12 Monkeys

science-fiction
netflix

#1

12 Monkeys (Syfy)


Genre : Science-fiction
Diffuseur : Syfy
Diffusion : 2015-2018 (4 saisons)

Série adaptée par Terry Matalas et Travis Fickett (basée sur le film 12 Monkeys de Terry Gilliam)

Avec Aaron Stanford (James Cole), Amanda Schull (Dr. Cassandra Railly), Kirk Acevedo (José Ramse), Barbara Sukowa (Katarina Jones), Emily Hampshire (Jennifer Goines), Noah Bean (Aaron Marker), Alisen Down (Olivia - Striking Woman), Tom Noonan (Pallid Man), Andrew Gillies (Dr. Adler), Demore Barnes (Whitley), Todd Stashwick (Deacon), Murray Furrow (Dr. Lasky)

12 Monkeys, c’est quoi ?


En 2016, 99% de la population a été décimé par un virus. Les derniers survivants participent en 2043 à un projet secret et à haut risque : utiliser le voyage dans le temps pour stopper les responsables de la propagation de ce virus. James Cole est ainsi envoyé en 2013 puis en 2015 pour chercher le Dr Cassandra Railly, une spécialiste en virologie qui pourrait détenir des informations utiles sur le virus.

Ensemble, ils vont enquêter et approcher l’organisation de l’Armée des 12 Singes qui semble déterminée à détruire l’humanité.

12 Monkeys, c’est bien ?


Après des années de vaches maigres, Syfy fait son retour dans les séries de science-fiction plus ambitieuses. Avec Dark Matter, 12 Monkeys ou encore The Expanse, la volonté est de regagner le coeur des fans du genre.

Si 12 Monkeys doit faire avec des moyens limités et un matériau de base intimidant, la série parvient rapidement à construire son propre univers et une mythologie cohérente, sans dérouter les téléspectateurs avec un récit trop complexe. Les voyages entre 2015 et 2043 s’enchaînent pour faire vivre des aventures de plus en plus prenantes.

Rapidement, on oublie les différences avec le film et on finit par s’attacher aux personnages, qui font parfois preuve de fulgurance comme la très sous-estimée Emily Hampshire.

  • 0
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10

0 votant


Recapitulatif des séries
#2

12 Monkeys - Timeline


Pour aider à m’y retrouver dans la série (lors de mon second visionnage), j’ai rédigé une timeline. Il y a beaucoup de dates évoquées et des évènements qu’on peut facilement oublier. Je partage donc ce petit travail qui peut s’avérer utile :

Il y a de fait des spoilers majeurs. Ne lisez les lignes correspondants à chaque épisode qu’après l’avoir vu, ou encore mieux, lisez ça à la fin de la saison pour vous remémorer divers évènements.

Timeline (Saison 1)

1987
111 - Leland est envoyé pour acheter le cadavre gelé. Il ne savait pas qu’il y avait un virus, c’est Cole qui le lui dit.
111 - Ramse poignarde Cole. Il est envoyé en prison jusqu’en 1995. Striking Woman (Olivia) le contacte en prison, elle connait tout de lui.
111 - Alors qu’il allait être exécuté, Katarina transfert Cole en 2015. Ramse le pense mort à ce moment là.

1995
111 - Ramse est libéré. Olivia et Pallid Man ne sont pas différents de 2015. Olivia créé un paradoxe entre les deux colliers de Ramse, ce qui transforme toute la végétation en rouge.

2011
111 - Ramse utilise sa mémoire pour reconstruire le passé, pour amener la pandémie à se produire.

2013
102 - Le labo de Goines est attaqué, laissant Jennifer et Dr Toussaint vivants. Jennifer sera internée. Car elle est accusée de l’attaque et sous le choc devant le drame.

2014
103 - Cole est Haïti pour rencontrer Dr. Henri Toussaint seul rescapé de l’attaque des labos de Goines (où Jennifer a survécu).
103 - Cole tue Dr. Henri Toussaint pour empêcher l’A12 de l’interroger. Il assiste également à un échec de Cassandra humiliée après avoir craint à tort qu’Haïti était en prise d’un virus dangereux.

2015
101 - Cole avait demandé en 2013 à Cassandra de l’attendre. Ils se retrouvent pour les investigations.
101 - Cole tue Leland Goines, pensant arrêter le virus. Hum, ça marche pas sinon la série s’arrête.
102 - Jennifer s’échappe d’un asile avec l’aide de Cole.
105 - Cole et Cassandra détruisent une souche du virus dans la Night Room.
106 - Cassandra capturée par Pallid Man a une vision de The Whitness et d’une foret rouge. Cole aidé de Aaron libèrent Cassandra.
107 - L’armée US lance l’Operation Troy, une arme biologique qui tue en quelques heures un groupe de personnes. Grâce à Cassandra, Cole et les connexions politiques de Aaron, les américains bombardent le site pour détruire le virus. Cole se retrouve sous les bombes.
110 - Aaron rencontre Striking Woman (Olivia), elle lui demande ce qu’il est prêt à faire pour la maintenir en vie.
111 - Ramse et son équipe continuent de laisser les évènements (qu’on a connu jusque là) se produire dans la période “d’interférence”. Le but est de ne rien changer au passé pour que la pandémie se produise.
111 - Ramse empêche Olivia de tuer Cassie. Justifiant par le fait qu’il a tué Cole en 1987 dans son dernier voyage. Plus rien ne peut contrarier leurs plans donc sa mort n’est pas nécessaire.
111 - Aaron est viré de la campagne du sénateur du fait des évènements auxquels il a pris part pour aider Cassie et Cole. Aaron voit Olivia dans les bureaux du sénateur, elle travaille sur un projet d’abris en cas de catastrophe.
111 - Cole revient en 2015, grièvement blessé. Il dévoile à Cassie qu’il sait que Ramse est le Témoin et qu’il a un temps d’avance.
112 - Cassandra va voir Katarina (plus jeune) pour soigner Cole. L’idée de Katarina est de prélever l’ADN du jeune Cole de 2015 avec celui plus vieux pour rétablir son équilibre métabolique.
112 - En allant chercher le jeune Cole, elles tombent sur son père qui ne croit pas au virus et voyage dans le temps. Mais il réagit quand Cassie parle de l’A12, la mère de Cole (Marion) était à leur recherche.
112 - Jennifer prend le contrôle (hostile) de Markridge.
112 - Aaron fait un marché avec Striking Woman (Olivia). L’A12 arrive dans la cache, le père de Cole se met face à eux pour les retarder, Pallid Man le tue. Cole resté dans la cache s’injecte le sang de lui enfant et explose avec le paradoxe, il survit mais ne peut plus voyager dans le temps. Pallid Man est probablement mort.
113 - Cole retrouve Aaron et le fait parler, Cassie approuve la méthode brutale. Il sait que l’A12 détient des parts de Markridge et se prépare au virus dans le Colorado. Aaron est laissé pour mort dans un incendie.
113 - Jennifer fait une keynote pour annoncer la nouvelle direction de Markridge. Elle veut utiliser la génétique pour faire revenir des espèces animales disparues. Cela fait fuir le public. Mais elle a d’autres plans, moins fous.
113 - Jennifer évoque aussi Ethan Seki (Ramse), il s’intéresse à Raritan Valley un labo gouvernemental. Jennifer parle au téléphone à quelqu’un, le but était de mettre Cole sur cette piste.
113 - Les plantes que reçoivent Katarina en 2043 sont issues des premiers essais du projet Splinter, mené par Dr. Elliot Jones, son mari qui l’a quitté après 6 jours de mariage.
113 - Ramse a racheté le labo pour retourner en 2043. Il dit ne pas être le Témoin (serait-ce Aaron ?). Cassie tire sur Ramse, et est blessée à son tour. Ramse propose d’envoyer Cassie dans le futur pour que Jones la soigne. Ramse semble succomber à ses blessures.
113 - “Les 12 sont arrivés”, Striking Woman (Olivia) reçoit les 12. Ce sont des bébés, ces bébés sont les hommes “bleus” de 2043.
113 - Cole va contre le destin (qui le voyait fuir dans l’obscurité, sans qu’il ne refasse parler de lui selon Olivia) et va chercher Ramse (son cycle aurait du s’arrêter là, toujours selon Olivia).
113 - Jennifer prend l’avion pour 12 villes avec une cargaison lourde. C’est elle qui relâche le virus ?

2017
108 - Cole a “splinté” légèrement et a voyagé de deux ans. On découvre qu’à la fin de l’épisode où il est, alors qu’on pensait qu’il était toujours en 2015.
109 - Virus propagé, Cole retrouve Cassandra sur le point de mourir.
109 - Jennifer dirige une sorte de culte et fait référence au chiffre 12.

2032
104 - Cole et Ramse joignent West 7, un groupe armé s’attaquant aux plus faibles. Ils vont finalement le quitter, mais Cole délaisse alors Max, une fille avec qui il avait “sympathisé”.

2041
109 - Cole capturé par Katarina car il a attaqué ses hommes. Elle lui parle de son projet, car elle a déjà rencontré Cole par le passé. Il refuse sa proposition. Alors qu’ils s’enfuient, Ramse les laisse se faire capturer pour sauver l’âme de Cole.

2043
102 - L’équipe découvre l’existence de l’Armée des 12 Singes.
104 - West 7 attaquent le camp, ils sont repoussés avec l’aide de Max et de Cole envoyé légèrement dans le passé par erreur.
106 - Les voyages détruisent le corps de Cole petit à petit, il a un nombre limité de voyages…
108 - Le noyau de la machine étant cassé, ils ont besoin d’un autre noyau, possédé par Colonel Jonathan Foster à Spearhead.
109 - Katarina tue Jonathan Foster qui était une sorte de concurrent cherchant la solution dans un vaccin. Elle lance un assaut dans les locaux pour récupérer le noyaux.
109 - Ramse découvre qu’il a un fils de 5 ans avec son ex Elena. Cela fait changer de voie à Ramse car il ne veut pas qu’ils disparaissent si Cole réussit son projet dans le passé.
110 - Ramse détruit toutes les recherches de l’équipe pour assurer l’avenir dans lequel il vit (post-pandémie) et fuit les labos. Elena est tuée un peu plus tard par un homme de Whitley.
110 - Jennifer dirige un groupe d’amazones voyageant avec un logo de l’Armée des 12 Singes. Elle semble se servir des plantes rouges qui apparaissent avec les voyages dans le temps.
110 - Ramse attaque les labos. Max meurt, tuée par Ramse. Ramse part dans le temps, en 1987. Cole part aussi en 1987, le dernier voyage que son corps peut supporter.
112 - L’équipe de Katarina reconstruit ses archives, à partir de documents -a priori- plus mineurs.
112 - La plante rouge a “poussé dans un environnement à fort effet de serre” et n’est donc pas de 2043.
112 - Une armée de gens au teint un peu bleuté attaquent le labo. Ils sont associés à Deacon.
113 - L’assaut démarre, de nombreux hommes sont tués. Katarina menace de faire exploser le noyau.
113 - Cassie, blessée arrive en 2043 alors que Katarina venait de remettre le noyau aux 12.



#3

12 Monkeys - Avis


Si vous voulez des avis avec des spoilers relativement limités, vous pouvez consulter ce que j’écris pour mon petit blog perso. Le but est d’apporter un avis court sur les épisodes sans trop en dévoiler.

Avis (Saison 1)

1.01 - Le pilot remplit son job en décrivant bien le contexte, en étant plaisant à suivre et en lançant la trame. Efficace. 7/10

1.02 - Le début d’épisode est moyen, mais ça vient petit à petit. Au point qu’on regrette presque que ça se termine si vite. L’introduction de Jennifer est efficace, l’actrice s’en sort étonnamment bien. 6/10

1.03 - Comme le précédent, le début n’est pas engageant malgré l’exploration du thème de la série avec la gestion des pandémies, mais les choses intéressantes tardent à venir. 2043 a aussi son intrigue, pas très passionnante au début, mais la fin est prometteuse. 5/10

1.04 - Un épisode centré sur le futur, Cassie est très peu présente. On a des fausses pistes crédibles qui m’ont bien eu, mais on se rattrape en comprenant le sauvetage. Intelligent, malgré un début moyen, notamment en 2032. 7/10

1.05 - « Quick question, who’s this bitch? ». Ce qui est positif c’est que ça avance, on ne stagne pas, on n’offre pas de filler episode, la partie sur Cole en 2015 est bonne. Cette moitié d’épisode est sans doute la meilleure qu’ait offerte la série jusque là, Jennifer apporte beaucoup. Mais en 2043, c’est trop long, pas bien passionnant, même si ça apporte des informations sur le passé du projet. 7/10

1.06 - Quelques scènes mal gérées et un duo Aaron/Cole assez prévisible (malgré une vanne qui marche bien) ternissent un épisode qui relance le mystère. La conclusion du cliffangher est assez logique mais ça se résout bien vite. Ça ressemblait plus à un gimmick pour voir les personnages dans un autre contexte qu’une vraie difficulté rencontrée par Cole. 5/10

1.07 - Le meilleur de la saison jusque là. Léger au début, le rythme s’accélère et rien ne déçoit, c’était prenant et on est plus impliqué dans les relations des personnages, même Aaron qui trouve enfin sa place. 8/10

1.08 - En 2043 c’était chiant. On bosse l’univers de cette époque et le background mais tout m’a semblé tellement mou et sans véritable intérêt. Pour Cole, il a quelques scènes très courtes, qui nous fait aller vers une fausse piste quand les russes demandent si des gens savent qu’il est là, on pense qu’ils vont chercher à le tuer, mais en fait c’est pas développé. On a une fin d’épisode qui réveille un peu et force à réfléchir à l’épisode. Mais bon, ça suffit pas. 4/10

1.09 - La partie en 2043 était mal partie encore, mais ça bouge bien, dans le passé on a quelques clins d’œil aux personnages, une nouvelle piste, mais c’était pas encore la folie, au point de rendre l’épisode magnifique. La fin par contre promet plus. Cette doublette d’épisodes était moyenne, mais a des éléments importants pour la suite. 6/10
1.10 - Un épisode assez dense, bien rythmé changeant beaucoup de choses en 2043… mais il se loupe complètement dans les émotions, on peine à y croire, c’est dommage, ça aurait pu être le meilleur épisode, et de loin. 7/10

1.11 - Ramse centric, un épisode qui a une grande importance dans la mythologie, le contenu de la saison. L’épisode est fluide, dévoilant point par point les raisons des échecs de Cole. En plus de servir de révélation (qu’on a pu deviner avant ça), il offre une grande promesse : une nouvelle stratégie de Cole pour enfin ne plus subir les évènements. 8/10

1.12 - Après un démarrage timide, l’épisode maintient l’intérêt et décolle sur la fin avec des changements majeurs. Même en 2043 qui pourrait être un peu mis de côté par moments, on continue de développer l’univers. Le final devrait être très sympa ! 7/10

1.13 - La première partie d’épisode navigue entre les époques en manquant d’un attrait majeur, puis vint les 15 dernières minutes, ça s’accélère et ne cesse de surprendre. Même les choses qui semblaient acquises sont remises en question et la mythologie s’épaissit. Bonne surprise malgré les défauts. 7/10


Avis (Saison 2)

2.01 - Le cul entre deux chaises, l’épisode de reprise tente de ne pas effrayer les nouveaux venus tout en faisant avancer les choses et en donnant une sorte d’avant goût de l’esprit de la saison. Cassie à la fin, très froide et déterminée fait penser à Cole à ses débuts, ce qui peut changer la dynamique. Bref, on a un épisode fluide, qui manquait peut-être de surprises mais qui fait bien le travail, comme le pilot de la première saison. 7/10

2.02 - « Well… then… I prefer this reality » Le changement de dynamique et l’évolution du futur montré ici prouve que la série est décidée à prendre des risques. L’épisode n’est pas parfait, loin de là, les scènes Deacon/Ramse sont en-deçà, mais c’est bien compensé par l’excellente Emily Hampshire (Jennifer) qui oscille entre folie et tendresse. Ça bouge beaucoup, mais n’en oublie pas certains développements, DarkCassie me laisse un peu de marbre, mais j’espère qu’il y a une idée derrière ça, et pas seulement une inversion des rôles. 7/10

2.03 - Je ne sais trop quoi en penser. Le divertissement est là, entre le voyage en 1944, les décors, les costumes, les vannes de Cassie. Le mystère est là aussi avec cette étrange connexion de Thomas Crawford avec le futur… En fait on sent qu’on rebâti un mystère complexe mais ça a du mal à prendre forme pour le moment. 6/10

2.04 - Le mystère n’a pas tardé à se dévoiler, c’est un bon point. D’autant que l’épisode explique les choses clairement sans être lourd, ce récit compliqué est très digeste. Je ne suis pas certain d’apprécier ce changement total de direction, mais tout est clair ici, et c’est l’essentiel. À côté de cette partie mythologique, on a un épisode bien rythmé avec suffisamment de rebondissements pour passer un bon moment. Et les embrouilles entre les personnages pourraient être mises de côté à présent. 7/10

2.05 - « Hey look! It’s Time Jesus. » Vraiment bien cet épisode, on a une forte présence de Jennifer, ce qui garanti souvent de bonnes scènes (“Green to red. Wah Whaaa”) dans ce retour en 2016, il y a des avancées, des révélations, et la partie en 2044 est agréable également entre les vannes et la petite intrigue. 8/10

2.06 - Je vais me caler sur l’impression du 2.03, le passage en 1975 n’apporte pas énormément mais assure une part de divertissement, avec un côté buddy movie d’époque qui colle bien. Mais cette partie comme le reste tarde vraiment à décoller. Par contre la fin, en particulier du côté de Cassie amène une grosse tension et un bon cliffangher. 6/10

2.07 - « We’ve had a little bit of a time-travel snafu here ». Pas de Jennifer et peu de voyages dans les époques, l’action se passe à 95% en 2044. Je dois dire que l’épisode a un bon rythme, et s’il n’y a pas d’immenses surprises (sauf la fin), on passe un moment agréable. Le fait d’avoir tous les personnages au coeur de l’action aide. 7/10

2.08 - « They’re like my best friends. » Je ne sais pas si c’est parce que j’associais Spearhead aux moins bons épisodes de la saison 1, mais le début ne m’a pas emballé, et m’ennuyait un peu. Mais dès que le concept “un jour sans fin” de l’épisode se révèle et que Jennifer entre en jeu, ça vire au bon, avec des passages excellents. Seule la fin retombe un peu, mais dans l’ensemble, on a un bon épisode une nouvelle fois. 7/10

2.09 - « Peggy, I asked you to please be careful with the grenades. We got a discount for a reason. » C’était pas mal, avec beaucoup de Jennifer. Mais les Hyenas ont un peu déçu et l’épisode ne m’a pas transporté. Malgré tout, j’aime bien la capacité de la série à jouer avec les duos pour varier les plaisirs. On a quelques pisstes intéressantes pour la suite, dans le passé-passé, le passé et le futur. Et toujours sans mal de tête ! 6/10

2.10 - Il y avait (presque) tout. Un voyage dans le temps en Allemagne de l’Est (assez rare), retour d’un personnage vu en 1944, des trahisons, et une révélation. Mais la sauce a du mal à prendre, c’est la première fois que les moyens limités se sont montrés gênants. Peu de décors, un filtre dégueulasse. Le thème de la saison, basé sur les tensions du trio lasse un peu également. La fin est bonne néanmoins. 5/10

2.11 - « Hello egg, I’m chicken » Le temps presse et les choix des personnages sont un peu trop extrêmes pour y croire vraiment. Sont-ils vraiment prêts à s’entretuer pour ça ? Cela rejoint le thème de la saison, basé sur les tensions au sein du projet mais là c’était probablement excessif. L’épisode assure le show sur des détails comme Deacon qui se bourre la gueule à poil, ou Jennifer qui reste mystique. Sans parler bien sûr des 10 dernières minutes qui sont très bonnes, avec une grosse tension et même un peu d’humour (Jennifer qui fait le cochon quand elle ri). La fin de saison est bien lancée. 7/10

2.12 - « Most of the blood has washed away. There’s a house in the distance. Cedar and pine. You’ve been there before. You’re not alone. There is a man. You see him. Go to him. Know him. Like a memory of tomorrow. » Un aspect de l’épisode était prévisible (le Messenger de 1957), mais ça n’empêche pas cette partie d’être assez bonne, mais surtout ces détails ne sont rien après la dernière partie de l’épisode. 1959 et 2044 proposent des scènes d’une grande intensité. Le mix de visions/réalité de Cassie avec la voix d’Alisen Down fout des frissons, sans parler de cette fin qui cloue au siège. Qui est le Witness ? On semble réduit à deux possibilités à présent ! 8/10

2.13 - « Initiate Splinter sequence » Comme le précédent, le début est sympa mais pas extraordinaire. Il y a tout de même une excellente ambiance avec ce temps figé. La suite est très dense, intense et la fin de temps est un gros mindfuck. On se demande comment tout va pouvoir se remettre en place. Grosse prise de risque, mais ça rend très impatient ! 8/10


#4

Oh, ça me botte bien ça tiens :clarkson:


#5
2.13 - Memory of Tomorrow

Oh boy. C’était cool.

La première partie est pépère, Cole et Cassie sont heureux, attendent un enfant, mais le Temps et le destin les rattrapent. Les passages du temps figé, c’est un classique, mais toujours efficace (avec Madeleine Stowe qui jouait Dr Railly dans le film, elle ne joue pas du tout le même rôle ici - par ailleurs je l’ai pas trouvé terrible en Primary). Et bref, en gros, Cole n’a pas besoin de machine pour voyager dans le temps, il lui faut la tisane des feuilles rouges (enfin techniquement, ça ne le ramène que dans une situation qu’il a déjà connu).

On a droit à de petites séquences (réussies) où on revoit certaines situations qu’il a vécu. Avec Cassie, Jennifer, Ramse. Et après un retour en 1957, les choses sérieuses commencent.

Péripéties, visite de Titan fin de l’épisode tout accélère :

  • Ramse est amené par un faux adepte du Witness : il arrive dans un clan d’Olivia qui n’est plus membre de l’Armée des 12 Singes. C’est elle qui a recueilli son fils (ép 207)
  • Jennifer est en pleines tranchées françaises en 1917 (“No, I just took a wrong turn… back there.” :hoho: )
  • Cole et Katarina sont bien revenus grâce à la Machine en 2044 et découvrent que Cassie est… en 2163 !!
  • Et on finit sur cette dernière, accueillie par Pallid Man. Ce n’est pas le Witness. Le Witness est son putain de gamin !

Ça va être un sacré bordel avec tous les personnages éparpillés. L’identité du Witness explique ses motivations (il est le fruit de la forêt rouge en quelque sorte) et l’emprise qu’il avait sur Cassie. Reste à voir comment cette nouvelle va influer les évènements.

Cela peut se résoudre vite :

3.01 : Elle avorte, le Temps est sauvé.


#6

J’ai commencé la S01, j’ai été sceptique sur le pilot, puis finalement ça s’enchaine plutot sympa. C’est assez rythmé, bien tiré par les cheveux, mais je sens les potentiels twists totalement nimpe arriver.


#7

Est ce que ça a un rapport avec l’armée des douze singes ?


#8

La série est inspirée du film, y a les mêmes persos et concept de base


#9

Ah c’est les mêmes persos :hoho: J’ai meme pas fait gaffe aux noms (ça fait longtemps le film)

Mais ouais, c’est bien wtf j’aime beaucoup.


#10

Oui Pitt jouait Goines, ici c’est une femme, sinon ça reprend le reste des bases


#11

Pour ceux qui veulent tenter le coup sur cette série, la saison 1 est arrivée sur Netflix.

Ne vous laissez pas avoir par le manque de moyens, la série s’en sort de mieux en mieux dans ses ambitions.


#12

Oui j’ai fini la S2 d’ailleurs. La 1 est plutot logique, la 2 WTF complet, mais franchement fun, j’ai retrouvé une ambiance serie années 90, decomplexée et relativement rythmée.


#13

Avant la diffusion de la troisième saison (le tournage est terminé), Syfy annonce le renouvellement de la série pour une quatrième et dernière saison. Chacune de ces saisons à venir auront 10 épisodes


#14

La saison 2 est arrivée sur Netflix pour ceux qui suivent sur cette plate-forme


#15

La saison 3 arrive ce weekend dans un format binge : 4 épisodes le vendredi, 3 épisodes le samedi, 3 épisodes le dimanche

Un article sur les coulisses ou intrigues de la saison (ça spoile la fin de S2 et des éléments “mineurs” de la S3) :


#16

Je vais tout bouffer en début de semaine je sens :hoho:


#17
3.01 - Mother

« I accidentally shot a time machine… Ugh! Stupid. Here I am. »

J’ai revu en diagonale le dernier épisode de la saison 2 pour me remettre les éléments les plus frais en tête, mais l’épisode arrive très facilement à nous remettre dedans, rien de complexe au début, Cole cherche désespérément Cassie dans le futur, Cassie est dans Titan, Jennifer chante une chanson…

Alors oui, le début avec Cole est sympa pour se replonger dans la série, la partie avec Cassie démarre moyennement mais quand Jennifer réapparaît l’épisode décolle. Son passage est court mais extraordinaire et ça sert un peu de transition au reste, car l’intensité monte d’un cran du côté de Cole et Cassie, avec un soldat à l’identité intéressante (Future Cole avec sa machine intégrée) et la fuite de Cassie qui échoue.

Comme les deux précédentes saisons, on nous glisse un teaser sur la suite (“Ath…” et “The Jinn”) sans en dire trop. Cette seconde partie est très bonne et lance vraiment bien la saison.


3.02 - Guardians

« Whoosh! 1917! Bombs, bullets, balloons, baguettes! »

Grosse présence de Jennifer qui assure le spectacle. Le début quand elle fait du théâtre, qui repompe des classiques du ciné, qui raconte l’histoire de l’Armée des 12 Singes est marrant et totalement représentatif du personnage. Quand elle retrouve Cole et Katarina et qu’elle leur dit qu’elle a même fait un album pour que Jones la repère dans le temps, c’était la cerise sur le gâteau (et je ne mentionne pas sa “distraction danse” dans le gunfight).

Elle assure un fil rouge à un épisode qui entre dans le coeur de l’intrigue de la saison, l’épisode est entrecoupé de scènes plus ou moins passionnantes concernant Ramse ou Cassie.

La nouvelle technologie, l’implication d’Olivia, l’arrivée à temps plein de Jennifer dans l’équipe est plein de potentiel.


#18
3.03 - Enemy

« Playing God lacks ambition. »

Le “remplissage” n’est pas des plus passionnants avec l’introspection de Deacon ou la torture d’Olivia, avec un petit fond sur la moralité sur Katarina, mais il est bon de voir Olivia plus mise en avant ceci dit, on s’ennuie pas et surtout les twists assurent.

Le retour à une période proche avec la mission de Ramse de tuer Cassie devrait assurer.


3.04 - Brothers

« Your secret’s safe with me. »

L’épisode précédent avait bien préparé le terrain, la tournure de certains évènements ne surprend pas (sur le fait que Cole comprend vite qu’il y a un soucis) mais la finalité avec la mort de Ramse, oui. Cela dit après avoir fait 3 saisons où Ramse trahit son “brother”, il fallait prendre une action forte. Je pense que l’épisode le fait bien comprendre et l’assume pleinement à travers ses dialogues.

Le reste est plus en retrait, mais les petites scènes Olivia/Jennifer ou Deacon/Cassie ne sont pas déplaisantes du tout.


#19
3.05 - Causality

« Sit back and enjoy the tale of… the Word of the Witness… »

Ce n’est pas l’épisode le plus riche en révélations, on en a d’ailleurs aucune sur l’intrigue principale, mais c’est un très bon épisode.

C’est bourré d’humour et ça fait du bien dans une série pareille. Olivia en mode Jennifer Goines dans le petit clip de présentation de Word of the Witness a bien lancé le délire.

Les improvisations de Deacon et Jennifer, mini-Jennifer, le mini running gag sur Cassie qui perd tout et qui doit retracer ses pas, les dialogues, etc. Tout ça était une respiration bénéfique.


3.06 - Nature

« I’ve never been so happy. But it had to end. And we ended up apart. »

Après des épisodes relativement light en mythologie et en mind fuck, cet épisode relance sacrément la machine.

En 2046, mise à part Deacon dégoûté de ne pas avoir un rôle dans l’Histoire, ce qui est plutôt limpide, on a Jennifer qui a une vision, cette partie est pleine de mystère.

En 1953, on a une montée en puissance en voyant à l’oeuvre plusieurs personnages importants, Pallid Man enfant, sa mère (The Messenger), son père (The Missionary joué par Christopher Lloyd) et un autre invité de marque. Amanda Schull porte avec brio cette partie d’épisode.

C’est un épisode assez riche, il nous manque encore toutes les pièces pour en saisir son importance.


#20
3.07 - Nurture

« Voila is usually proposed to express satisfaction or approval. I’m not getting either from that piece of shit. »

La saison a trouvé son rythme de croisière, on navigue entre trois époques, avec une petite dose d’humour, de l’émotion (ici, à nouveau Cassie), avant de tout accélérer avec le fil rouge.

L’opération en 1953 ne laisse pas trop de doute sur son issue, mais les conséquences sont plus intéressantes avec Cassie et Cole isolés et à présent opposé à la team Splinter.

Katarina et Deacon sont plus intéressants cette saison, ils sont mieux intégrés à l’histoire (même si Deacon n’est pas dans Word of the Witness, ahah) et prennent une décision forte ici.

Hâte de voir comment ça va évoluer.


3.08 - Masks

« This is the part where you run! »

Moins de mystères, de twists mais un récit assez fluide qui reste intéressant pour voir la nouvelle dynamique opposant Cassie et Cole à Katarina

Plus que les évènements, ou le récit en général, j’ai préféré la complicité Cassie et Cole dans leur préparation du bal, ou l’échange des rôles entre Olivia et Jennifer, Olivia qui monte en grade, Jennifer qui finit dans la cage.

Dans le reste rien ne m’a soit surpris soit particulièrement impliqué d’une manière ou d’une autre.


Suivre @iunctisFR sur Twitter - Mon Discourse - Programme Partenaire amazon.fr : Amazon Prime - Amazon Prime Video - Amazon Audible