Review (with Forrest MacNeil)

Review (with Forrest MacNeil)


Genre : Comédie, mockumentary, real-tv
Diffuseur : Comedy Central
Diffusion : 2014-2017 (3 saisons)

Série créée par Andy Daly et Charlie Siskel

Avec Andrew Daly (Forrest MacNeil), Jessica St. Clair (Suzanne MacNeil), Megan Stevenson (A.J. Gibbs), Michael Croner (Josh), Tara Karsian (Lucille), Kaden Gibson (Eric MacNeil), James Urbaniak (Producer Grant), Fred Willard (Jack T. Walthall)

Review, c’est quoi ?


Forrest MacNeil anime l’émission Review où il évalue la vie comme d’autres notent des plats, des livres ou des films. Cet homme on ne peut plus banal s’implique à 100% dans son émission, n’hésitant pas à prendre des risques légaux ou personnels.

Review, c’est bien ?


Habitué aux seconds rôles (Eastbound & Down, MadTV, Silicon Valley, etc.), Andrew Daly tient enfin son propre show. Le personnage lui correspond parfaitement, il y joue le mec banal voire ridicule sans problème. Comme Forrest MacNeil, il se donne à fond pour ses review et livre une très bonne performance. La bonne surprise ne vient pas forcément de son travail sur le show, Review est bien plus qu’une série à sketchs, un vrai fil rouge se dessinne et donne une profondeur inattendue aux épisodes, surtout dans la seconde partie de saison.

1.01 - Stealing; Addiction; PromJe précise que c'est mon second visionnage. La première fois, j'avais apprécié la plupart des sketchs et j'avais été surpris par le fil rouge qui se dessinait, c'était plus recherché que je le pensais.

Sur cet épisode il teste le vol (2/5), la montée en puissance du délire et l’entrée dans la banque sont excellents :hoho:

Ensuite l’addiction (0.5/5), il teste la cocaïne, c’est pas pour lui mais après l’alcool qui le rend somnolant, il fait un tour aux chiottes et revient avec la poudre au nez complètement shooté. Sa femme pète déjà un câble, sa famille prépare une intervention, il va déjà trop loin :mais:

Prom (0.5/5) décrit assez bien le personnage. Malgré sa jolie femme, c’était le souffre-douleur, invité à un faux prom, aucun rencard, il tente de se rattraper un peu sur sa vie mais part trop en couille. Il vole un porte-feuille, achète de la cocaïne et finit à l’hosto.

On est dans le bain :hoho:

1.02 - Sex Tape; Racist; HuntingSex tape : 4/5 Racisme : 0.5/5 Chasse : 3.5/5

Hormis la chasse, on a un bon épisode, la sex-tape était à la fois marrante et pathétique et surtout la review sur le racisme était tout simplement excellente, je me suis marré tout du long. Sacré Forrest !

1.03 - Pancakes; Divorce; PancakesPancakes (0.5/5) Divorce (non noté) Pancakes (5/5)

Marrant, pathétique et encore marrant. La série prend son envol et trouve le ton juste.

De plus, les personnages secondaires s’affirment, notamment AJ très drôle dans ses courtes interactions avec Forrest. Le producteur lui est prêt à tout comme Forrest mais le montre différemment.

La partie du divorce lance parfaitement la part de drama du show, mais parvient tout de même à rester drôle. Notamment sa réaction quand ils parlent de leur gosse “Ah, yeah. He is not gonna like this.” :hoho:

J’aime beaucoup l’idée, je vais jeter un coup d’oeil.

Ca se regarde très facilement, au premier visionnage je prenais ça pour un sketch show, mais en fait c’est une véritable série, et les différents sketchs amènent toujours un truc sympa. Sauf la chasse, je crois que c’est le pire.

Hâte de voir la saison 2 à la fin du mois, y avait une conclusion sympa

1.04 - Celebrity; Batman"*It's not my urine*"

Excellent, je retrouve vraiment l’esprit des séries mêlant pathétique, humour, tendresse. Forrest a vraiment pris un virage, le voir se ridiculiser devant Ashley Tisdale puis démarrer la review de Batman en étant dépressif, c’est vraiment marrant. Et la fin de Batman où il se reprend en main est assez jouissif aussi.

  • What are my chances of sleeping with Ashley Tisdale? Be honest.
  • … Really good.

1.05 - Best Friend; Space Best Friend : 2.5 Space : 5

I have, uh… I have good news, and I have really, really bad news…

Les deux dernières minutes sont tout simplement géniale. Dommage que le reste soit juste correct. La partie sur le meilleur ami était pathétique au départ mais n’a jamais vraiment décollé. L’espace ça démarre timidement mais la fin, à force d’insister sur ce gag grotesque finit par faire éclater de rire. Quand ils reviennent du voyage, j’étais plié jusqu’au bout.


1.06 - Road Rage; Orgy Road Rage : 1.5 Orgy : 2

You see, I was delighted by the variety and the abundance of sex there, but by the end of my time as a swinger, I didn’t know what felt more empty. My heart, my soul, or my balls? Going to an orgy, two stars.

Le road rage démarre bien, mais malgré ‘Rafi’, la suite n’est pas aussi bonne. L’orgie est excellente, on pourrait dire qu’il y a des gags faciles, mais tout colle tellement au personnage, ça fonctionne parfaitement.


1.07 - Revenge; Getting Rich; Aching Revenge : 1 Getting Rich : 4 Aching : 3

J’adore les petits clins d’oeil comme le prof de la première review qui se retrouve à la fin de l’épisode. C’était dense, pas toujours génial mais dans l’ensmble vraiment sympa. La troisième review ressemble à un bon gros délire de scénaristes qui ont besoin de décompresser, mais ça marche tout de même, le truc va loin, mais ça reste cohérent avec les personnages. Niveau comédie, on est dans un bon niveau, ça change de pas mal de programmes du genre qui sont pour le coup hyper inégaux.


1.08 - Marry; Run; Party Marry : 5 Run : 1.5 Party : 3.5

On ne peut que sentir une vibe Michael Scott sur cet épisode. Encore une fois, on n’a pas trois sketchs séparés, mais un vrai fil conducteur. Une petite montagne russe avec du bonheur pour Forrest, de la déception, retour de la solitude pour finir sur une note d’espoir. L’attachement à Forrest est bien là et on ne peut qu’accrocher à cette conclusion.


1.09 - Quitting; Last Day; Irish Quitting : 2 Last Day : 5 Irish : 5

Is it part of the brain tumor ?

Bizarrement l’émotion prend moins que le précédent. Mais là encore la construction est bonne, les trois histoires se complètent et amènent à cette conclusion. Jusqu’au bout de ce qui est humainement possible, Forrest poursuit sa review sur le fait d’être irlandais, même dans le moment le plus sérieux possible, il ne lâchait pas, c’est vraiment un taré. Mais ça permet d’avoir une conclusion plus forte du coup. Curieux de voir la saison 2, en espérant revoir AJ notamment.

Mes avis sur la saison 2

A une époque où toutes les comédies nous rappellent une autre, ce show est vraiment unique. On est entre le sketch show, une comédie noire, et on a même du Hannibal sur la fin. Cette saison 2 était un peu plus WTF, mais elle était aussi beaucoup plus sombre et on sent plus la spirale infernale s'enclencher à partir de l'épisode 5.

J’aurai aimé plus de AJ Gibbs, plus de Suzanne et son fils, plus de Tina (superbe ajout cette saison, c’est une dingue), mais c’était vraiment cool.

Un renouvellement est peu probable, mais ça restera un show assez marquant.

1 J'aime

Renouvelée pour une saison 3 qui concluera la série. Elle pourrait être composée de 3 épisodes seulement.

Bonne nouvelle cela dit, vu les audiences c’est déjà cool d’avoir une fin

Pour me préparer à la fin du show jeudi soir, j’ai revu les deux premières saisons, je suis presque au bout.

Les deux gros temps forts jusque là sont la review William Tell magistrale de bout en bout. Que ce soit son projet initial, le plan B avec un orphelin et la conclusion, je me suis fendu la gueule.

Magic 8 Ball est énorme aussi avec sa technique pour la cacher (y a juste la moitié de la review)

1 J'aime
Review - Saison 3 (Fin de série)

Review 3.01 - « Hi. Is your cat dying? Well, if the doctor says that there’s nothing you can do for the bee sting, I would be happy to put him down for you. » Le final de la S2 est vite expédié, il n’y a que trois épisodes pour boucler l’histoire. On retrouve vite nos repères néanmoins avec une première review qui prend une tournure inattendue quand un taco qu’il doit goûter n’est plus fait depuis 6 mois. Le passage au tribunal est très drôle, la review sur l’animal à euthanasier est assez bonne aussi. La troisième a moins marché. Bonne reprise dans l’ensemble. 7/10

Review 3.02 - « Suzanne… I forgive you. » Le co-host était attendu depuis longtemps et sans surprise AJ Gibbs fout en l’air tous les principes qu’il s’est fixé pour l’émission. Mais lui ne pige pas et reste bloqué dessus jusqu’à la dernière review de l’épisode. La review Helen Keller est très drôle et la dernière enlève tout espoir de voir Forrest retrouver sa famille, il est tellement obtu. Tout repose sur les dialogues dans celle du pardon et ça fonctionne parfaitement. 8/10

Review 3.03 - « I think it may be the end of “Review.” » Conclure une série est toujours délicat, et si j’ai adoré le show et l’humour si particulier d’Andy Daly, je dois avouer que cette fin m’a surpris… et un peu déçu ? Je pensais voir les 10 dernières minutes autour d’un choix fort pour qu’il ait une chance de vivre mais il a choisit autre chose. Ça rentre pleinement dans l’humour du créateur, un cynisme jusqu’au bout. La dernière review est très bonne mais on voit les minutes défiler et on comprend que ça va se terminer aussi froidement. Belle claque néanmoins. Pour le reste de l’épisode, la première review est géniale, Forrest qui se réveille quelques minutes dans le futur et se retrouve paumé par la technologie. L’éclair était court mais marrant, et la review demandée par Suzanne est assez dure, c’est sympa de voir AJ qui tente aussi de protéger Forrest mais il était simplement irrécupérable. Bye Forrest ! 8/10

:sadboy:

Andy Daly s’est remis dans son personnage pour une petite vidéo où il donne des nouvelles de Forrest qui attend toujours que la blague de l’annulation de la série touche à sa fin