lui explique-t-on.

Le « deal » prĂ©voit en Ă©change de la somme de 1,6 million d’euros et une stricte confidentialitĂ©, la renonciation Ă  toute action en justice. En clair : c’est le prix pour que l’affaire reste secrĂšte. Cindy estime avoir subi un viol, Ben Yedder nie. Le protocole d’accord prĂ©cise que la signature de l’accord ne vaut pas reconnaissance de culpabilitĂ©. Il garantit juste au footballeur que Cindy ne sera pas Ă  l’initiative d’une plainte ou de rĂ©vĂ©lations aux mĂ©dias. Une transaction bien surprenante


« Parole contre parole »

En droit français, le procureur n’est absolument pas tenu par un tel accord qui ne protĂšge en rien son signataire d’éventuelles poursuites pĂ©nales. Or, en fĂ©vrier 2023, le risque est immense que l’affaire fuite : de trĂšs nombreuses personnes sont dĂ©jĂ  au courant des faits. « Ça me parle, affirme ainsi Lucas (le prĂ©nom a Ă©tĂ© modifiĂ©), qui figure Ă  l’époque dans l’organigramme de l’ASM FF. Mais je ne veux pas du tout apparaĂźtre. Ce sont des enjeux qui me dĂ©passent. »

Selon lui, Cindy et Olivia s’en seraient ouvertes Ă  une joueuse de leur Ă©quipe qui parlait le français, en qui elles avaient confiance, et qui les aurait aidĂ©es dans leurs dĂ©marches. Cindy serait ainsi allĂ©e Ă  l’hĂŽpital le jeudi 22 septembre, au lendemain des faits, accompagnĂ©e de cette joueuse. « Il y a beaucoup de facteurs qui font que je ne peux pas en parler », nous a rĂ©pondu cette derniĂšre.

La visite Ă  l’hĂŽpital n’aurait cependant rien donnĂ©. « Ça ne servait Ă  rien, car il n’y avait rien de spĂ©cial », affirme Lucas, qui dit avoir longuement hĂ©sitĂ© Ă  signaler ou non les faits Ă  la justice. S’il reconnaĂźt qu’un « mauvais comportement » a bien Ă©tĂ© Ă©voquĂ© devant lui, il affirme ne pas avoir su l’affaire en dĂ©tails. « C’était parole contre parole. Il n’y avait aucune preuve, Ă  part la parole de la joueuse, et des Ă©crits de l’autre joueuse comme quoi il devait donner une certaine somme d’argent pour qu’elle se taise. »

Lucas affirme mĂȘme avoir pris l’avis d’un ami avocat, qui lui aurait affirmĂ© que ce n’était pas son rĂŽle de porter plainte, l’affaire s’étant dĂ©roulĂ©e lors d’une soirĂ©e sans lien avec le club. « Je ne pouvais pas le faire Ă  sa place (
) Par la suite, j’ai appris qu’elle voulait pas (porter plainte) », jure encore Lucas.

Pour lui, « tout le monde le sait » sur le Rocher. Les joueuses formaient « un groupe trĂšs soudĂ© » et le groupe Peak6, reprĂ©sentĂ© en France par JĂ©rĂŽme de Bontin, a Ă©tĂ© averti. Selon notre source, celui-ci aurait mĂȘme pris le dossier en main : « [Il] a dit qu’il mettrait en place un avocat si jamais elle portait plainte. » InterrogĂ© par L’Équipe par tĂ©lĂ©phone, l’homme d’affaires se montre embarrassĂ© ; Ă©voque un « sujet sensible » dont il ne connaĂźt « ni les tenants ni les aboutissants », « une histoire dont certains ont beaucoup parlĂ© mais dont je ne pouvais pas vĂ©rifier la vĂ©racitĂ© ».

Un accord financier dont il serait l’architecte ? « Je ne suis pas au courant. » « Je ne sais pas qui vous a dit cela mais cela n’a aucun fondement », rĂ©pond-il. Avec l’avocat Thierry Lacoste, c’est la deuxiĂšme fois qu’un proche d’Albert est citĂ© dans cette affaire. Et tout porte Ă  croire que JĂ©rĂŽme de Bontin minimise largement son rĂŽle. Selon nos informations, c’est vers l’un de ses comptes en banque, aux États-Unis, que l’argent destinĂ© Ă  Cindy a transitĂ©. Les avocats, maĂźtres Lacoste et Le Bras, ont aussi Ă©mis Ă  son nom une Ă©tonnante facture de « droit Ă  l’image » pour justifier le paiement auprĂšs de la banque.

« Je n’ai jamais Ă©tĂ© en contact avec les plaignantes, et n’ai participĂ©, en aucune maniĂšre, Ă  une quelconque nĂ©gociation
 Pour ce qui concerne l’extra-sportif, Wissam Ben Yedder est responsable de ses choix »

Meïssa N’Diaye, l’ex-agent de Wissam Ben Yedder

Le gestionnaire de fortune de Wissam Ben Yedder, Brahim Kinane, a ensuite demandĂ© Ă  son client de signer informatiquement l’ordre de virement, Ă©mis depuis la sociĂ©tĂ© du joueur, WBY Sport Consulting, ce qui pourrait ĂȘtre susceptible de constituer un abus de biens sociaux. Deux semaines aprĂšs l’émission du virement de 1,6 million d’euros, le groupe Peak6 a annoncĂ© Ă  la surprise gĂ©nĂ©rale qu’il se retirait de l’AS Monaco FF aprĂšs avoir rĂ©alisĂ© un investissement total d’environ 500 000 euros.

ContactĂ©, MeĂŻssa N’Diaye fait savoir qu’il n’a jamais rien su de ce montage financier acrobatique et renvoie Ă  la responsabilitĂ© de Ben Yedder : « Ce dossier a Ă©tĂ© gĂ©rĂ© par les parties, Wissam Ben Yedder et les femmes qui l’accusaient, et leurs avocats respectifs. Je n’ai jamais Ă©tĂ© en contact avec les plaignantes, et n’ai participĂ©, en aucune maniĂšre, Ă  une quelconque nĂ©gociation. Je ne fais pas de recommandations aux joueurs que j’accompagne sur ce qui ne relĂšve pas de ma compĂ©tence, je m’occupe des enjeux sportifs, de leur carriĂšre et de leurs contrats. En tant qu’agent de ­Wissam Ben Yedder, je me suis battu Ă  100 % pour dĂ©fendre ses intĂ©rĂȘts sportifs et construire sa carriĂšre pendant plus de dix ans. Pour ce qui concerne l’extra-sportif, Wissam Ben Yedder, Ă  33 ans, est responsable de ses choix. Et je ne suis plus son agent depuis plusieurs mois. »

De nouvelles frictions entre le joueur et son reprĂ©sentant apparaissent en effet en avril 2023, quand la presse espagnole annonce la condamnation de Wissam Ben Yedder Ă  six mois de prison avec sursis dans l’affaire de fraude fiscale rĂ©vĂ©lĂ©e en fĂ©vrier. Ben Yedder est furieux. « Je pensais que c’était rĂ©glĂ© », dit le joueur Ă  son agent, expliquant qu’il n’a pas reçu le moindre coup de fil de Kinane pour l’avertir.

« Les mĂ©dias sont des menteurs », le rassure MeĂŻssa N’Diaye. Depuis plus d’une dĂ©cennie, l’agent et son joueur ont pris l’habitude de parler de tout et de rien, de football, mais aussi de tous les petits tracas du quotidien. Ce jour-lĂ , pourtant, la tension est forte entre les deux hommes.

L’attaquant s’exprime peu, s’isole

N’Diaye propose un rendez-vous avec Pablo Longoria, qui piste son profil pour Marseille. Ben Yedder ne souhaite mĂȘme pas le rencontrer. MeĂŻssa N’Diaye fait la moue : « Je sens une tension qui n’est pas normale. Elle est en train de parasiter ton football. » Depuis la signature du protocole transactionnel avec Cindy, l’attaquant est trĂšs perturbĂ©, y compris Ă  la maison, comme le racontera bientĂŽt son Ă©pouse Ă  la police. Le footballeur ferait la fĂȘte, passerait peu de temps en famille, se serait fait suspendre son permis de conduire en allant Ă  l’entraĂźnement aprĂšs avoir dĂ©couchĂ© toute la nuit.

En mai 2023, il quitte le domicile conjugal, laisse son fils Ă  sa femme. Il se mĂ©fie aussi dĂ©sormais beaucoup de son agent et se rapproche d’une avocate, maĂźtre Hasna LouzĂ©, Ă  qui il s’ouvre peu Ă  peu. La robe noire doit gĂ©rer un potentiel divorce et est Ă©galement chargĂ©e de tirer au clair la situation patrimoniale de son client. Elle dĂ©couvre un footballeur qui s’exprime peu, trĂšs isolĂ©.

Wissam Ben Yedder est complĂštement assistĂ© depuis plus d’une dĂ©cennie : il ne gĂšre pas ses revenus. L’application MoneyPitch, qui agrĂšge ses diffĂ©rents comptes, est bien installĂ©e sur son smartphone, mais n’est pas reliĂ©e aux diffĂ©rentes banques : ce qui y est affichĂ© n’est donc que dĂ©claratif. Il affirme ne pas avoir les codes de ses rĂ©seaux sociaux (ce qui l’empĂȘchera par exemple de s’y connecter aprĂšs la saisie de son tĂ©lĂ©phone par la police en aoĂ»t 2023), ni de l’intĂ©gralitĂ© de ses adresses mail, fait suivre toutes les demandes professionnelles et parfois personnelles qui lui sont adressĂ©es Ă  son agent, qui les lui traduit ou lui propose des modĂšles de rĂ©ponse.

Dans la nuit du 10 au 11 juillet 2023, deux autres jeunes femmes accusent Wissam Ben Yedder et son frĂšre de rapports sexuels non consentis. Cette fois-ci, nul accord : Wissam Ben Yedder est placĂ© en garde Ă  vue et mis en examen pour viol, pour des faits qu’il conteste.

Il se tourne naturellement vers Hasna LouzĂ© qui lui Ă©vite la dĂ©tention provisoire, via le versement d’une caution d’un million d’euros. L’instruction est aujourd’hui presque terminĂ©e, et le joueur et son frĂšre, toujours sous contrĂŽle judiciaire, attendent de connaĂźtre leur sort : un non-lieu ou un renvoi devant une cour criminelle dĂ©partementale. Les liens sont dĂ©sormais quasiment totalement rompus avec MeĂŻssa N’Diaye.

Comptes bancaires et anomalies

Sa situation conjugale s’aggrave. MaĂźtre LouzĂ© fait monter sa consoeur Marie Roumiantseva sur le dossier, plus spĂ©cialement chargĂ©e de la partie pĂ©nale (les accusations de viol). Ensemble, les deux avocates tentent de reconstituer la vie de du joueur de 33 ans, qui gagne 700 000 euros par mois mais qui ne sait mĂȘme pas exactement oĂč est son argent. Depuis la condamnation pour fraude fiscale et l’affaire du 1,6 million, le joueur ne veut plus en rĂ©fĂ©rer Ă  Brahim Kinane et a coupĂ© les procurations que celui-ci avait sur ses comptes.

De longues recherches commencent. MaĂźtre LouzĂ© l’accompagne dans des banques oĂč il pense avoir un compte et rĂ©clame l’intĂ©gralitĂ© des relevĂ©s. Il dispose de peu de moyens d’information mais va pouvoir s’appuyer sur l’instruction pĂ©nale pour viol dans laquelle il est mis en examen.

« Le contrat (d’agent) du 1er fĂ©vrier 2023 fait Ă  Monaco a Ă©tĂ© scannĂ© Ă  partir du contrat du 15 fĂ©vrier 2019 fait Ă  SĂ©ville. Il s’agit donc d’un faux caractĂ©risĂ© par le fait que ces documents ont fait l’objet d’une manipulation bureaucratique »

Selon le rapport d’expertise graphologique

Les policiers, comme c’est le cas dans chaque enquĂȘte, ont interrogĂ© le FICOBA, le fichier des comptes bancaires, et ont Ă©tabli une liste de comptes appartenant au joueur. Le footballeur va s’en servir pour rĂ©itĂ©rer ses demandes aux Ă©tablissements financiers, obtenir les relevĂ©s, y compris des comptes qui auraient Ă©tĂ© ouverts et fermĂ©s par son gestionnaire de fortune.

Ses avocates pensent avoir trouvĂ© plusieurs anomalies et ont l’intention de porter plainte. Wissam Ben Yedder a Ă©galement tentĂ© de rĂ©cupĂ©rer la comptabilitĂ© de sa sociĂ©tĂ©, WBY Sport Consulting, tenue par un expert-comptable, Didier L. C’est la sociĂ©tĂ© de ce dernier qui valide les comptes de l’agence Sport Cover de MeĂŻssa N’Diaye et c’est Ă©galement Ă  l’adresse de l’expert-comptable, dans le XVIe arrondissement parisien, que de nombreuses sociĂ©tĂ©s des joueurs de MeĂŻssa N’Diaye sont immatriculĂ©es : Nkoudou Sport Consulting, Jean-KĂ©vin Augustin Gestion, Amine Harit Sport Consulting ou encore Michy Batshuayi Sport Consulting.

On trouve enfin Ă  cette adresse des entreprises de gestion de droits Ă  l’image que MeĂŻssa Ndiaye avait crĂ©Ă©es avec Vincent Labrune, juste avant que celui-ci ne prenne la tĂȘte de la Ligue de football professionnel. Didier L. n’a jamais voulu donner Ă  Ben Yedder sa comptabilitĂ©, s’y refusant d’abord tout net, avant de prĂ©texter un « bug informatique ». « Les archives physiques ont Ă©tĂ© rendues au client par le biais de monsieur Brahim Kinane », a-t-il affirmĂ© aux avocates du joueur.

Rupture entre l’agent et son joueur

Fin 2023, alors qu’il rĂ©flĂ©chissait Ă  sa prochaine destination aprĂšs Monaco, Wissam Ben Yedder affirme avoir dĂ©couvert qu’il Ă©tait toujours liĂ© Ă  MeĂŻssa N’Diaye, alors qu’il pensait que ce n’était plus le cas. Les avocates du footballeur ont rĂ©clamĂ© Ă  la FFF l’intĂ©gralitĂ© de ses contrats d’agent signĂ©s depuis 2012 et les ont fait examiner par une experte en Ă©criture prĂšs la cour d’appel de Paris. Les conclusions ne souffrent d’aucune ambiguĂŻtĂ©.

Selon le rapport d’expertise graphologique, « le contrat (d’agent) du 1er fĂ©vrier 2023 fait Ă  Monaco a Ă©tĂ© scannĂ© Ă  partir du contrat du 15 fĂ©vrier 2019 fait Ă  SĂ©ville. Il s’agit donc d’un faux caractĂ©risĂ© par le fait que ces documents ont fait l’objet d’une manipulation bureaucratique. » En clair, il s’agirait d’un grossier copier/coller d’une signature antĂ©rieure. Des manipulations semblables auraient eu lieu pour le contrat de 2014 fait Ă  Paris et celui de 2017 fait Ă  SĂ©ville avant le transfert vers Monaco.

En mars 2024, le footballeur dĂ©cide de saisir la justice et obtient d’un juge de l’exĂ©cution (JEX) parisien le gel de 4 millions d’euros sur les comptes de l’agent, qui correspondent Ă  la commission que MeĂŻssa N’Diaye a touchĂ©e lors de l’arrivĂ©e du joueur Ă  l’AS Monaco. Aucun compte bancaire personnel n’étant identifiĂ© en France pour MeĂŻssa N’Diaye, la somme est saisie de maniĂšre conservatoire sur les comptes de son entreprise, Sport Cover (*). Wissam Ben Yedder explique au juge que MeĂŻssa N’Diaye aurait instaurĂ© « un systĂšme de contrĂŽle dans [s]a vie personnelle », notamment en lui imposant les services d’un gestionnaire de fortune, Brahim Kinane.

(*) Mise Ă  jour 12 juillet 2024, 14h25 : MeĂŻssa N’Diaye fait savoir que l’huissier diligentĂ© par Wissam Ben Yedder pour procĂ©der Ă  une saisie conservatoire sur ses comptes a fait ses recherches au nom de « Madame » MeĂŻssa N’Diaye, ce qui explique qu’aucun compte personnel n’a Ă©tĂ© trouvĂ©. Il certifie que tous ses comptes sont en France.

Est Ă©voquĂ©e, sans plus de dĂ©tails, une « opĂ©ration particuliĂšrement sensible » de 1,6 million d’euros Ă  l’hiver 2023 (le paiement Ă  Cindy, donc). La rĂ©plique est immĂ©diate. Le 19 mars dernier, MeĂŻssa N’Diaye adresse au joueur français une lettre de rĂ©siliation unilatĂ©rale de son contrat d’agent. Presque concomitamment, l’ancien attaquant de Toulouse reçoit un courrier semblable de Brahim Kinane.

Son agent nie en bloc

Le 3 avril, MeĂŻssa Ndiaye, dĂ©fendu par la pĂ©naliste Jacqueline Laffont, dĂ©pose plainte pour dĂ©nonciation calomnieuse. Il dĂ©nonce les « accusations totalement fausses » de son ancien client et Ă©voque le « total assistanat » dans lequel celui-ci est plongĂ© depuis des annĂ©es. Il produit de nombreux Ă©changes qui montrent que Wissam Ben Yedder, malgrĂ© les faux allĂ©guĂ©s, avait parfaitement conscience qu’il Ă©tait bien son agent.

L’agent a touchĂ© 4 millions d’euros de commissions sur le transfert du joueur de SĂ©ville Ă  Monaco, en vertu d’une convention tripartite avec le club parfaitement rĂ©guliĂšre, argue-t-il. Il estime, enfin, que leur relation a Ă©tĂ© brisĂ©e Ă  l’étĂ© 2023 au moment oĂč le joueur a Ă©tĂ© mis en examen pour viol.

« Monsieur MeĂŻssa N’Diaye estimait alors en effet que sa confiance envers le joueur - dont le comportement problĂ©matique avec les femmes avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© signalĂ© - Ă©tait cette fois mise en pĂ©ril. Il envisageait mĂȘme d’annoncer publiquement sa dĂ©cision de mettre un terme Ă  la relation professionnelle », Ă©crit son avocate. Sur « l’opĂ©ration particuliĂšrement sensible », MeĂŻssa N’Diaye ne s’attarde pas mais assure que Wissam Ben Yedder y a « expressĂ©ment consenti dans son intĂ©rĂȘt personnel », ajoute la pĂ©naliste. Une enquĂȘte prĂ©liminaire a Ă©tĂ© ouverte et confiĂ©e Ă  la Brigade de rĂ©pression de la dĂ©linquance astucieuse (BRDA), selon le parquet de Paris.

Le 16 avril, MeĂŻssa N’Diaye a aussi contestĂ© le gel des 4 millions d’euros sur ses comptes et s’est attachĂ© pour ce faire les services de l’avocat civiliste RhadamĂšs Killy, qui avait dĂ©fendu Ben Yedder dans l’affaire du fisc espagnol, et plusieurs dossiers antĂ©rieurs. L’audience a Ă©tĂ© reportĂ©e au 22 juillet prochain. L’agent y voit un chantage de son ancien client pour obtenir de l’argent.

Au milieu de ce marasme, Wissam Ben Yedder a de nouveau et en toute discrĂ©tion Ă©tĂ© placĂ© en garde Ă  vue, le 31 mai dernier, cette fois-ci dans le cadre d’une enquĂȘte pour violences et menaces ouverte par le parquet de Nice, Ă  la suite d’une plainte dĂ©posĂ©e en fĂ©vrier 2024 par sa propre Ă©pouse, avec laquelle il est en instance de divorce, et qui a Ă©tĂ© placĂ©e sous protection par la justice le 11 mars.

Affaire classée et procédure de divorce

Rapport mĂ©dico-psychologique Ă  l’appui, avec une incapacitĂ© totale de travail (ITT) supĂ©rieure Ă  huit jours, cette derniĂšre l’accuse de « menaces de violences physiques », « violences psychologiques sĂ©vĂšres », « violences Ă©conomiques », « insultes », « humiliations », « intimidations » 

Wissam Ben Yedder est ressorti libre, sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui. ContactĂ© dĂšs le 3 juin, le parquet de Nice nous avait rĂ©pondu le lendemain, le 4, en Ă©voquant « possiblement un classement », censĂ© ĂȘtre tranchĂ© « d’ici Ă  la mi-juillet ». RelancĂ© le 4 juillet, le parquet indiquait cette fois pouvoir « apporter une rĂ©ponse pour la mi-septembre ». Or, selon nos informations, l’affaire a Ă©tĂ© classĂ©e, par manque de preuves, dĂšs le 3 juin.

L’incomprĂ©hension rĂšgne chez son Ă©pouse, qui ignorait le reste des faits jusqu’à peu et dont le dispositif de protection a Ă©tĂ© rĂ©cemment retirĂ©, et son avocate, maĂźtre Elisabeth Maisondieu Camus. Cette derniĂšre envisage un recours auprĂšs du procureur gĂ©nĂ©ral ou une citation directe du joueur devant le tribunal.

« Le couple Ben Yedder est sĂ©parĂ© depuis le mois de mai 2023. Une procĂ©dure de divorce a Ă©tĂ© engagĂ©e et est toujours en cours. C’est dans ce contexte conflictuel que les accusations de l’ex-Ă©pouse de mon client ont Ă©tĂ© profĂ©rĂ©es. M. Ben Yedder a Ă©tĂ© longuement entendu par les enquĂȘteurs. Il a pu pleinement s’expliquer et, au regard des Ă©lĂ©ments de rĂ©ponse apportĂ©s, le parquet a classĂ© sans suite cette affaire », commente l’avocate du joueur, maĂźtre Hasna LouzĂ©.

Dernier Ă©pisode : alors que maĂźtre Le Bras refusait de communiquer le protocole transactionnel (le 1,6 million d’euros dĂ©volus Ă  Cindy) aux nouvelles avocates de Wissam Ben Yedder, ne souhaitant parler qu’à son ancien client, celui-ci s’est finalement dĂ©placĂ© avec une partie de sa famille jusqu’au cabinet parisien. La scĂšne, ubuesque, se serait terminĂ©e en vaudeville au moment oĂč la mĂšre de Wissam Ben Yedder aurait dĂ©cidĂ© de s’emparer elle-mĂȘme du dossier avant de quitter prĂ©cipitamment le bureau.

« Les joueurs de football sont des citoyens comme les autres et ont droit à la justice »

Les avocates de Wissam Ben Yedder

Sur le plan pĂ©nal, l’attaquant envisage dĂ©sormais d’engager Ă  son tour une action en justice. « Les Ă©lĂ©ments dont on dispose mettent en lumiĂšre des faits d’une particuliĂšre gravitĂ© que les juridictions françaises seront amenĂ©es Ă  apprĂ©cier. Nous dĂ©fendrons pied Ă  pied les intĂ©rĂȘts de notre client et avons dĂ©jĂ  saisi la justice sur un aspect du litige, mais saisirons Ă©galement les juridictions rĂ©pressives d’une plainte au pĂ©nal. Les joueurs de football sont des citoyens comme les autres et ont droit Ă  la justice », rĂ©agissent les avocates du joueur, maĂźtres Hasna LouzĂ© et Marie Roumiantseva.

Cet Ă©tĂ©, pour la premiĂšre fois depuis 2012 et son aventure toulousaine, les discussions pour son avenir footballistique devaient se dĂ©rouler sans son agent historique. En fĂ©vrier 2023, au moment de signer le protocole transactionnel, les deux hommes, Wissam Ben Yedder et MeĂŻssa N’Diaye, paraissaient encore extrĂȘmement proches. « Je t’aime mon frĂšre <3 » , s’écrivaient-ils. « Moi aussi mon frĂšre, jamais seul. » « Jamais, mon frĂšre. »

1 « J'aime »

@Tyler :haha:

1 « J'aime »