Rectify

Rectify


Genre : Drama
Diffuseur : Sundance (US), Arte (FR)
Date de sortie : 2013

Série créée par Ray McKinnon

Avec Aden Young (Daniel Holden), Abigail Spencer (Amantha Holden), J. Smith-Cameron (Janet Talbot), Adelaide Clemens (Tawney Talbot), Bruce McKinnon (Ted Talbot Sr.), Clayne Crawford (Ted Talbot Jr.), Luke Kirby (Jon Stern), Jake Austin Walker (Jared Talbot), J.D. Evermore (Sheriff Carl Daggett), Michael O’Neill (Senator Roland Foulkes)

Rectify, c’est quoi ?


Daniel Holden, accusé du viol et du meurtre d’une jeune femme est envoyé en prison et condamné à la peine de mort. 19 ans après, il est libéré après un test ADN remettant en cause toute l’affaire. Il est temps de retrouver sa famille et le monde réel. Et pour un homme qui se savait condamné, les premiers pas sont déroutants, d’autant qu’il n’est pas officiellement innocenté…

Rectify, c’est bien ?


Rectify est une série qui peut diviser, certains ont lâché à cause du rythme très lent mais ceux qui ont été pris dans l’histoire et surtout les émotions véhiculées dès le premier épisode ont été conquis. Daniel est un homme brisé par ce couloir de la mort. Passer 19 ans à attendre sa mort pour finalement sortir demande une adaptation. Encore plus quand on n’est pas totalement innocenté.
La série vous fera réflechir sur la peine de mort évidemment, mais testera également votre humanité. Daniel est accusé d’un crime atroce mais on ne sait pas s’il est innocent ou coupable. Allez-vous pouvoir vous attacher à lui ? Et si on apprend bien plus tard qu’il est coupable, comment allons-nous réagir ?
Rectify est portée par un grand casting, Aden Young quasiment inconnu avant ça est exceptionnel, et le supporting cast fait plus qu’assurer. La réalisation est soignée et la photographie parfois à tomber.
Cette série est lente certes, mais fine, calme, belle, tendre, touchante. Très touchante.

Alors que la série reprend jeudi soir aux US, SundanceTV a annoncé le renouvellement de la série pour une 4ème saison.

6 sujets explorés par la série

C’est un sujet lourd qui est bien souvent abordé de façon plus légère qu’on ne pourrait l’imaginer. En tout cas, cela n’enlève rien au fait que Rectify se propose avant tout de nous offrir des perspectives intelligentes sur des thèmes qui touchent tout le monde et qui justifient amplement que l’on s’investisse dans son histoire :

3.01 - HoorahOn reprend directement l'esprit de la fin de saison 2. Une ambiance pesante, tout le monde ou presque est à bout. La tension entre Ted Sr et Daniel est peut-être la plus triste. La scène au parc (la crainte de la mère se comprend) est aussi une claque pour Daniel. C'est un épisode pesant, et prenant. 8/10

3.02 - Thrill Ride"*Pretty pretty please*". Damn. C'était cool d'avoir un Teddy centric. Pas sûr que ça aide à le rendre plus attachant par contre. C'était clairement pas le but de toute façon, l'acteur réalise une très bonne perf. La dernière scène marquera les esprits. On retiendra aussi la conclusion de cet épisode concernant le duo Daniel/Amantha. Comme elle l'a dit en fin de saison 2, son plea deal va la changer, elle n'est plus possessive, maternelle avec Daniel, elle est clairement déçue voire aigrie. Enfin, la discussion Amantha/PEanut est sans doute l'un des meilleurs moments de la saison. La naïveté de l'une face au cynisme de l'autre, excellent. 8/10

3.03 - Sown with Salt"*DNA’s a mofo, y’all. There’s a lesson for you right there*". Amantha qui fout l'ambiance dans une formation de manager, bonne scène pour décompresser. Ray McKinnon retrouve une saison plus courte et cela est bénéfique à la série je pense (même j'ai adoré le premier visionnage de la saison 2), il peut nous plomber le moral de façon plus intense. J'aime bien l'enquête qui se fait, les non-dits de Daniel, la manipulation de Trey, c'est vraiment captivant. Daniel m'a frustré comme jamais dans son dialogue avec le sheriff au début, "mais parle bon sang !", c'était rassurant de le voir agir enfin. Bon par contre, le pauvre Jon qui espérait aucune surprise devant le sheriff en a eu pour son argent. 8/10

3.04 - Girl JesusOn a toujours des frustrations, celle de dire à Daniel de se réveiller, de parler. Mais il est bloqué, et la série parvient à maintenir une tension et une découverte perpétuelle de façon subtile. On sent Daniel frustré par le manque de liberté, comme il a été meurtri de voir la crainte de la mère au parc précédemment, mais la façon dont il exprime ça est tellement particulière qu'on reste toujours surpris. Et au-delà de Daniel, beaucoup de situations font mal, comme l'envie de bien faire de Teddy, la trahison qu'il a senti de la part de Janet. Ted Sr aussi qui défend sa famille de façon légitime mais se heurte à une mère... J'ai apprécié aussi l'interrogatoire de Tawney, avec son "univers" à elle, elle dégage une force, une bonté et un répondant qui fait plaisir à voir. Aucun personne n'est une caricature. 8/10

3.05 - The Future"*So I’m gonna help him. As much as I can. As much as he’ll let me. So he’ll have a chance*". Cet épisode est une respiration. Après avoir tous plongé, ils prennent enfin un tournant. Ils agissent, ils parlent, ils se libèrent en quelques sorte. On peut aussi en apprendre plus sur Tawney et comprendre exactement d'où vient cette attraction pour l'histoire de Daniel, Teddy se reprend en main également et exprime ses peurs. Janet impose enfin son envie d'aider Daniel. Ce dernier a aussi une respiration vis à vis de la police (un passage excellent !). Et ça fait du bien. Après environ 90% d'épisodes éprouvants, on commence à voir une lueur d'espoir. 9/10

3.06 - The SourceTrès bel épisode, plus léger (tout en restant émouvant, j'ai forcément versé quelques larmes) mais qui n'oublie pas tout son passif de 21 épisodes. Après la terreur, le desespoir, c'est l'espoir qui domine et qui touche. Le road trip avec sa mère est un grand moment. Le duo Teddy/Amantha arrive aussi à être touchant, Jared le pauvre est toujours exclu, mais la série en sourit. On n'oublie pas le généreux Ted Sr, qui fait ce qu'il peut dans ce bordel... Et puis il y a Jon. C'est une très bonne surprise de le voir garder une grande place, sa rencontre avec le sénateur est un moment fort. Les rôles s'inversent dans cette saison de Rectify ! 9/10

La saison 4 sera la dernière de la série.

Il semble que ce soit la volonté de Ray McKinnon donc ça me va. Mais ça va me manquer.

Source: les inrockuptibles
4.01 - A House Divided (7/10)

Le début est un peu déroutant, on voit Daniel et sa nouvelle vie, sur un rythme très Rectifien. Mais sans sa famille pour l’équilibre de la série on se sent un peu perdu dans ce rythme. On est rassuré dans sa dernière ligne droite quand Daniel doit faire un choix et s’ouvre aux autres. La bouffée d’oxygène de la fin de saison 3 pourrait se confirmer ici, avec la reconstruction de la vie de Daniel.


4.02 - Yolk (8/10)

Après Daniel, on a la situation à Paulie. Plus que jamais, on a une famille brisée qui elle aussi doit se reconstruire. L’épisode n’en est pas que sombre, les scènes Amantha/Teddy sont un grand bonheur et la scène finale avec Janet qui se venge à sa façon termine l’épisode sur une note moins triste. Car Janet est très touchante ici, déprimée, en attente d’un signe de Daniel, avec un mariage devenu très froid, elle ne respire pas la joie de vivre. Il manquait une grosse scène pour le quota de larmes et pour en faire un grand épisode, mais on y vient.


4.03 - Bob & Carol & Ted Jr. & Alice (7/10)

La saison a quelques difficultés à trouver son ton pour l’instant, sans ce sentiment d’urgence (si ce n’est celui qui nous approche de la fin de la série) il y a un petit manque. L’émotion est moins présente, même si la science du dialogue et du rythme est toujours là, dans cette saison qui amorce la reconstruction totale de leurs vies. On a tout de même de très belles scènes comme Janet et son vin, ou Daniel et Chloe qui nous font une danse avec les mots très agréable.


4.04 - Go Ask Roger (7/10)

« Wait. I just like to bitch a little before daylight. » Pourquoi on ne peut pas nous laisser un instant de bonheur ? Cette fin est terrifiante… Quelque chose me gêne, avec le recul je trouverai ce qui a manqué à cette première partie de saison. C’est moins éblouissant, prenant. Comme toujours, on ressort des scènes très réussies, qui concernent Daniel, Teddy, Amantha ou Janet. Mais, si j’aime beaucoup Jon et le revoir est toujours un plaisir, voir l’affaire se compliquer me semble pas approprié.


4.05 - Pineapples in Paris (9/10)

« So much yelling. So butt-ass early. » Un simple “Hello Mother” avec la voix d’Aden Young suffit à te faire craquer. Je retrouve toute la force de Rectify, construire ses scènes pour t’amener à des émotions pures, c’est beau ou tragique, intense ou reposant, mais tu regardes avec fascination, à chialer comme une merde devant les scènes les plus simples du monde. Cet épisode est une réussite totale, amenant les personnages à des moments charnière, que ce soit Daniel qui s’ouvre, Teddy qui prend les choses en main ou Janet qui détruit son couple.


4.06 - Physics (8/10)

« You’re a good girl. You say your prayers, you’ll be all right. » Bon épisode, qui m’a moins porté que le précédent mais qui dégage une même énergie. On a de la profondeur, des moments intimistes, et même de l’humour avec big ol’ Teddy. La sincérité de Daniel apporte une nouvelle dynamique bénéfique avec sa mère. Les scènes avec Chloe ont un poil moins marché (mais restent bonnes) car il a sans doute manqué un peu de temps pour construire cette relation là. Mais c’est un micro-détail dans un épisode bien ficelé, prenant de bout en bout. Rectify a trouvé son tempo cette saison, il a juste fallu digérer le bannissement de Paulie.


4.07 - Happy Unburdening (9/10)

« and then… darkness » Trois craquages, pas loin de quatre avec la scène Daniel/Pickle. Rectify a un mélange de mélancolie, d’espoir, et de bonheurs simples qui est absolument remarquable. La scène Teddy/Ted m’a ému aux larmes, Clayne Crawford est tellement sous-estimé, la danse est somptueuse, Amantha et Jenny ont une courte mais belle scène aussi… Cet épisode a tout l’essence de Rectify, de belles scènes, calmes et des pointes dans l’émotion qui t’achèvent, un avant-dernier épisode magnifique.


4.08 - All I'm Sayin' (9/10)

« Life is good today » J’ai tenu deux minutes, avant le générique on m’avait déjà achevé. Beaucoup de très belles scènes au début d’épisode. On a droit ensuite à des évolutions, clins d’oeil avant les derniers au revoir. Cette fin est moins déchirante que je le pensais, mais l’idée est là, c’est plus ou moins ce que j’espérais. La saison était assez claire sur les intentions, et le fait qu’il n’y ait presque pas de surprises rend ça plus satisfaisant dans un sens. Un petit mot sur Daniel qui affronte ses traumatismes. Comme un clin d’oeil à nous, on affronte l’un des plus marquants dans Rectify, l’adieu de Kerwin, un bon moment. C’était simple, touchant, beau à mourir. C’était Rectify.