:sui: Servette FC - Entrer dans la Légende

SERVETTE FOOTBALL CLUB

Nous sommes à l’aube de la saison 2024-25, Julian Campos rempile pour une nouvelle année à la tête des Grenats, club qu’il dirige depuis juin 2017. Le club écrase le championnat, mais reste sur deux éliminations successives en phase de poule de la Ligue des Champions.

Mais les parcours en Europa League ont été une franche réussite. Les Genevois ont remporté leur première compétition européenne en remportant, face à l’AS Roma (2-0), la petite soeur de la Ligue des Champions en 2022-23, avant de revivre un nouveau parcours fantastique la saison dernière, ne perdant qu’en finale face à Tottenham (2-3), encaissant un but dans les derniers instants du match.

Bénéficiant pour la première fois du statut de tête de série, les Grenats espèrent cette fois vivre un printemps dans la plus grande des compétitions européennes, après en avoir atteint les demi-finales (2020-2021) et les quarts (2021-2022).

13 J'aimes

Présentation effectif :

Notre effectif a évidemment beaucoup évolué au fil des années, et est désormais emmené par la jeunesse et des leaders formés au club. Voici nos guerriers.

Gardien de but:

Marco Carnesecchi entame sa quatrième saison chez nous. Il a poussé sur le banc Jérémy Frick, et s’est imposé comme un gardien très sérieux.

Cet été, nous avons laissé partir Jérémy Frick, fidèle serviteur qui souhaitait quitter le club, et qui a rejoint Arsenal (tout de même!). Ma priorité absolue était Miomir Babic, jeune gardien international -21 de l’équipe nationale et sans aucun doute le futur gardien de la Nati. Je l’ai arraché à Grasshoppers, pour 1,9M€.

Latéraux :

Loris Benito joue sa cinquième saison chez nous. Après avoir été capitaine pendant trois ans, il cède cette année son brassard à Vladimir Stoev. Il approche doucement de la fin, mais continue à aligner les performances de haut volée. Un leader.

Alan, c’est un peu notre couteau suisse, mais brésilien. Défenseur central de métier, il a appris le rôle de latéral gauche et fait une doublure fantastique. Peut-être pourrais-je trouver mieux, mais je n’ai pas envie de m’en séparer pour le moment.

Luca Gallina est l’une de nos pépites les plus précieuses. Le joueur, formé dans un premier temps à l’Atalanta, puis la Juve, est arrivé il y a une année pour presque 10M€. Aujourd’hui, beaucoup de clubs le suivent de près, mais il préfère rester pour le moment. Il a connu sa première sélection avec la Squadra. Un titulaire en puissance pour les dix ans à venir.

Sa doublure est elle aussi de très haut niveau. Le Slovaque Mraz a un physique impressionnant pour un latéral, et répond toujours présent lorsque je fais appel à lui.

Défenseurs centraux :

Vladimir Stoev est notre capitaine et un joueur formé au club, et qui joue déjà sa sixième saison avec les pros, à seulement 21 ans. Il comptabilise déjà 9 sélections avec l’équipe nationale et, malgré une technique un peu limitée, est un roc sur lequel je sais que je peux compter. Un leader.

Notre meilleur défenseur est cependant Tchèque. qui joue sa troisième saison chez nous, est arrivé pour 3,4M€ en janvier 2023 en provenance de Teplice. Il est évidemment observé de toute part, mais souhaite continuer à avancer avec nous. Je l’adore.

Pinto est le double de Stoev. Arrivés au club la même année, ils ont connu une avancée similaire malgré son année et demi de plus. Je pense qu’il est néanmoins un poil plus limité et a désormais un rôle de doublure, qui joue du coup principalement en championnat. Il n’a jamais joué moins de 25 matches.

Jean-Pierre Rhyner est en concurrence avec Stoev pour le poste de titulaire aux côtés de Musil. Globalement, mes quatre centraux jouent énormément. Rhyner se dispute une place de titulaire chez nous avec Stoev, mais également en équipe de Suisse. Il a un léger avantage sur son jeune coéquipier au niveau international.

Milieux centraux :

Senad, c’est peut-être ma plus belle trouvaille. Il est arrivé en 2020 en provenance de Cukaricki, pour seulement 200’000€. Il est aujourd’hui la cible des plus grands clubs européens, et notamment du Bayern qui fait le forcing depuis plus d’une année. Mais le Serbe, qui a récemment fait son coming out, s’épanouit parfaitement chez nous et ne veut pas quitter ses amis. Un joueur clé de l’équipe nationale de Serbie.

Et à ses côtés, on retrouve la pépite formée au club, Enis Hoxha. Lui aussi, toute l’Europe se l’arrache. Et lui aussi souhaite rester chez nous (je conserve en gros tous mes joueurs grâce à l’amitié qui les lie les uns aux autres). C’est mon futur capitaine, aucun doute là-dessus. Il est déjà à 19 ans le vice-capitaine cette année. C’est n’est pas LE chouchou du coach, mais il arrive en deuxième position.

Djibril Sow est la doublure parfait de Manasijevic. Expérimenté, exemplaire en terme de comportement, il allie aisance technique et une activité importante. Il joue principalement en championnat, mais le fait très bien.

A l’image de Manasijevic, il est arrivé il y a plusieurs années opur une bouchée de pain (500’000€ en 2019), pour la première saison du club en Super League. Il a été un titulaire indiscutable, puis est passé derrière Hoxha dans la hiérarchie. Il reste dans mon esprit plus qu’une doublure. Il est lui aussi très observé, Wolsfburg notamment a tenté de l’arracher les trois derniers mercatos, mais il reste fidèle au club.

Xhaka, c’est notre homme à tout faire. Le joueur d’expérience, qui aide le groupe avec toute la hargne qui le caractérise et toute son expérience. Il joue parfois au milieu, parfois en défense, sur un côté, mais le fait toujours très bien. Peut-être pas aussi talentueux que son frère, mais un état d’esprit de guerrier.

Ailiers :

Brian, c’est notre monsieur plus. D’abord arrivé en tant qu’ailier droit, il a finalement joué une superbe saison l’an dernier en tant qu’ailier gauche, pour faire de la place à Shaqiri sur la droite. Finalement, un autre ailier gauche est arrivé cette année, et Brian a repris le couloir droit. C’est un ailier au physique atypique, très puissant, et il répond toujours présent dans les grands matches. Un soldat sur lequel je sais que je pourrai toujours compter.

Tudorel Ion, c’est le petit nouveau au club. L’international roumain a été très longtemps la propriété de Manchester City, qui l’a prêté quatre années consécutives. Il a beaucoup d’expérience, ayant notamment joué en Bundesliga trois ans. Un ailier rapide, bourré de détermination.

La star de l’équipe nationale suisse va disputer sa deuxième saison chez nous. La première a été sublime (14 buts, 17 passes), mais le poids de l’âge va commencer à se faire sentir. Je préfère donc l’utiliser avec parcimonie et le préserver, d’autant que Milne mérite de jouer les gros matches. Shaqiri reste un joueur clé du club et apporte beaucoup aux jeunes.

Adler Da Silva, c’est LE rescapé de ma première saison en Challenge League! Formé au club, il a su évoluer pour rester au niveau et a même pu devenir international! Ce n’est pas notre meilleur joueur, mais c’est une doublure de choix à gauche.

Ces dernières années, on a eu tendance à avoir pas mal de blessures en attaque. J’ai donc souhaité conserver un cinquième ailier, il s’agit de Manzambi. L’ancien Bâlois devrait cependant prochainement quitter le club, je ne veux pas le bloquer dans un rôle secondaire. Il mérite mieux, puisqu’il a terminé meilleur passeur du championnat l’an dernier (et même battu un nouveau record apparemment), avec 15 passes décisives en 25 matches de championnat, auxquelles il a ajouté cinq buts.

Buteurs :

Si Hoxha n’est pas le chouchou, c’est parce qu’il y a Gianmarco. L’Italo-Suisse a longtemps voulu jouer pour l’Italie, puis a fini par accepter l’offre de la Suisse. Petit fait amusant, j’ai repris l’Angleterre cette saison (les screens sont du mois de décembre). Biasi a connu sa première sélection… contre moi! Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne s’est pas loupé, puisqu’il a inscrit un triplé! (4-4 au final). Avant de connaître sa deuxième sélection dans la foulée, contre… l’Italie! Clin d’oeil amusant. Et il leur a vite fait regretter leur choix, avec un nouveau but et une passe décisive, pour un nouveau festival (4-4 encore!). C’est un attaquant exceptionnel et il a été élu pas moins que Golden Boy l’an dernier!

Jusqu’à cette année, Giacomo Beretta était le pivot de Biasi. Mais celui-ci avait le mal du pays et je lui ai donc offert un bon de sortie, de même qu’à N’Samé. Il me fallait donc deux nouveaux pivots. Kabeya est donc arrivé en provenance de Marseille. Il a le même âge que Biasi, et je suis sûr qu’il peut beaucoup apporter devant. Il ne sera cependant pas un titulaire indiscutable car un autre joueur est arrivé avec l’ambition d’une place de titulaire.

Shadrin ne compte en effet pas rester sur le banc pour les grands matches! L’International russe a lui aussi un profil de pivot idéal, capable de servir Biasi mais également de faire preuve de sang froid devant le but. Deux joueurs, deux profils pour accompagner l’italo-suisse en attaque.

Mais Biasi n’a pas de traitement privilégié et joue lui aussi un match sur deux, laissant le plus gros des matches de championnat à son coéquipier tchèque, Sturma. Rapide, bon finisseur, il a le profil parfait pour être la doublure de notre vedette.

8 J'aimes

J’aime beaucoup ton équipe. Un mix d’expérience et de talents avec un gros corps suisse.
Ce que je retiens aussi, c’est que tu as pu retenir tes pépites. Avec Midtjylland, je suis contraint de les vendre chaque été car elles refusent de prolonger :confused:

1 J'aime

Merci! Je suis moi aussi très content de l’effectif à disposition, j’ai un groupe globalement très jeune, mais j’ai quelques joueurs très expérimentés que j’ai été chercher pour cadrer le tout.

En effet, le fait d’avoir pu garder mes pépites a été l’élément clé de cette partie. Si j’avais dû lâcher mes jeunes du centre, je pense que j’aurais arrêté, ou changé de club en tout cas. Là, on est financièrement très large (j’ai très peu acheté, m’appuyant majoritairement sur la formation ou les jeunes pépites), et surtout quand un joueur me dit qu’il veut partir, j’arrive en général à le convaincre en parlant du cercle d’amis qu’il a ici et qu’il ne retrouvera pas ailleurs. Jusque-là, ça a toujours marché. Hoxha, Biasi, Gallina, Musil, Milne… tous sont restés grâce à ça.

Saison 2024/25 : première partie

Cette année, pas de Super Coupe d’Europe, pas de tours préliminaires de la Ligue des Champions non plus. On a pu faire une préparation un peu plus relaxe et aborder le début de saison avec l’équipe type, ce qui m’a d’ailleurs pas mal perturbé au niveau de la rotation d’effectif.

Super League :

En championnat, pas de surprise, on se balade. Seul Bâle a su nous freiner un peu, en arrachant le nul sur sa pelouse. Nous sommes intraitables à domicile, avec 31 buts marqués et 8 buts encaissés en 9 matches. Les Young Boys ont notamment pris la foudre avec un violent 7-2.

Pas de surprise au classement, où on a déjà pris le large avec 17 points d’avance. Arriverons-nous à battre le record de 104 points établis l’an dernier? Il nous faudra pour ça remporter la totalité de nos matches jusqu’à la fin de la saison, rien que ça. Ca me paraît donc compromis, mais sait-on jamais.

Coupe de Suisse :

La Coupe de Suisse s’est longtemps refusée à nous, avant que nous réussissions à franchir le cap et cela fait désormais trois ans que nous la remportons. Coupe et championnat réunis, cela fait donc plus de trois ans que nous sommes invaincus sur notre territoire… Malgré des matches compliqués, notamment contre Thoune.

Ligue des Champions :

Pour la première fois, nous étions cette année directement qualifiés pour la phase de poules et, en plus de cela, tête de série numéro 1, quand nous avions toujours été cantonné au chapeau n°4 jusque-là. Nous avons profité de cet avantage pour nous tirer d’un groupe néanmoins compliqué, en faisant une très belle impression. Manchester City était cependant trop fort pour nous.

Trois ans après, nous retrouvons les huitièmes de finale de la Ligue des Champions! Malheureusement pour nous, le tirage nous réserve un sort cruel avec une confrontation face au FC Barcelone. Il faudra un miracle pour voir les quarts. A noter que, jusque-là, nous n’avons jamais été éliminé en huitième de finale, ayant atteint les demi-finales il y a quatre ans, puis les quarts il y a trois ans. Lors des deux dernières années, nous n’avions pas passé les poules, et avions remporté l’Europa League, puis perdu en finale l’an dernier contre Tottenham.

Effectif :

La totalité de l’effectif répond présent! Les recrues se sont parfaitement intégrées, à l’image de Tudorel Ion, Simon Roger Kabeya ou encore Vladimir Shadrin, qui affichent tous des statistiques personnelles impressionnantes.

A noter que Alan Empereur et Manzambi (même pas présent sur le screen), veulent quitter le club et vont recevoir un bon de sortie cet hiver. Un jeune prendra la place d’Alan dans le groupe, et un autre sera rappelé de prêt pour remplacer Manzambi.

Au niveau des distinctions personnelles, Shadrin a été élu Golden Boy européen (à ma grande surprise) et succède à Biasi, tandis que Milne a été élu joueur océanien de l’année et Biasi meilleur jeune joueur suisse de l’année.

6 J'aimes

Saison 2024/25 : deuxième partie

Après notre solide début de saison et notre qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, une palpitante fin d’exercice nous attendait.

Super League :

Comme lors de la phase allée, nous ne concédons qu’un seul match nul, à nouveau contre Bâle. Pour le reste, parcours sans faute et brillant, d’autant plus appréciable que c’est l’équipe-bis qui a joué le plus gros des matches. Vous comprendrez pourquoi un peu plus bas…

Saison record! On atteint les 104 points pour la deuxième année consécutive (record de points égalé), et nous devenons la meilleure attaque de l’histoire du championnat, en battant notre propre record. Saison exceptionnelle de mes attaquants, puisqu’ils terminent aux trois premières places du classement des buteurs alors qu’ils jouaient en alternance. Au passage, ils ont visiblement tous été faire un tour sous les tropiques pour parfaire leur bronzage.

Coupe de Suisse :

Il ne nous restait que deux victoires à assurer pour remporter une nouvelle Coupe de Suisse. Nous avons pulvérisé Lugano, mais la finale contre Bâle a été très compliquée, avec une équipe bis. On s’en sort quand même, mais la priorité n’était de toute façon pas vraiment mise sur cette finale…

Ligue des Champions :

Quel parcours! Alors que nous n’étions pas du tout favori contre le Barça, on réalise un match de rêve à domicile en nous imposant 5 buts à 1. Heureusement, on est pas le PSG et on s’est pas pris un 6-1 derrière :sac: On a même été chercher un nul impressionnant au Camp Nou. J’étais super fier de mes joueurs, d’autant qu’en tirant le Real en quart, je pensais que c’était un exploit sans lendemain. On perd effectivement au Bernabeu, mais au retour, l’exploit a lieu. Mes joueurs font le match parfait, avec un but en fin de première mi-temps, et un autre à l’heure de jeu. On ne craque pas derrière et on sort le Real de la compétition!

En demi-finale, c’est Chelsea qui se dresse sur notre route et je dois reconnaître que j’étais plus confiant. Nous les avions affronté en phase de groupe il n’y a pas si longtemps et nous en étions bien sorti, perdant un match et obtenant un nul dans l’autre, alors que nous méritions mieux les deux fois. On accroche un nul précieux chez eux en égalisant en fin de match, et on fait le travail à domicile, où nous avons été incroyables durant toute cette phase finale. A nous la finale au Bernabeu!

Et comme vous avez pu le voir, le destin ne nous a malheureusement pas souri, et le stade Santiago Bernabeu restera le seul terrain sur lequel nous nous sommes inclinés durant cette phase finale, les deux fois sur le même score. De gros regrets, car j’ai eu le sentiment que mes joueurs étaient un peu tétanisés par l’enjeu et que nous avons fait un non-match. Ce ne sera pas pour cette fois que nous soulèverons la Coupe aux grandes oreilles.

Effectif :

Les statistiques ne sont plus aussi folles qu’à la mi-saison, mais nous avons eu à jouer des matches autrement plus compliqués. Déception pour Stoev, qui était capitaine cette année et a fini par perdre sa place de titulaire, et Manasijevic, qui n’a pas été exemplaire en terme de comportement (sorties en boîtes de nuit, il a loupé entraînement et matches à cause de ça). Le Serbe est observé par toute l’Europe, Monaco et le Bayern sont les plus pressants. Il m’a demandé à partir et je n’ai cette fois-ci pas pu le convaincre de rester… J’ai convenu avec lui que si une belle offre se présentait, il aurait un bon de sortie.

Pour le reste de l’effectif, j’ai été conquis, et espère ne pas devoir subir une vague de départs suite à notre bon parcours européen.

8 J'aimes

Saison 2025/26 : première partie

Départs :

Un départ majeur cet été, qui n’était pas souhaité, c’est celui de Manasijevic. Il était présent au club depuis longtemps, et je n’ai malheureusement cette fois pas su le convaincre de rester. Il rejoint l’ogre monégasque, un choix pas forcément judicieux compte tenu de la quantité impressionnante de milieux qu’ils possèdent. Bon vent à lui, je lui souhaite le meilleur.

Arrivées :

Trois arrivées, trois potentiels titulaires. Muca vient prendre la place de Benito sur le côté gauche de la défense petit à petit. C’est un bon espoir suisse, et c’est ma volonté d’avoir un effectif national qui m’a incité à le recruter. Je vois en lui un bon potentiel.

Jack Butland est le gros coup de notre mercato! Le gardien anglais va nous apporter toute son expérience, et pousse Babic vers un prêt. Carnsecchi sera lui sur le banc et jouera certains matches, notamment la coupe j’imagine. Grosse recrue, il peut nous faire franchir un cap, et va apporter beaucoup d’expérience.

Enfin, suite au départ de Manasijevic, j’ai décidé de faire craquer (un peu) la tirelire en signant Emerson Cascardo, un jeune milieu brésilien que je trouve exceptionnel, surtout pour notre championnat. On ne perd pas forcément au change avec notre ancien milieu serbe.

Super League :

Comme d’habitude, on a une marge conséquente sur nos adversaires en championnat. Seuls Young Boys et Sion nous ont accroché, nos rivaux sédunois nous livrant une opposition fantastique dans un match fou, chez nous en plus. Les clubs zurichois, eux, nous réussissent mieux, avec deux 6-0 signés contre Zurich et GC.

On prend très nettement nos aises au classement. Pour rappel, nous avons étrillé notre dauphin 6-0 juste avant la trêve…

Coupe de Suisse :

Un parcours compliqué, avec un derby pour commencer, une équipe de Young Boys toujours difficile à manœuvrer, et qui nous a poussé aux prolongations, et notre dauphin au classement. On enchaînera avec Bâle dans ce qui constitue un parcours du combattant à l’échelle nationale.

Ligue des Champions :

Grâce à notre statut de tête de série, nous avons eu un groupe à notre portée et terminons, pour la toute première fois, invaincu dans notre groupe. Un signal fort, pour dire à l’Europe que l’on compte bien rééditer notre exploit de l’an dernier!

Grâce aux quelques faux pas napolitains, on s’empare de la tête du groupe et on peut espérer un tirage clément pour les huitièmes de finale. Atteindre les quarts serait déjà un résultat très satisfaisant, mais nous visons mieux que cela. Après la finale perdue l’an dernier, notre rêve de remporter un jour la compétition s’est rapproché légèrement. On veut y croire.

Effectif :


Un joueur sort du lot, comme souvent. Gianmarco Biasi confirme qu’il est un attaquant de classe internationale, bien aidé par Shadrin et Kabeya. Sturma, la doublure de notre international, est lui plus discret et en difficulté. A noter que je donne un peu de temps de jeu au petit Melnjak, qui pourrait partir s’aguerrir en prêt prochainement. Car un milieu de terrain nous rejoint cet hiver. Il s’agit de… Manasijevic! Le Serbe fait son retour seulement 6 mois après son départ, après avoir été placé sur la liste des transferts. On le récupère pour une somme légèrement inférieure à celle à laquelle on l’avait vendu! Il ne sera cependant pas titulaire, Cascardo ayant gagné sa place. Et puis, je n’ai pas été rancunier au point de le laisser trainer son spleen à Monaco, mais je n’oublie pas qu’il est le seul joueur à ne pas avoir accepté de rester l’été dernier…

6 J'aimes

Saison 2025/26 : deuxième partie

Forts de notre première place en Ligue des Champions et d’une énorme avance en championnat (+21pts), nous abordions cette seconde partie de saison avec un seul objectif en tête : aller le plus loin possible en Ligue des Champions, et tenter pourquoi pas de revivre une finale européenne, après notre victoire en Europa League et nos échecs consécutifs en finale d’Europa (vs Tottenham), puis de Ligue des Champions (vs Manchester United). Pour cela, nous avons recruté deux joueurs durant l’hiver.

Manasijevic, que vous connaissez déjà, et le petit ailier argentin Brian Lopez Garcia. Senad nous a coûté cher, mais finalement moins que ce qu’on l’avait vendu il y a six mois. Quant à Brian, il a un avenir tout tracé chez nous et pourrait même devenir encore meilleur que Tudorel Ion.

Super League :

Loin de notre quasi sans-faute de l’an dernier, nous concédons trois matches nuls mais surtout notre première défaite depuis 2021! Et c’était, déjà, contre Young Boys. Les Bernois ne sont pas récompensés cette année, mais ils réalisent du très bon travail et montent petit à petit une très belle équipe.

Thoune, club bernois lui aussi, réalise une sublime saison et s’offre la deuxième place. Ils participeront à la Ligue des Champions, tout comme le FC Bâle. Young Boys, Zurich et Sion iront en Europa League.

Coupe de Suisse :

Nous avons pulvérisé le FC Bâle en demi-finale, pour nous offrir une nouvelle qualification en finale. La Coupe nationale est notre propriété depuis bien longtemps désormais, et nous avons du passer par les prolongations pour la conserver, face aux Grasshoppers. Pour notre défense c’est, comme l’an dernier, l’équipe-bis qui a joué cette finale, car un match plus important nous attendait quelques jours plus tard…

Ligue des Champions :


WE DID IT ! Enfin !!!

Récompensés pour notre première place, nous héritions d’un tirage plutôt abordable en huitièmes de finale. Séville fût un adversaire coriace, mais néanmoins largement dans nos cordes. Mais le sort nous réservait un futur cruel, avec un quart de finale en remake de la dernière finale. Manchester United se dressait sur notre route, encore. L’une des meilleures équipes du monde, avec des cadres comme De Gea, Upamecano, Dybala ou Rashford entourés des meilleurs jeunes de la planète. Et pourtant… pas ridicule à Manchester, nous sortons un match retour de rêve et nous qualifions pour les demi-finales, afin d’affronter un autre cador avec la Juventus. Mais nous étions lancé vers notre rêve, et rien ne pouvait nous arrêter. En difficulté à domicile, où l’on a concédé un deuxième but en fin de rencontre, nous avons démontré toute notre force au retour, en les battant largement, avec une domination impressionnante. Ne restait plus qu’un obstacle, et de taille : le Real Madrid.

Les Madrilènes possèdent peut-être le meilleur effectif de la planète, avec l’AS Monaco, juste devant United, City ou encore Paris. Leur attaque, emmenée par Kylian Mbappé et Breel Embolo, fait trembler toutes les défenses. Et Carlos Alberto a le potentiel pour les déloger tous les deux sans problème. Et pourtant… La Casa Blanca restera muette, notre tactique fonctionnant à merveille pour bloquer le duo d’attaque le plus fort d’Europe. C’est notre ailier roumain, Tudorel Ion, qui nous donne l’avantage sur un exploit individuel, une volée fantastique de 25 mètres. En fin de rencontre, sur une contre-attaque, nous obtenons un pénalty et c’est Enis Hoxha, formé au club, qui catapulte le ballon au fond des filets et nous offre le titre le plus prestigieux de l’histoire du club.

Nous sommes CHAMPIONS D’EUROPE, et c’est presque aussi bon que CHAMPION DU MONDE :sac:

Effectif :

Notre 11 type, les joueurs qui ont évolué principalement en Ligue des Champions. Une équipe jeune, emmenée par nos deux stars du centre de formation, Hoxha et Biasi. Mais Tudorel Ion a réalisé une année exceptionnelle, ponctuée de ce but sublime en finale de la Ligue des Champions. Un groupe fantastique, qui ne serait rien sans les autres.

Comme vous opuvez le voir, c’est pas mal non plus de ce côté. Shadrin et Pietro Engeler, un jeune acheté à GC, ont été un excellent duo remplaçant en attaque. Stoev et Pinto, formés au club, forment comme depuis quelques temps la charnière remplaçante, évoluant la plupart du temps en championnat. Mraz pourrait être titulaire dans beaucoup de club et est très suivi, mais il fait une doublure de luxe à Gallina pour le moment. Grosse satisfaction de tous les joueurs, sauf peut-être Manasijevic, que l’on a racheté au prix fort et qui ne semble jamais vraiment être revenu.

6 J'aimes