:cyclisme: Team LottoNL - Jumbo 2017 🇳🇱

partie
pcm17

#1

lotto

Nationalité
Coureur
Age
Spécialité
:ita:
Enrico Battaglin 27 ans Puncheur
:nzl:
George Bennett 26 ans Courses à Étapes
:netherlands:
Lars Boom 31 ans Pavés
:netherlands:
Koen Bouwman 23 ans Courses à Étapes
:belgium:
Victor Campenaerts 25 ans Contre-la-Montre
:netherlands:
Twan Castelijns 28 ans Baroudeur
:netherlands:
Stef Clement 33 ans Courses à Étapes
:belgium:
Floris De Tier 25 ans Grimpeur
:netherlands:
Robert Gesink 31 ans Courses à Étapes
:nor:
Amund Grøndhal Jensen 22 ans Sprinteur
:netherlands:
Dylan Groenewegen 23 ans Sprinteur
:netherlands:
Martijn Keizer 28 ans Contre-la-Montre
:netherlands:
Steven Kruijswijk 29 ans Courses à Étapes
:netherlands:
Steven Lammertink 22 ans Contre-la-Montre
:netherlands:
Tom Leezer 31 ans Sprinteur
:netherlands:
Bert-Jan Lindeman 27 ans Puncheur
:esp:
Juan-José Lobato 28 ans Sprinteur
:ger:
Paul Martens 33 ans Puncheur
:netherlands:
Dan Olivier 24 ans Grimpeur
:slovenia:
Primož Roglič 27 ans Courses à Étapes
:netherlands:
Timo Roosen 23 ans Contre-la-Montre
:netherlands:
Bram Tankink 38 ans Pavés
:netherlands:
Antwan Tolhoek 22 ans Grimpeur
:bel:
Jurgen Van den Broeck 33 ans Courses à Étapes
:netherlands:
Jos Van Emden 31 ans Contre-la-Montre
:bel:
Gijs Van Hoecke 25 ans Sprinteur
:usa:
Alexey Vermeulen 22 ans Courses à Étapes
:ger:
Robert Wagner 33 ans Sprinteur
:bel:
Maarten Wynants 34 ans Pavés

Base de Données
Difficulté
Coefficient de Progression
Fréquence des Chutes
Equipe Nationale
Pack ITA 2017
Difficile
Modéré (0.5)
Normale (2.0)
Pays-Bas

#2

lotto

Objectif
Course
Type de Course
Importance
DĂ©positaire du RĂ©sultat
Top 5
Amstel Gold Race
Classique Vallons
:star::star::star::star::star:
Steven Kruijswijk
Top 10
Tour des Flandres
Classique Pavés
:star: :star: :star: :star:
Lars Boom
Top 10
Liège-Bastogne-Liège
Classique Vallons
:star: :star: :star: :star:
Steven Kruijswijk
Top 5
Flèche Wallonne
Classique Vallons
:star: :star: :star:
Steven Kruijswijk
Top 3
CN Pays-Bas
Championnat National
:star: :star: :star:
Dylan Groenewegen
Top 5
Omloop Het Nieuwsblad
Classique Pavés
:star: :star: :star:
Maarten Wynants
Top 5
E3 Harelbeke
Classique Pavés
:star: :star: :star:
Lars Boom
Top 5
Gent - Wevelgem
Classique Pavés
:star: :star:
Lars Boom
Points
BinckBank Tour
Courses à Étapes
:star: :star:
Dylan Groenewegen
Top 10
Dwars Door Vlaanderen
Classique Pavés
:star:
Lars Boom
Top 5
Giro d’Italia
Courses à Étapes
:star:
Steven Kruijswijk
Étape
Tour de France
Courses à Étapes
:star:
Dylan Groenewegen
Top 5
CN Belgique
Championnat National
:star:
Gijs Van Hoecke
Top 5
Kuurne-Bruxelles-Kuurne
Classique Pavés
:star:
Juan-José Lobato
Top 10
Il Lombardia
Classique Montagnes
:star:
Steven Kruijswijk


#3

lotto

Coureur
RĂ©sultat
Course
Catégorie
George Bennett
Vainqueur
New-Zealand Championships (ITT)
CN
George Bennett
Vainqueur
New-Zealand Championships (RR)
CN

#4

lotto

:nzl: New-Zealand Championships (Contre-la-Montre Individuel) | 34.3 kms | Plat

Bennett
Pour cette course d’ouverture de la saison, c’est dans l’hémisphère sud qu’il faut se rendre afin d’assister aux championnats nationaux d’Australie et de Nouvelle-Zélande. Les chronos se disputent à 24 heures d’intervalle alors que les courses en lignes, elles, se disputent le même jour et à la même heure !

Jack Bauer (Quick-Step Floors) était le favori désigné à la victoire tant il est performant depuis quelques temps sur l’exercice. Néanmoins, malgré un parcours solide bouclé en 46’03’’, il a coincé dans les nombreux faux-plats du parcours pour échouer à la seconde place, à 42’’ du vainqueur. Le champion national du contre-la-montre d’ailleurs, il s’agit de George Bennett (Lotto-Jumbo), auteur d’une performance solide et remarquable au point de coiffer les rouleurs et spécialiste de la discipline (Bauer, Bévin, Gunman) en 45’21’’. Le second cité, Patrick Bévin, s’est lui totalement écroulé sur la fin, passant du second temps au dernier point intermédiaire à la quatrième place sur la ligne !

Vainqueur
Temps
Deuxième
Écart
Troisième
Écart
George Bennett (TLJ)
45’21’’
Jack Bauer (QST)
+ 42’’
Taylor Gunman (MGT)
+ 1’35’’

:nzl: New-Zealand Championships (Routes) | 183.6 kms | Plat

Bennett1
Un parcours plat comme la main et un grandissime favori : Greg Henderson (UnitedHealthcare). Voici comment nous pouvons résumer l’avant-course de ce championnat national sur routes. Rapidement pourtant, une échappée de six coureurs (Sean Lake, Sam Bewley, Taylor Gunman, Hamish Schreurs, Regan Gough et George Bennett) prend le large et aura l’assurance de se disputer la victoire tant les écarts sont importants (plus de 20 minutes)…

Sur le circuit tracé dans la seconde partie du parcours, une petite bosse (3.1 kms) a le rôle de juge de paix et sur les deux derniers passages, au plus fort de la pente à 8%, George Bennett montre les dents et distance ses compagnons en accumulant les changements de rythmes et les attaques pour s’envoler vers un doublé inédit mais plus que mérité. Derrière, le peloton avec Jack Bauer et Greg Henderson, entres autres, coupe la ligne avec 22’30’’ de retard sur le vainqueur du jour.

Vainqueur
Temps
Deuxième
Écart
Troisième
Écart
George Bennett (TLJ)
4h28’01’’
Sean Lake (IWS)
+ 25’’
Regan Gough (SKT)
+ 25’’

#5

lotto

:australia: Santos Tour Down Under (UCI World Tour) | 17 - 22 Janvier 2017
:nzl: G. Bennett, :esp: J.J. Lobato, :usa: A. Vermeulen, :bel: J. Van den Broeck, :ita: E. Battaglin, :netherlands: J. Van Emden, :ger: P. Martens

Cavendish
Matthews
Le début de saison est véritablement lancé lorsque le Santos Tour Down Under, une course australienne avec une aura de plus en plus importante, débute. Elle se déroule sur six étapes et comporte une étape reine connue de tous les spécialistes de la bicyclette, celle comportant la montée du Willunga Hill, une montée courte mais présentant des pourcentages énormes.

La première étape, promise aux sprinteurs, s’est effectivement terminée par un emballage massif ou Mark Cavendish s’est montré le plus solide. Bien emmené par ses équipiers, il a coiffé sur la ligne Tom Boonen et André Greipel après qu’une échappée soit reprise à une vingtaine de kilomètres du but. Sur le deuxième jour de course, une arrivée au sommet de Paracombe, c’était assurément un costaud qui allait s’imposer. Après avoir maitrisé une échappée de cinq coureurs, rapidement réduite à trois sous le rythme fou, Michael Matthews fut placé dans un fauteuil pour conclure le boulot et s’offrir son premier bouquet de la saison en costaud, devançant Alejandro Valverde et Tony Gallopin. Leader de notre formation, George Bennett s’est accroché au bon wagon et termine douzième, dans le même temps que le vainqueur du jour. La troisième étape était de nouveau promise à un sprinteur et sans grand intérêt, puisqu’un groupe de trois coureurs n’a jamais eu plus de trois minutes d’avance avant de se faire avaler. Les trains furent nombreux pour placer les différents sprinteurs mais une fois encore, Mark Cavendish s’est montré le plus solide, cette fois-ci devant Arnaud Démarre et André Greipel, dégoûtant de plus en plus la concurrence malgré des équipiers importants pour ces derniers.

Bauer
Bennett
Greipel
Il aura finalement fallu attendre la quatrième étape pour voir une échappée se disputer la victoire ! Cinq hommes partis au kilomètre zéro et résistant de bout en bout au retour du peloton, c’était impression à voir et à ce petit jeu-là, c’est Jack Bauer qui s’est montré le plus malin et costaud pour régler le sprint et se venger des championnats nationaux raté, ou il avait vu lui filer sous le nez le titre du contre-la-montre. Nous voici rendu au tant redouté Willunga Hill, celui qui doit décider du classement final et déclencher la bagarre entre les favoris. Le premier passage sur la bosse a effectué une sélection en éliminant quelques outsiders mais c’est sur le second passage, escaladé à une vitesse folle, que la décision s’est effectuée : George Bennett profita du travail de Jürgen Van den Broeck pour porter une violente accélération à laquelle seuls Wout Poels, Alejandro Valverde et Rui Costa puissent répondre. Derrière, ça coinça complètement avec Chris Froome, Nairo Quintana ou Diego Ulissi par exemple, incapables de suivre le rythme du néo-zélandais. Après tant d’efforts, le coureur de la Lotto-Jumbo est battu au sprint et devancé par le coureur de la Team Sky et de la Movistar, mais se replace en troisième position au classement général. La dernière étape, une parade dans les rues d’Adélaïde, un peu à l’image de ce qui se fait sur les Champs-Elysées, devait revenir à un sprinteur, ce qui fut le cas après un scénario complètement fou puisqu’une chute est venue tout remettre en question. Mal placé et impliqué, Wout Poels a perdu plus de trois minutes sur cette étape pourtant on ne peut plus tranquille et sa deuxième place au général, un fauteuil dans lequel s’est installé George Bennett, tout heureux de l’offrande. Pour la gagne, après une stratégie parfaite, André Greipel a enfin levé les bras en battant Mark Cavendish et Caleb Ewan. Voilà qui boucle en beauté cette édition 2017 du Santos Tour Down Under, avec la victoire au général de Alejandro Valverde, déjà affuté pour sa première course de la saison, devant George Bennett, auteur lui-aussi d’un début d’année consistant, et de Rui Costa, discret mais toujours très bien placé dans les moments importants. Très solide aussi sur la semaine, Mark Cavendish remporte de son côté la classement par points et prouve qu’il faudra encore composer avec lui cette année. Venu concurrencer le britannique, André Greipel repart avec un succès au contraire de Caleb Ewan ou Arnaud Démarre, souvent placé mais jamais gagnant. Glanant également un succès, Michael Matthews repart avec le sentiment du devoir accompli mais pourra s’inquiéter de ne pas avoir plus peser que ça sur les emballages finaux.


Étape
Vainqueur
Team LottoNL - Jumbo
Étape 1
Mark Cavendish
Juan-José Lobato (7è)
Étape 2
Michael Matthews
George Bennett (12è)
Étape 3
Mark Cavendish
Enrico Battaglin (16è)
Étape 4
Jack Bauer
Juan-José Lobato (12è)
Étape 5
Wout Poels
George Bennett (3è)
Étape 6
André Greipel
Juan-José Lobato (7è)

George Bennett (2è)
Juan-José Lobato (14è)
George Bennett (15è)
Alexey Vermeulen (3è)

:aus: Australian Championships ITT : Rohan Dennis (BMC Racing Team)
:aus: Australian Championships RR : Richie Porte (BMC Racing Team)


#6

Début de saison canon de George Bennett sur son continent. Tu as prévu de l’aligner sur quel GT ?

Sinon la plupart des objectifs semblent réalisables mais la gestion de la forme de Kruijswijk risque d’être l’élément important de la réussite de ta saison. J’ai bien peur qu’il soit un peu court en troisième semaine du Giro à cause de son pic de forme sur les classiques ardennaises. Il faudra recruter un bon puncheur pour la saison 2018.


#7

Merci pour le commentaire !

Oui, un début de saison solide effectivement sur son continent, à confirmer en Europe. Il sera aligné sur le Tour de France, le parcours lui correspond et il sera moins handicapé sur les routes françaises du au seul contre-la-montre prévu. Sans soucis, avec un pic de forme, j’aspire à lui faire accéder à une place dans les dix et secrètement, voir dans les cinq peut-être.

Effectivement, entre les ardennaises et les flandriennes, c’est sans doute les points faibles de la formation. C’est un axe de recrutement éventuel selon les départs et arrivées. J’ai tenté de moduler spécifiquement la forme de Kruijswijk pour doubler ardennaises et Giro, il aura la lourde tâche de faire des places sur les classiques et de remporter ou le podium en Italie.


#8

lotto

:australia: Cadel Evans Great Ocean Road Race (UCI World Tour) | 29 Janvier 2017
:nzl: G. Bennett, :esp: J.J. Lobato, :usa: A. Vermeulen, :bel: J. Van den Broeck, :ita: E. Battaglin, :netherlands: J. Van Emden, :ger: P. Martens

Lobato
Restons en terres australiennes avec cette classique vallonnée mais pas assez difficile pour effectuer une sélection et ainsi priver les sprinteurs d’un éventuel succès. Créée en 2015 à l’initiative du premier australien vainqueur du Tour de France en 2011, elle gagne en crédibilité depuis trois ans et attire de plus en plus de coureurs.

Malgré une échappée de trois courageux, les équipes de sprinteurs (Lotto-Jumbo, Trek-Segafredo, Bora-Hansgrohe) voulaient elles, une explication entre costauds. Idéalement lancé par George Bennett et Enrico Battaglin, Juan-José Lobato a parfaitement attendu son heure pour coiffer Fabio Felline, qui a lancé son effort trop tôt et s’est tassé sur la fin pour échouer en seconde position. Derrière ce lutte, Samuel Dumoulin prend une belle place d’honneur et complète le podium du jour. Annoncé favori, Matteo Pelucchi termine seulement quatrième.

Vainqueur Temps Deuxième Ecart Troisième Ecart
Juan-José Lobato (TLJ) 3h56’13’’ Fabio Felline (TFS) + 0’’ Samuel Dumoulin (ALM) + 0’’

:united_arab_emirates: : DubaĂŻ Tour (UCI Asia Tour 2.HC) | 31 Janvier - 03 FĂ©vrier 2017
:slovenia: : P. Roglic, :netherlands: : D. Groenewegen, :ita: : E. Battaglin, :bel: J. Van den Broeck, :nor: : A.G. Jensen, :netherlands: J. Van Emden, :ger: P. Martens

Nous partons désormais en Asie, ou la première épreuve se présente avec le Dubaï Tour, une course par étapes dite idéale pour les sprinteurs, puisqu’elle présente trois étapes plates comme la main et une étape, la troisième, avec un final plus accidenté pouvant profiter à un attaquant. En quatre ans d’existence, elle est revenue trois fois à des sprinteurs (Mark Cavendish, Marcel Kittel) et une fois à un rouleur (Taylor Phinney) dans sa formule avec un prologue d’entrée. Vous voyez donc, pas de quoi faire saliver les grimpeurs…

Sur la première étape, plutôt calme du au fort vent présent dans les émirats, il aura fallu attendre les vingt derniers kilomètres pour voir un sprint massif se présenter. Idéalement emmené par ses équipiers et placé dans un fauteuil, Dylan Groenewegen pourra remercier Enrico Battaglin pour son travail, il s’est offert le premier succès d’étape de ce Dubaï Tour et la première victoire de sa saison, qui en appellera surement d’autres ! Bis repetita sur la seconde étape avec du vent, beaucoup de vent et une étape contrôlée et figée au maximum afin d’assister à un sprint massif. Comme la veille, tous les sprinteurs étaient dans la roue de Groenewegen mais cette fois-ci, ce dernier fut battu par Elia Viviani, attentif et plus véloce quand il a fallu jeter son vélo ! L’arrivée à Hatta Dam, c’est sans doute la plus difficile de ce tour puisque sur deux kilomètres, elle présente certains passages à 14-16-18% ! Avec une échappée de coureurs représentant des équipes de seconde division, les équipes des sprinteurs ont du s’employer pour revenir et provoquer une explication massive. Guidé et tracté par Primož Roglič et Enrico Battaglin, le sprinteur hollandais de la Lotto-Jumbo fut rapidement distancé et incapable de suivre le rythme dans les forts pourcentages, au contraire des Viviani, Boasson-Hagen… Seulement, suite à un relai très appuyé, le slovène a effectué un ménage impressionnant puisqu’en se retournant, plus personne n’était dans sa roue et il n’a eu qu’à lever les bras pour célébrer ce beau succès, acquis avec une bonne dizaine de secondes d’avance sur Edvald Boasson-Hagen et Enrico Battaglin ! Pour conclure la course, nous avons enfin assisté à une ultime étape ou Fernando Gaviria, totalement transparent jusqu’ici, s’est illustré en s’imposant devant John Degenkolb et Alexander Kristoff. Arrivé dans le même temps que le vainqueur, Primož Roglič déjoue les pronostics et devient le premier grimpeur à remporter le Dubaï Tour !


Étape
Vainqueur
Team LottoNL - Jumbo
Étape 1
Dylan Groenewegen
Dylan Groenewegen (1er)
Étape 2
Elia Viviani
Dylan Groenewegen (3è)
Étape 3
PrimoĹľ RogliÄŤ
PrimoĹľ RogliÄŤ (1er)
Étape 4
Fernando Gaviria
Dylan Groenewegen (6è)

PrimoĹľ RogliÄŤ (1er)
PrimoĹľ RogliÄŤ (1er)
Dylan Groenewegen (2è)
Dylan Groenewegen (2è)

#9

lotto

:ita: : Trofeo Laigueglia (UCI Europe Tour 1.HC) | 12 FĂ©vrier 2017
:nor: : A.G. Jensen, :esp: J.J. Lobato, :netherlands: : M. Keizer, :usa: : A. Vermeulen, :ita: E. Battaglin, :slovenia: : P. Roglic, :netherlands: : D. Olivier

Lobato1
Nous basculons désormais sur le calendrier européen avec une classique italienne, Trofeo Laigueglia. Cinquante-quatrième édition cette année, elle récompense généralement un coureur endurant, puncheur, rapide et très intelligent dans son placement tant les routes sont parfois étroites.

Par le biais des équipes Trek-Segafredo (Fabio Felline) et UAE Team Emirates (Diego Ulissi), un groupe d’une dizaine d’hommes n’a pas pu compter plus de deux minutes trente secondes d’avance. A l’évidence, les italiens ne voulaient pas laisser filer cette première classique chez eux. Bien placé au moment de l’emballage final, les deux coureurs cités ci-dessus se sont néanmoins fait déborder par Juan-José Lobato, très discret durant la course et emmené dans un fauteuil, une fois de plus, par le très précieux Enrico Battaglin.

Vainqueur Temps Deuxième Ecart Troisième Ecart
Juan-José Lobato (TLJ) 4h50’42’’ Alberto Bettiol (CDT) + 0’’ Enrico Battaglin (TLJ) + 0’’

:oman: : : Tour d’Oman (UCI Asia Tour 2.HC) | 14 - 19 Février 2017
:nzl: : G. Bennett, :netherlands: : D. Groenewegen, :slovenia: : P. Roglic, :netherlands: : S. Clement, :nor: : A.G. Jensen, :netherlands: : M. Keizer, :usa: : A. Vermeulen, :netherlands: D. Olivier

Nous retournons en Asie, ou le Tour d’Oman se présente avec un plateau beaucoup plus consistante cette fois-ci, la course étant plus réputée que celle de Dubaï. Présentant un parcours diversifié avec une arrivée au sommet (Jabal Al-Akhdar) et une étape vallonnée, elle offre plus de possibilités pour les leaders et attire, de ce fait, des noms plus importants que n’importe quelle course asiatique.

Sur une première étape promise aux sprinteurs, nous n’avons pas échappé au sprint massif après une étape sans qu’une échappée ne prenne les devants. Avec le train de la Lotto-Jumbo pour Dylan Groenewegen et celui de la Dimension-Data pour Edvald Boasson-Hagen, c’est finalement le norvégien qui est venu s’imposer en costaud sur la ligne devant Zico Waeytens et Dylan Groenewegen donc. La seconde étape, elle, présente un profil déjà plus propice aux attaques, aux surprises et aux bouleversements. Contrôlée dans sa totalité par la formation sud-africaine du leader de la course, une échappée fut rapidement avalée avant la dernière bosse du jour, située à cinq kilomètres de la ligne et affichant des pentes jusqu’à 11%, et les attaques allaient fuser. Bien placé en tête de peloton, George Bennett reçu un signe de tête de son sprinteur avant de s’envoler sur les pentes les plus difficiles. En ayant basculé seul en tête au sommet, il n’avait plus qu’à bien négocié sa descente pour s’offrir un succès amplement mérité et s’emparer, déjà, de la tête du classement général. Ce fut sur la troisième étape, pourtant sans difficulté, que la course a basculée. Nerveuse dans son final, l’étape a vu une chute se produire à six kilomètres de la ligne en impliquant George Bennett, leader du général et bien écorché sur la partie droite du corps. Alors qu’il tentait, avec quelques équipiers, de recoller au bon wagon, les équipes de Tom Dumoulin, Romain Bardet ou bien encore Chris Froome se sont mises à rouler pour distancer autant que possible le néo-zélandais. Très énervé de ce fait de course, il accumula au final un retard de deux minutes sur la ligne et le général s’envola…

Le moment décisif se présenta devant les coureurs avec la montée du Jabal Al-Akhdar, une montée de huit kilomètres présentant des pourcentages de 8-9% en moyenne. Au pied de la difficulté, Sky, AG2R, Sunweb et Lotto-Jumbo tentèrent de placer les leaders dans les meilleures dispositions. La première attaque fut l’œuvre de George Bennett, qui effectua une première sélection en éliminant notamment Chris Froome ! Sans doute revanchard, il assuma le rythme dans la montée, éjecta Pozzovivo, Meintjes, Henao, Fuglsang ou bien encore Izagirre pour reprendre un maximum de temps en vu du général. Après une montée énorme, il a vu Dumoulin et Bardet le déborder, le premier cité gagnant l’étape devant le français alors que Bennett lui, termina troisième en recollant septième au général. Le scénario complètement fou de la cinquième étape confirma à quel point cette édition allait rester dans les mémoires. Au terme d’une première partie tranquille et alors que se présentait la première bosse du jour, Tom Dumoulin effectua une erreur en étant mal positionné dans le peloton. Il n’en fallait pas plus pour que George Bennett et son équipe roule et piège le coureur hollandais qui, bloqué dans une bordure, voyait les secondes et les minutes de retard s’accumuler. En compagnie de Jensen, Clement et Roglic, la Lotto-Jumbo livra un récital en essoufflant tout le monde et en s’adjugeant la seconde et troisième place d’étape devant tous les favoris et surtout, surtout en distançant Dumoulin de plus d’une minute et trente secondes avec les bonifications, ce qui ramena George Bennett sur le podium du général, un scénario invraisemblable il y a encore 48 heures ! La dernière étape, une parade pour conclure, récompensa Joseph Cooper, un échappé de la première heure qui su résister au retour du peloton.

Étape
Vainqueur
Team LottoNL - Jumbo
Étape 1
Edvald Boasson-Hagen
Dylan Groenewegen (3è)
Étape 2
George Bennett
George Bennett (1er)
Étape 3
Elia Viviani
Dylan Groenewegen (4è)
Étape 4
Tom Dumoulin
George Bennett (3è)
Étape 4
Sergey Chernetckii
George Bennett (2è)
Étape 4
Joseph Cooper
George Bennett (2è)

George Bennett (3è)
George Bennett (2è)
George Bennett (2è)
Amund Grondhal Jensen (6è)

#10

Je vous cache pas que le défi me paraissait un poil plus “grand” et “difficile”. J’ai bien avancé, terminé le Giro et presque au Tour de France. Néanmoins, je pense me la prolonger pour le plaisir et vous partager une autre histoire plus difficile, avec une autre DB et en difficulté extrême. Voici un récapitulatif :

Vuelta a Andalucia : Robert Gesink (8è)
Abu Dhabi Tour : Robert Gesink (5è)
Kuurne-Bruxelles-Kuurne : Juan-José Lobato (3è)
Le Samyn : Juan-José Lobato (1er)
Dwars Door Vlaanderen : Juan-José Lobato (4è)
Strade Bianche : Paul Martens (10è)
Paris-Nice : George Bennett (7è) + Etape pour Dylan Groenewegen
Tirreno-Adriatico : Primoz Roglic (3è) + Etape pour Juan-José Lobato
Milan - San Remo : Dylan Groenewegen (2è)
Volta a Catalunya : Steven Kruijswijk (8è)
Dwars Door Vlaanderen : Lars Boom (3è)
Tour des Flandres : Maarten Wynants (11è)
Vuelta a Pais Vasco : Primoz Roglic (7è)
Paris-Roubaix : Bram Tankink (13è)
De Brabantse Pijl : Lars Boom (1er)
GP de Denain : Juan-José Lobato (1er)
Amstel Gold Race : Steven Kruijswijk (1er)
Flèche Wallonne : Steven Kruijswijk (6è)
Liège-Bastogne-Liège : Steven Kruijswijk (9è)
Tour de Romandie : Steven Kruijswijk (8è)

Giro d’Italie : Steven Kruijswijk (1er) + 3 Etapes + Classement par Points (Lobato)
Tour de Californie : Robert Gesink (3è)

Voici un premier bilan.
Steven Kruijswijk est premier au classement UCI, CQ Ranking. Lotto-Jumbo est première aussi au classement par équipes et CQ Ranking. Nous possédons le coureur avec le plus de victoires (Lobato 8) et nous sommes à égalité en nombres de victoires par équipes avec Quick-Step (18).


#11

Kruijswijk :open_mouth:

A tester avec la ElectroZenshu. Au premier abord, leur notation parait étrange mais les résultats dans le mode carrière sont plus réalistes.


#12

Une petite actualisation après avoir repris la partie récemment du coup :

Baloise Belgium Tour : Bert-Jan Lindeman (4è)
Skoda Tour of Luxembourg : Robert Gesink (3è)
Critérium du Dauphiné : George Bennett (6è)
Tour de Suisse : Robert Gesink (2è)
CN des Pays-Bas (Routes) : Robert Gesink (2è)
CN de Slovénie (Routes) : Primoz Roglic (2è)
CN de Slovénie (Contre-la-Montre) : Primoz Roglic (1er)
CN de Belgique (Contre-la-Montre) : Victor Campenaerts (1er)
CN des Pays-Bas (Contre-la-Montre) : Jos Van Emden (2è)

TRANSFERTS :

:arrow_forward: Bram Tankink, Robert Wagner, Paul Martens (Retraite).
:arrow_forward: Lars Boom (Movistar)
:arrow_forward: Twan Castelijns (SEP San Juan)
:arrow_forward: George Bennett (Team Dimension Data)

:arrow_backward: Juan-José Lobato, Bert-Jan Lindeman, Jos Van Emden (Prolongation)
:arrow_backward: Edvald Boasson-Hagen (Team Dimension Data)

:play_or_pause_button: Robert Gesink, Steven Kruijswijk (NĂ©gociation en Cours)


#13

Roglic vient de remporter le Giro dans ma partie avec Bora-Hansgrohe.


#14

C’est pas sympa de me redonner envie à 2 semaines de la sortie du 18 :no:


#15

J’ai presque fini le Tour.
Ce suspense de malade… :dicaprio2:


#16

TOUR DE FRANCE 2017 :

1. Chris Froome (Team Sky)
2. Nairo Quintana (Movistar Team) + 1’17’’
3. Rigoberto Uran (Cannondale) + 1’58’’
4. George Bennett (Team LottoNL-Jumbo) + 2’08’’
5. Daniel Martin (Quick-Step Floors) + 2’58’’
6. Richie Porte (BMC Racing Team) + 5’03’’
7. Simon Yates (Mitchelton-Scott) + 8’06’’
8. Jakob Fuglsang (Astana Pro Team) + 8’49’’
9. Geraint Thomas (Team Sky) + 10’18’’
10. Bob Jungels (Quick-Step Floors) + 15’17’’

1. Dylan Groenewegen (Team LottoNL-Jumbo) 372 pts
2. Arnaud Demarre (FDJ) 348 pts
3. Marcel Kittel (Quick-Step Floors) 268 pts
4. Chris Froome (Team Sky) 201 pts
5. Tony Martin (Team Katusha) 192 pts

BILAN :

3 victoires d’étapes (1x Groenewegen et 2x Bennett)
Top 5 Final
Maillot Vert

DÉROULEMENT DE LA COURSE :

George Bennett a récupéré le maillot de leader au soir du final à La Planche des Belles-Filles (5è étape). Nous avions, à ce moment-là, 20 secondes d’avance sur Froome. Au final, nous avons conservé le maillot de leader jusqu’à l’étape du Col d’Izoard, soit la 19è étape, ou Bennett est tombé dans la descente précédant le dernier col et Sky s’est mise à rouler pour mettre Froome sur orbite. Au pied de l’Izoard, j’accusé un retard de 6 minutes sur le groupe Froome. J’ai descendu De Tier, Van den Broeck et Martens pour rouler et combler une partie du retard, avant de lâcher Bennett pour tout risquer. J’ai terminé à 2’32’’ de Froome, vainqueur au sommet, et cédé mon maillot pour 2’08’’… Sur le chrono de Marseille, Froome remporte le chrono et je me classe dans la même seconde que lui. Sans cette chute, nous aurions gagné le Tour de France.

#17

Bordel :mott:


Suivre @iunctisFR sur Twitter - Mon Discourse - Programme Partenaire amazon.fr : Amazon Prime - Amazon Prime Video - Amazon Audible