Crashing

:gb: Crashing


Genre : Comédie
Diffuseur : :gb: Channel 4
Date de sortie : 2016

Série créée par Phoebe Waller-Bridge

Avec Phoebe Waller-Bridge (Lulu), Jonathan Bailey (Sam), Adrian Scarborough (Colin), Damien Molony (Anthony), Louise Ford (Kate), Julie Dray (Melody), Amit Shah (Fred Patini)

Crashing, c’est quoi ?


À Londres, un hôpital désaffecté est utilisé légalement comme logement temporaire pour éviter le squat. Parmi ce groupe :

  • Anthony et Kate, couple tout juste fiancé,
  • Lulu, amie d’enfance d’Anthony qui revient à Londres,
  • Sam, jeune séducteur à la sexualité débordante,
  • Fred, un homosexuel timide,
  • Melody, une artiste française,
  • Colin, un quarantenaire divorcé.

Crashing, c’est bien ?


Le concept de la collocation est poussé très loin dans cette comédie anglaise. Les personnages tarderont peut-être à se montrer attachants à vos yeux mais l’humour de la série est très efficace et promet de passer un bon moment devant chaque épisode.
1 J'aime
1.01 (7/10)

« WANKING ROOM! How does she know about my wanking room? »

Le concept de la colloc est poussé très loin avec cet hôpital désaffecté qui sert de squat ou logement temporaire.

Les personnages s’installent assez vite, l’humour est présent par touches.

Des promesses.


1.02 (8/10)

Très bonne surprise. J’avais peur qu’en sortant déjà de l’hôpital on perde le côté clan, mais ce n’est pas le cas du tout et l’épisode regorge de moments d’humour excellents : la scène d’intro dans la chambre, la discussion en mime de Lulu et Kate ou Melody la française dévoreuse par exemple.

La rivalité féminine est drôle pour le moment également. Cet épisode est une réussite.


1.03 (7/10)

« Maybe it’s racist… »

Un épisode aux extrêmes, c’est parfois très drôle, parfois chelou, on se dit que ça devient trop vite le bordel, qu’on peut avoir du mal à y croire.

Ces sentiments traversent toute la seconde partie de l’épisode, mais ça et là, des surprises, un dialogue ou une vanne permet toujours d’en garder du positif.


1.04 (7/10)

« I shouldn’t have made you fart in bed. »

Comme le précédent c’est assez inégal mais il y a souvent de bonnes répliques ou de bonnes idées qui font qu’on se prend au jeu.

Le passage avec l’agent qui s’occupe du logement est très marrant, le bordel avec la peinture est un moment léger et fun aussi.

Le drama m’a semblé moins forcé que le précédent.


1.05 (8/10)

« I don’t know who to hit! »

Bon épisode. Il reprend un peu la folie du troisième, mais en mieux maîtrisé.

L’humour pose les bases, le pétage de câble vient ensuite. La baston complètement WTF et cette chute mortelle « oh it’s my father » de Melody sont les points forts de l’épisode qui est encore bourré de plein de moments marrants (Sam au téléphone, le vomi dans la marmite, le quiproquo sur Kate enceinte, etc.).


1.06 (7/10)

Bonne conclusion, on sent que la série a trouvé sa formule pour amener une partie drama au milieu de la comédie de façon plus efficace.

La deuxième partie de saison est bien plus habile dans ce domaine.

Au niveau de la comédie, ce n’est pas le plus percutant, mais parmi les comédies récentes, elle fait rire régulièrement et franchement.

Une vraie bonne surprise que j’espère revoir.