Orange is the New Black

Orange is the New Black


Genre : Drama
Diffuseur : Netflix
Diffusion : 2013-2019 (7 saisons)

Série créée par Jenji Kohan

Avec Taylor Schilling (Piper Chapman), Laura Prepon (Alex Vause), Kate Mulgrew (Galina ‹ Red › Reznikov), Natasha Lyonne (Nicky Nichols), Uzo Aduba (Suzanne ‹ Crazy Eyes › Warren), Danielle Brooks (Tasha ‹ Taystee › Jefferson), Dascha Polanco (Dayanara Diaz), Samira Wiley (Poussey Washington), Selenis Leyva (Gloria Mendoza), Yael Stone (Lorna Morello), Taryn Manning (Tiffany ‹ Pennsatucky › Doggett), Lea DeLaria (Big Boo), Joel Marsh Garland (Scott O’Neill), Catherine Curtin (Wanda Bell), Annie Golden (Norma Romano), Vicky Jeudy (Janae Watson), Emma Myles (Leanne Taylor), Adrienne C. Moore (Cindy Hayes), Jackie Cruz (Flaca Gonzales), Diane Guerrero (Maritza Ramos), Jessica Pimentel (Maria Ruiz), Abigail Savage (Gina Murphy), Laverne Cox (Sophia Burset), Elizabeth Rodriguez (Aleida Diaz), Constance Shulman (Yoga Jones), Beth Fowler (Sister Jane Ingalls), Lolita Foster (Eliqua Maxwell), Lin Tucci (Anita DeMarco), Kimiko Glenn (Brook Soso)
Et Jason Biggs (Larry Bloom), Nick Sandow (Joe Caputo), Michael Harney (Sam Healy), Matt McGorry (John Bennett), Pablo Schreiber (George ‹ Pornstache › Mendez), Matt Peters (Joel Luschek)

Orange is the New Black, c’est quoi ?


Dix ans après avoir commis un délit, Piper Chapman est finalement condamnée à 15 mois de prison dans un établissement de sécurité minimum. Avec sa petite amie de l’époque, Alex Vause, elle transportait de l’argent et de la drogue pour un grand trafiquant. Cette nouvelle est un choc et son adaptation à la prison est complexe.

Orange is the New Black, c’est bien ?


OITNB est le genre de série parfaite pour l’été. Le décor est original, les intrigues assez légères, le drama plutôt simple. Le schéma des épisodes est plus classique avec un épisode centré sur un personnage, avec des flashbacks et sa vie dans la prison, avec à côté la poursuite d’un fil rouge, le tout accompagné généralement d’une histoire secondaire plus marrante.
Il ne faut pas pour autant sous-estimée la série, avec une grande galerie de personnages et quelques intrigues bien construites, il faut tout de même être concentré. L’attachement au personnage fonctionne assez vite et on prend plaisir à retourner à Litchfield pour avaler la saison assez vite.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10

0 votant


J’ai plus trop les saisons en tête, j’avais noté tous les épisodes des deux premières saisons. J’attaque la troisième la semaine prochaine.

J’ai du mal à accrocher cette série dommage

Saison 3 sur Netflix :smiley:

1 J'aime

Je vais mater la saison 3 c’est sur :wink:

Le début de la seconde saison est plutôt bon. J’ai eu vachement peur après le premier épisode. :hoho:

Tu me fais penser qu’il faudrait que je termine la saison 2 aussi. :no:

J’ai aimé l’épisode 4 de la saison 3. Pourquoi? J’en sais rien :berlusconi:

Terminé la saison 3

Ça reste assez plaisant, j’aurai pu enchaîner les épisodes sans problèmes comme les deux premières. Le soucis c’est qu’il y a des intrigues boulets qui ont gâché pas mal d’épisodes.

Le culte qui pouvait être un délire sympa au début a quand même bien gavé au bout de plusieurs épisodes, faut savoir s’arrêter quoi. C’est comme Piper en mode gangsta, j’ai encore un doute : est-ce volontairement ridicule ou non ? S’ils sont sérieux, c’est vraiment bidon. Si c’est pour montrer que c’est juste une pauvre fille, ça passe plus, mais ça reste assez pénible.

Y a du positif quand même très bonne saison pour Pennsatucky, d’abord dans l’humour puis le shift sur son centric, ça a été bien géré. Sans grande surprise Suzanne a été excellente, le roman érotique ça c’était bien, surtout quand ça impliquait le garde :hoho:

Quelques promesses pour la saison 4 notamment Soso qui a été un peu chiante dans la saison mais dont l’évolution m’intéresse.

J’espère tout de même que les gardes reviennent, rien à foutre des rookies, je veux O’Neill, Bell et toute la troupe. Et remontrez un peu plus Chang :no:

J’ai commencé cette série il y a peu, j’en suis à l’épisode 6 de la saison 1. Au début, quand on m’en avait parler, je pensais pas du tout accrocher. Mais finalement j’aime bien, c’est plutôt sympa.

Bon donc comme je suis bien en retard sur cette série, j’ai mangé la 2ème saison en 2-3 jours.

Y’a quelques épisodes un peu chiant, assez long mais au final il faut bien calmer un peu le tempo parfois. Le final est revanche excellent, j’ai vraiment pris du plaisir à regarder les deux derniers épisodes, que ce soit Fig qui déchante ou Vee qui se fait écraser à la toute fin :hoho:

J’adore le personnage de Morello et grosse claque cette saison bordel le plot twist avec Christopher est magique, je m’attendais absolument pas à ça :hoho:

J’avais oublié de poster mais très courtes review de la saison 4 qui relance pas mal la machine.

Avis saison 4

4.01 - Bonne reprise. On prend le temps de clore ce qui était en suspens à la fin de saison 3. Le tout dans un ton léger, un rythme maîtrisé, sans lourdeur. L’arrivée de Judy King est un bon exemple de cette efficacité. En filigrane, on a la préparation de la saison, mais l’heure n’était pas à ce nouvel équilibrage avec l’arrivée de nouvelles détenues. 8/10

4.02 - Le drama revient sur fond géopolitique latine au sein de la prison. Ce n’est pas ce qu’on a connu de mieux, pareil pour les intrigues secondaires. Une fois n’est pas coutume, c’est Piper qui apporte la respiration de l’épisode, avec une auto-dérision sur son côté gangsta, c’était bien vu. 6/10

4.03 - Malgré la paranoïa de Lolly, le stress qu’elle ajoute à Alex, le nouveau job de Taystee et la scène de sexe dans la salle des visites, ce début de saison n’est pas aussi intense que je le pensais, les critiques étaient tellement dithyrambiques. Ça viendra, je n’en doute pas, mais pour l’instant ça ne m’emballe pas tant que ça. 7/10

4.04 - Un épisode chargé de Healy n’est pas forcément une bonne nouvelle, mais le plaisir est là malgré tout. C’est plus par les petites scènes annexes comme les dialogues impliquant Suzanne. L’épisode est globalement bien construit, avec le rôle de Healy dans une des intrigues de ce début de saison. Mais je reste encore tiède devant ce début de saison. 6/10

4.05 - Encore une fois je reste sur ma faim. Il y a une tension efficace sur la fin avec Maritza, l’expo des prisons apporte son lot de bons moments, et l’enquête de Suzanne est marrante. Mais il y a un manque de liant et l’histoire de Piper est inintéressante. Comme toujours, on ne s’ennuie pas, mais la série a été plus inspirée. 6/10

4.06 - « The aliens ain’t coming ? » L’épisode est d’abord assez léger (car centré sur Luschek), et le reste un bon moment avec notamment ce conflit israelo-palestinien revisité. Mais le ton change au fil de l’épisode, avec Nichols d’abord puis la guerre que vient de lancer Chapman. A l’image du season premiere, on a une alchimie qui prend mieux. 7/10

4.07 - C’est clairement monté d’un cran depuis le précédent. Les flashbacks n’apprennent rien de plus, si ce n’est que les acteurs castés pour les versions jeunes sont tous excellents, mais ils permettent de voir un peu plus Lolly. On fera assez vite le tour du personnage mais je trouve le travail sur elle cette saison très bon. Le reste a un intérêt variable, mais Chapman sent vraiment la pression monter, et le plan des filles menées par Cindy est marrant. 7/10

4.08 - On a toujours ce délicat mélange de drama (sombre en ce moment) et phases plus légères. Si j’ai du mal à compatir pour Piper, ça amène une remise en question qui est la bienvenue. Le trafic de drogue ne m’intéresse pas (j’ai du mal avec le jeu de l’actrice quand elle joue une Ruiz en mode gansta), mais le reste, comme Doggett ou Judy King par exemple est plaisant. 7/10

4.09 - Cette saison on ne s’ennuie pas, mais il n’y a pas de grands éclats. Cet épisode sur Blanca n’est pas palpitant. Le trafic ou Nichols sont un peu redondants. C’est du côté des sous-intrigues légères qu’il faut chercher, le dilemme branlette ou burger, les tentatives d’Ingalls pour aller au trou notamment. 6/10

4.10 - Une nouvelle fois, j’ai des difficultés à me passionner pour un épisode, on multiplie les petites trames, plus ou moins intéressantes, et on conclut par un cliff qu’on imaginait bien se produire un jour. Les intrigues au long cours qui se dessinent comme Caputo contre la MCC ou la guerre des clans sont plus intéressantes, mais ça met du temps, ils attendent probablement les tout derniers épisodes pour ça. 6/10

4.11 - « Ok. I don’t give a shit. » Voilà du OITNB que j’espérais. C’est touchant, tragique, intense et révoltant. Les flashbacks avec Suzanne sont bons et parviennent même à surprendre quand on voit dans quoi elle s’engage. Pour les gardes que deux trafiquants et un violeurs paraissent les moins “pourris”, c’est qu’il y a un vrai malaise, et c’est ce que j’aime dans la série. Concernant l’enquête, on devine qui va tomber, mais ça n’en reste pas moins bien amené. Le meilleur épisode de la saison. 8/10

4.12 - La préparation de la manifestation entre les clans est hilarante, cela permet de relâcher la pression entre un épisode 11 assez éprouvant et la suite de celui-ci qui est difficile également. J’avais été spoilé sur le sort réservé à un personnage, j’avais imaginé une victime collatérale de la guerre des gans, mais là c’est encore plus triste. Les propos de Caputo dans l’épisode sonnaient finalement comme une prophétie. 8/10

4.13 - Je comprends mieux les très bonnes critiques sur la saison. Elle a fini avec trois très bons épisodes. Celui-ci est incroyablement touchant dans ses flashbacks, et ce mélange de tension, chaos, humour apporte beaucoup. L’une des forces de l’épisode est aussi d’avoir cette fin cynique. Une bonne action de Caputo est sentie comme une trahison. La série excelle dans ce domaine, ces personnages ou ces situations “gris”. Il y a des personnages ignobles auxquels on s’attache, où leurs gestes paraissent compréhensibles. On est prêt à pardonner des horreurs car il y a pire à côté. Quelle fin de saison en tout cas. 8/10

La scène avec Nabilla :hoho:

Je m’attendais à pire.

1 J'aime

Original le fait de reprendre ce qui l’a rendu célèbre.

Avis Saison 5

5.01 - Un retour correct. Le cliffangher ne donne rien de très intéressant directement mais la révolte se met en place. Il y a une euphorie maîtrisée en terme de rythme et de réalisation, on n’est pas paumé tout en sentant le chaos à l’intérieur. On a une petite dose d’humour et de situations personnelles pour garder le combo classique. Je n’ai pas été totalement captivé, mais c’est un retour efficace. 7/10

5.02 - La saison se joue sur une courte période, c’est une bonne idée, mais ça va compliquer l’évolution des personnages je pense. Il y a des petites redites du premier épisode, l’organisation des détenues est moins intéressant ici. Les flashbacks sont mineurs, même si Frieda peut mettre en avant son côté McGyver. 6/10

5.03 - Je reste sur ma faim. Le rythme peine à emballer et je trouve que ça manque de variété. Les flashbacks autour de Linda ne sont pas très palpitants mais développent un peu le personnage et quand Suzanne arrive dans la cantine on a enfin un passage touchant. 6/10

5.04 - Spiritisme, polygamie, nazis en hijab et talent show, cet épisode est plus dynamique et surtout mixe un peu mieux les prisonnières de groupes différents. C’est parfois dans ces passages là que je trouve la série la plus pertinente. 7/10

5.05 - Les flashbacks comme l’épisode manquent un peu d’intérêt jusqu’aux dernières minutes qui représentent le meilleur passage de la saison jusque là. Avant ça, en dehors de la vente d’une esclave et Caputo qui tente de négocier depuis son chiotte amenaient au moins de l’humour. 6/10

5.06 - Je décroche un peu. Je trouve le concept de la saison intéressante et il y a parfois des trouvailles d’humour, de bonnes idées, mais là hormis Nicky en thérapeute voire les flashbacks de Taystee, ça m’est passé au-dessus. 5/10

5.07 - Le foutoir de la prison est bien rendue car c’est bien un foutoir dans l’épisode, malgré tout, la première moitié est bonne, l’atmosphère est plaisante. C’est plus irrégulier par la suite, mais l’hommage dans la nouvelle bibliothèque est touchant. 7/10

5.08 - Hormis la fin, rien ne m’a vraiment marqué dans cet épisode. Il n’est pas ennuyeux, on continue d’avoir de quoi s’occuper comme Suzanne et son circle jerk ou les négociations mais ça n’a pas de moments aussi forts que dans le précédent épisode. Concernant Daya, les flashbacks tarde à montrer son intérêt. 6/10

5.09 - La vibe film à suspense avec l’arrivée de Piscatella est intéressante mais aurait pu être mieux exploitée. Le centric sur Red tarde vraiment à se montrer percutant. C’est dommage, à l’image de la saison, les idées sont bonnes mais on reste sur notre faim. Le reste de l’épisode est assez anecdotique. 6/10

5.10 - Le niveau monte d’un cran, Piscatella relance un peu les enjeux, les négociations commencent enfin sérieusement. Les flashbacks sont utiles mais déçoivent un peu car ils sont sans véritable surprise, on devine ce qui va déclencher la haine de Piscatella. Des petites réserves donc, mais les intrigues secondaires font assez bien le taf. 7/10

5.11 - L’épisode est assez consistant même s’il manque un brin d’humour ou de tension pour le rendre meilleur. C’est en toute fin d’épisode qu’on touche à des émotions plus sincères. Le pétage de câble de Suzanne ou le plan de Gloria sont clairement le point fort, et on arrive au générique dans la foulée. 7/10

5.12 - Comme pour le précédent, la fin est bonne et on sent enfin que le temps presse et que la situation est tendue, c’est peut-être ce qui a manqué à la saison, l’émeute était trop calme. Concernant l’épisode, les flashbacks n’ont pas un grand intérêt mais dans la prison, les interactions sont assez pertinentes. 7/10

5.13 - J’aurai des reproches à faire sur la saison mais pas sur ce final. L’assaut amène enfin ce sentiment de chaos, mais l’épisode s’offre tout de même des moments de répits, de tendresse (Suzanne), de l’humour (la Team Latte, excellente) et un suspense sur la fin. J’aurai bien fait sans le cliffangher (mais bon Netflix a bien renouvelé cette série…), les images dans les bus suffisaient je pense pour maintenir la curiosité. La série prend un risque, ce sera intéressant de voir comment elle va négocier (l’inévitable) retour à la normale. 8/10

Retour le 27 juillet

1 J'aime

Le 27/07, c’est demain :carlton:

Orange is the New Black - Saison 6

6.01 - On débute avec un voyage dans l’esprit de Suzanne, concept amusant, voire touchant car elle cherche à se rassurer dans ce nouvel environnement, mais ça traine trop pour vraiment fasciner. La suite est tout aussi pessimiste, les détenues sont isolées, parfois frappées. Mais là aussi, ça marche pas toujours car on force trop le trait sur les gardiens sadiques et pervers. La fin avec Red ou le fil rouge sur Suzanne ont néanmoins bien accompagné l’épisode. 6/10

6.02 - L’enquête du FBI gagne en intérêt et les gardes se montrent plus supportables. Ce centric sur Cindy a des flashbacks sans trop d’utilité mais amène à une décision importante qui pourrait donner le ton de la saison. La Guerre Ruiz et Diaz est intéressante aussi. On a des histoires secondaires sur Caputo (bof), Piper et une nouvelle détenue (bon twist) et Coates/Penn (ça allait). 6/10

6.03 - C’est fou, aussi vite vu, aussi vite oublié. J’oublie facilement les trames secondaires dans ce centric Frieda. Le focus sur Frieda en lui-même est assez bon, j’aime les personnages qui la jouent façon McGyver dans la prison pour s’en sortir. Au niveau des histoires secondaires, on a surtout Red qui fait du mime pour faire passer une info capitale et les filles du secteur D qui font le ménage dans un block plus calme, cette partie là, mise à part le fait de retrouver plus en longueur certaines filles, n’était pas géniale. 6/10

6.04 - C’est un centric Nicky mais elle ne semble pas plus présente que les autres dans cet épisode, et les flashbacks n’apportent rien, comme ça arrive trop souvent depuis quelques temps malheureusement. Piper a enfin une réponse pour Vause, ce qui enlève une intrigue secondaire qui n’a jamais vraiment décollé en intérêt, ça a plus servi de comic relief qu’autre chose. Concernant les autres personnages c’est un peu plus intéressant, Taystee découvre l’ampleur du bordel et le retour des anciens gardes est bienvenu. 7/10

6.05 - Pas de flashbacks, ça permet d’explorer plus de personnages, la saison en a besoin je pense car ça manque vraiment d’unité. C’est évidemment volontaire avec le changement de décor, mais la série peine à dynamiser ses intrigues et à relancer vraiment ses personnages. Si ce n’est peut-être Ruiz qui est tout en bas de l’échelle. La tentative d’humour noir avec la Fantasy Draft a fonctionné sur un épisode, mais faudra pas trop faire durer le truc. Le meilleur de l’épisode est finalement dans la simplicité, avec Frieda qui cohabite avec Suzanne, après avoir partagé sa cellule dans le calme avec un cadavre. 6/10

6.06 - Mouais. C’est logique de proposer des flashbacks de certains nouveaux visages, ici Daddy, et on offre un portrait nuancé mais l’épisode, les flashbacks, les évolutions ne m’ont vraiment pas intéressé. La Fantasy League a déjà atteint ses limites, la rivalité des deux blocs se loupe un peu niveau humour je trouve. Le fil rouge MCC et l’enquête est assez discret ici. 5/10

6.07 - « He’s the poor man Chris Pratt » Les flashbacks sur Badison permettent de définitivement trancher sur ce personnage qui joue aux dures, on retiendra surtout la fin cynique de son passé. J’ai enfin mis le doigt sur ce qui me gêne vraiment cette saison, les absences du cast sont un vrai soucis. Maria disparait pendant un moment après un évènement important, on l’avait du coup un peu oublié et elle revient et on est censé se montrer intéressé. Bref, le nouveau décor amène de nouveaux personnages mais aussi un soucis pour montrer tout le monde, faire évoluer leurs histoires de façon cohérente ou fluide. Et je ne parle même pas des personnages disparus, en étant au mieux mentionnés comme Maritza, Brook et autres. L’espèce d’harmonie des intrigues qui marchait parfois brillamment a disparu, c’est un foutoir avec des fils rouges très en retrait. 5/10

6.08 - Je suis vraiment perplexe devant cette saison. Le changement de décor a certes changé les dynamiques, mais je pensais que ça les aurait inspiré au niveau des intrigues, là on avance pas, ou très peu, à chaque fois. Le centric Tasha ne fait pas avancer grand chose, si ce n’est la détourner de Tamika. Le reste ? Rien de notable. Le cours de fitness passe le temps, tout comme le projet bébé de Blanca. La partie sur Red ou Vause ne m’emballe pas vraiment. 5/10

6.09 - Le plus plaisant depuis un moment, probablement depuis le début de la saison. Enfin j’ai apprécié les scènes, même si c’était anecdotique. Les discussions, les rencontres, les flirts ont donné une certaine ambiance apaisante ici. Comme le dialogue à l’infirmerie avec Nicky et Barb. On avance à un rythme plus constant sur Taystee aussi, la déposition de Caputo était sympathique. 7/10

6.10 - Un centric Barb/Carol, ça ne semblait pas des plus emballants au départ mais la cruauté dans cet épisode est vraiment intéressante. Le flashback est atroce, et le piège qui se referme sur Nicky qui tenait à être loin des gangs termine bien l’épisode. Cela change vraiment la vision de ces personnages et de leur Guerre. Le timing est bien choisi, mais je dois avouer qu’en révélant un peu plus tôt la nature des personnages j’aurais pu mieux rentrer dans cet univers différent, jusque là, les personnages faussement badass me faisait pitié. Les à côtés sont plutôt pas mal aussi, que ce soit dans la légèreté ou l’évolution de l’enquête. Un petit mot sur Adeola, parmi les nouveaux personnages secondaires, c’est la plus marrante. 7/10

6.11 - On avance plus concrètement du côté da la mutinerie avec une surprise pour Taystee. Les intégrations de Sophia, Caputo ou Linda autour de ça sont des bonus appréciables. La partie sur Frieda est intéressante également, avec ce qu’il faut d’humour et une construction réussie. Le reste est plus délicat, Badison devient vraiment pénible (et j’ai rien contre l’actrice qui tente tant bien que mal à montrer la fausseté du personnage), Nicky manque de finesse, Aleida et le gardien c’est assez classique et surtout la fin gâche vraiment tout l’épisode. Cette histoire de Fantasy League avait un léger potentiel comique, là c’est devenu grotesque. Pour un jeu on prépare les conditions pour un potentiel meurtre… 6/10

6.12 - La façon dont tout s’emmêle autour de Piper, avec l’aide de petites coïncidences est assez habile, avec une forme de cynisme classique dans la série. Le procès se poursuit mais reste bien trop en retrait pour élever les épisodes. En dehors de ça, c’était poussif, c’est pas chiant mais ça ne m’intéresse vraiment pas. 6/10

6.13 - « Slide that fucker, then. » Ce n’est pas un secret, j’ai eu du mal avec cette saison. Ils ont eu du mal à explorer leur idée de changement de décor. Des choix ont été malheureux, le fil rouge très mal rythmé et le cast mal géré. Mais cet épisode est très bon. Avec des moments de tendresse, de tension, des touches d’humour, d’espoir, et de désespoir. Avec quelques images, ils arrivent à montrer tout le cynisme de ce pays. En étant parfaitement dans l’ère du temps avec ICE qui fait sa cueillette et PolyCon qui diversifie ses activités. Le duo Barb/Carol aura réservé une dernière surprise avec leur plan astucieux… Et la série propose une dernière surprise pour ce duo avec l’anecdote du canard et une conclusion étonnante (et bienvenue). Je pense que le duo n’a pas été exploité parfaitement, elles ont été trop discrètes et pas assez malines pour justifier leur status mais sur quelques scènes, leurs flashbacks et cet épisode, on a eu de bonnes scènes. La saison n’est pas vraiment sauvée par cet épisode, mais il parvient à garder l’espoir car on arrive probablement bientôt à la conclusion. 8/10

2 J'aimes

Ai terminé ça hier. Pas la meilleure saison effectivement mais ça reste très acceptable :7/10 pour moi sur l’ensemble.
J’ai pas adhéré directement à toutes les intrigues comme celle de Carol et Barb qui ont tardé à se mettre en place.

Vers un centre de rétention, effectivement le cynisme est bien exploité