Assassin's Creed (saga)

aventure
action

#1

Éditeur : Ubisoft :fr:
Développeur : Ubisoft Montréal


Assassin’s Creed (2007)


Dans le présent, le héros est retenu dans les laboratoires d’Abstergo Industries, une entreprise pharmaceutique, qui a également beaucoup d’autres champs d’activités, tant officiels qu’officieux. Selon l’expression d’un des personnages : « Ils sont partout ». Ces séquences ne permettent qu’une succincte exploration des laboratoires, le visage du monde à ce moment n’est que très peu dévoilé. La technologie présente relève de la science-fiction, la société Abstergo développe le projet Animus, une machine capable de lire et de décoder la mémoire génétique, pour accéder à la mémoire d’un des aïeux de la personne qui se trouve dans la machine, et donc aux souvenirs de cet ancêtre.
Dans le passé, le personnage principal évolue en Palestine à l’époque de la troisième croisade. Il parcourt les villes de Damas, Jérusalem, Masyaf et Acre telles qu’elles auraient pu être à cette époque. Le personnage jouable dans cette époque vient d’être déchu de son titre au sein de sa confrérie pour n’avoir pas respecté le Credo de l’Assassin (Assassin’s Creed en anglais), trois principes que se doivent d’appliquer les membres de l’organisation en toutes circonstances : « Jamais l’épée ne versera le sang d’un innocent », « L’assassin doit ne faire qu’un avec la foule » et « Les actes ne doivent jamais compromettre la fraternité ». Mêlant personnages fictifs et personnages historiques, le jeu inclut des figures dirigeantes connues comme Saladin, Garnier de Naplouse, Guillaume de Montferrat ou Robert de Sablé. La troisième croisade qui s’est déroulée de 1189 à 1192 a été menée par trois souverains : Frédéric Barberousse, Philippe Auguste, et Richard Cœur de Lion. Le but de ces expéditions était de reprendre Jérusalem (et la Terre sainte) à Saladin. Cette croisade a eu pour conséquence la reprise de plusieurs ports de la région, et la libre circulation des pèlerins chrétiens à Jérusalem.

Assassin’s Creed: Bloodlines (PSP) (2009)


Assassin’s Creed: Bloodlines se déroule un mois après la fin des événements du premier Assassin’s Creed, en automne 1191. Le jeu prend principalement place sur l’île de Chypre, dans deux de ses villes, Limassol et Kyrenia, où le joueur devient Altaïr, le personnage de Assassin’s Creed . Altaïr est parti pour Chypre depuis la Terre sainte (lieu de la première partie) afin de savoir pourquoi les Templiers y sont réunis, et d’assassiner les derniers d’entre eux. Bloodlines comprend plus de temps face à Maria, la femme membre des Templiers qui a été épargnée par Altaïr dans Assassin’s Creed. L’antagoniste est Armand Bouchart, qui est devenu le Grand Maître de l’Ordre du Temple. Il cherche la « Pomme d’Éden », qui permet à l’utilisateur de contrôler l’esprit des gens et les plier à la volonté de quiconque utilise la Pomme. Altaïr doit l’arrêter, et empêcher d’autres dirigeants des Templiers notables comme Moloch « Le Taureau », Shalim et Shahar (fils de Moloch), Frederic « Le Rouge », et l’Oracle noir, d’utiliser l’autre Relique présente sur l’île pour atteindre leurs objectifs.

Assassin’s Creed II (2009)


En 2012, Desmond Miles, un jeune Américain, est retenu prisonnier par une entreprise pharmaceutique du nom d’Abstergo. Cette société est en réalité une façade couvrant les Templiers, les ennemis jurés des Assassins, ancêtres de Desmond. En effet, depuis la troisième croisade et peut-être même avant, ces deux ordres se livrent une guerre qui n’a jamais cessé. Warren Vidic et Lucy Stillman, deux scientifiques travaillant pour Abstergo, utilisent une machine appelée «Animus» pour explorer la mémoire génétique de Desmond, c’est-à-dire la mémoire de son ancêtre Altaïr qui vivait en Terre sainte durant le xiie siècle. La majeure partie du jeu se déroule dans ce monde de la mémoire. L’objectif des Templiers est de trouver un artefact fait par « Ceux-qui-étaient-là-avant », une sphère appelée « la pomme d’Éden ». Cet objet permet de créer des illusions et de contrôler les esprits humains. Ils, ou plutôt Altaïr, finit par le retrouver. L’artefact révèle une carte holographique montrant les emplacements d’autres pièces, ce qui devait être l’objectif réel de la société. Entre ses sessions, Desmond parle avec Lucy qui se trouve être amicale envers Desmond. La « vision d’aigle », capacité de son ancêtre qu’acquiert Desmond à la fin du premier jeu lui révèle que Lucy est en effet une alliée, mais aussi des indices écrits en sang laissés par le sujet 16, un «patient» qui a précédé Desmond dans le projet Animus.

Assassin’s Creed: Brotherhood (2009)


Assassin’s Creed: Brotherhood est la suite directe d’Assassin’s Creed II. Il reprend pour personnage principal Ezio, devenu depuis un grand maître assassin. L’action se déroule notamment à Rome durant la Renaissance, ville qui apparait brièvement dans la dernière mission de l’épisode précédent, et en Espagne en 1507.






Assassin’s Creed: Revelations (2011)


Revelations contient les trois personnages principaux de la série : Desmond Miles, Altaïr Ibn La-Ahad et Ezio Auditore da Firenze. La majorité de l’intrigue se déroule avec Ezio à Constantinople (l’Istanbul moderne), à partir de 1511. Il évolue dans quatre quartiers de la ville : Constantine, Bayezid, Imperial et Galata ; il se rend également en Cappadoce dans une ville troglodyte contrôlée par les Templiers, ainsi qu’à Masyaf (en Syrie actuelle) où l’ancienne forteresse des Assassins se dresse toujours. Au début du jeu, Ezio découvre que l’ancêtre de Desmond Miles, Altaïr a caché dans la capitale ottomane des clés menant à une arme capable de mettre fin définivement à la guerre entre les Assassins et les Templiers.
Au XXie siècle, Desmond poursuit quant à lui les événements débutés dans Brotherhood : après avoir rencontré Junon et activé la pomme d’Éden qui a pris le contrôle de son corps pour tuer Lucy Stillman, Desmond se retrouve dans le coma. Rebecca, Shaun et un certain William décident donc de le remettre dans l’« Animus » pour le sauver. Là, Desmond y retrouve une reconstitution de la conscience du Sujet 16, qui lui explique que le mode de fonctionnement spécial où il se trouve dans l’Animus, appelé Black Room, lui permettra de continuer sa synchronisation avec ses ancêtres afin de parvenir à un « nexus de synchronisation ». Ce nexus temporel est un point dans le temps où les histoires d’Altaïr, Ezio et Desmond se rejoignent, permettant à Desmond de sortir de son coma.
Au cours du jeu, le personnage d’Ezio encontre un grand nombre de personnages historiques, dont Manuel Paléologue, héritier du défunt empire byzantin, ou le prince Soliman, qui deviendra un jour l’un des sultans ottomans les plus connus de l’Histoire.

Assassin’s Creed III (2012)


Le jeu est la suite de Assassin’s Creed: Revelations. Comme dans les autres opus de la série, le joueur contrôle Desmond Miles au xxie siècle. Cet homme peut revivre les souvenirs de ses ancêtres grâce à un appareil appelé « Animus », lui permettant de voyager dans le temps à travers leur mémoire génétique commune. La lutte que se livre Assassins et Templiers a en effet survécu à toutes les époques depuis leur début pendant les Croisades : la poignée d’Assassins qui résiste de nos jours (dont Desmond est le dernier descendant) est menacée par l’entreprise multinationale Abstergo Industries qui embrasse les idées des Templiers. Tous sont à la recherche des artefacts laissés par une ancienne civilisation technologiquement plus avancée que la nôtre, mais qui a disparu des milliers d’années avant la naissance de l’Homme. Ces objets ont une puissance intrinsèque considérable et leur assemblage constitue des cartes ou des clés. Dans Revelations, Desmond a découvert la localisation du dernier Temple aux États-Unis et doit dès lors trouver la clé qui permet de l’ouvrir.
Pour cela, il entre dans l’Animus afin de revivre la mémoire de l’un de ses ancêtres : Connor Kenway, un jeune homme de la tribu Mohawk, né au xviiie siècle dans l’Amérique coloniale de l’union d’un père anglais et d’une mère amérindienne. Lorsque son village est incendié par les britanniques, il part rejoindre la Confrérie des Assassins, en recrute six et prend alors part à la Révolution américaine. Durant plus de trois décennies, Connor participe à de nombreux événements historiques et explore des villes comme Boston et New York ainsi qu’une région intermédiaire appelée La Frontière où se situe son village. Philadelphie est également visible à un moment du jeu, tandis que Connor explore l’océan Atlantique et la mer des Caraïbes lors de missions navales.

Assassin’s Creed IV: Black Flag (2013)


Comme c’est le cas dans les précédents jeux de la série, l’histoire est divisée en deux moitiés entrelacées, comprenant une phase dans un monde futuriste, et une autre dans un cadre historique, les événements de chacun influençant l’autre.
De nos jours, le personnage du joueur est engagé par Abstergo Entertainment - une filiale d’Abstergo Industries - en tant que chercheur afin d’utiliser l’Animus et d’examiner les souvenirs de Desmond Miles et ses ancêtres. Bien qu’il ait déjà été établi que l’Animus ne peut être utilisé que pour afficher les souvenirs de ses ancêtres directs, la fin d’Assassin’s Creed III implique que l’Animus fonctionne désormais de la même manière qu’un ordinateur. Face à cette nouvelle possibilité, Abstergo demande au participant de se concentrer spécifiquement sur les souvenirs d’Edward Kenway.

Assassin’s Creed Rogue (2014)


Le joueur incarne Shay Patrick Cormac, un ancien Assassin devenu Templier. Suite à une mission ayant tourné au drame, il renie la Confrérie des Assassins et s’oppose à eux. Désormais, dans le contexte troublé de la guerre de Sept Ans, il n’a plus qu’un objectif : traquer et éliminer tous les Assassins.








Assassin’s Creed III: Liberation HD (2014)


Le jeu prend place à la même époque qu’Assassin’s Creed III dans la Louisiane du xviiie siècle. Née d’une esclave africaine et d’un riche négoce français, Aveline de Granpré se battra pour libérer La Nouvelle-Orléans de la domination hispanique et rejoindra la Confrérie des Assassins en 1759. Elle sera amenée dans les rues animées de la ville mais aussi dans des marécages de la Louisiane (bayou) ou encore dans des ruines mayas se trouvant au Mexique (Chitchen itza) portées par l’âge pour y dénicher des trésors. L’arsenal d’Aveline comporte un pistolet de duel, une sarbacane à fléchettes, une machette pour canne à sucre, un fouet et la fidèle lame secrète des Assassins. Elle aura l’occasion de rencontrer Connor Kenway, le héros de l’autre opus, et de combattre à ses côtés.



Assassin’s Creed : Unity (2014)


Le joueur incarne Arno Victor Dorian[2], un jeune homme hanté par une terrible tragédie et qui s’est enrôlé chez les Assassins pour combattre la corruption qui gangrène la France, au temps de la Révolution française[3]. Il utilise une nouvelle arme, la « Phantom Blade », une arbalète à courte portée attachée au poignet, sur le modèle des lames cachées. Ces mêmes lames cachées sont toujours présentes, mais intégrées dans le système d’arbalète.
Le titre « Unity » est également révélateur des idées des développeurs : dans une bande-annonce parue au mois de juillet 2014, on voit Arno fendre la foule pour sauver un personnage de la guillotine, Élise de la Serre, qui est une héritière des Templiers ; tous deux affrontent alors la milice révolutionnaire de la Terreur, « unis » face à l’ennemi.

Assassin’s Creed Syndicate (2015)


Le jeu se déroule durant l’ère victorienne, période cruciale pour le Royaume-Uni, et qui est marquée par une révolution industrielle de grande ampleur. Grandes avenues, multitudes de calèches et apparition de panneaux publicitaires marquent les changements visibles du xixe siècle dans la ville qui devient à l’époque la plus peuplée du monde, et posant ainsi les prémices de la société moderne. L’espérance de vie augmente de près de trente ans, et les voies ferrées prennent peu à peu place au sein du paysage, tout comme le métro qui se développe ainsi que l’apparition de la bourse. Le développement de l’industrie créé un écart important entre les ouvriers et ceux qui profitent des richesses engendrées par celle-ci : la période voit ainsi la naissance des syndicats, mais aussi du crime organisé.

#2

Une des mes saga préféré sur Play, j’ai toutes les versions. :kermit:


#3

La même vivant le dernier


#4

Je les ai tous fait.

De plus en plus déçu, surtout depuis la mort de Desmond qui reliaient tous les épisodes. Là on a des merdes qui sortent tout les ans à moitié fini :sadboy:


#5

SPOILER !!! :no:

J’ai fait les deux premiers. J’avais vraiment bien aimé. J’ai plus de console maintenant mais c’est le genre de jeu qui me donne envie d’en racheter une.


#6

Ca date de y’a 2 épisodes déjà :no:


#7

Les derniers pas encore su y jouer , j’aimais le fait qu’auparavant le jeu était également développer pour les petites machines. Malheureusement depuis Black Flag ce n’est plus le cas. Donc ca va attendre un petit moment que je rachète une configuration de jeu.


#8

Bon du coup suite aux soldes Steam et sur Instant, je vais tout recommencer.

Là je suis au 1. Et j’ai déjà dans ma bibliothèque le 2 (le seul que j’ai fini), ses deux suites, le III (gratuit, auquel j’avais joué sur PS3 sans le finir) et Unity (que j’avais acheté à sa sortie mais pas fini pareil). J’attendrais d’autres soldes pour faire les autres, qd j’aurai fini les 5 jeux que je dois donc faire. :sac:

[/mylife]


#9

:hoho: perso j’ai fini toute la saga a 100%


#10

Bon bah j’ai finis le III hier. :sac:

J’ai donc fait le I, le II à moitié car je l’avais déjà fini, Brotherhood et Revelation, le III donc et là je commence Black Flag que j’ai eu à 7 balles sur PS4. Y’a dedans inclus Liberation qui était un épisode Vita, j’ai pas prévu de faire les DLC mais vu qu’ils sont gratuits… J’ai aussi eu Freedom Cry gratuit avec le PS+.


#11

Qq pourra me donner des retours persos sur Origin svp ? :slight_smile:


#12

Ben du coup j’avais pas vu :no:

Si tu as aimé Witcher III et/ou Zero Horizon tu vas kiffer. Par contre, si tu cherches de l’infiltration pure comme les anciens, ça risque de te décevoir à ce niveau là, le seul reproche que je lui ferai :slight_smile:


#13

Ouep, je me le suis pris. Bah écoute j’ai Witcher III mais jamais vraiment avancé.

J’aime bien le AC, il est beau et grand mais oui effectivement on s’éloigne qd même du nom “assassin”, on est + un meurtrier qu’autre chose. Après, vu le scénario, qu’on est le premier assassin ça peut s’expliquer.

A voir sur les prochains


#14

Tu n’es pas aussi crimier ?


#15

Hein ?


#16

#17

Je suis sur la fin du jeu, lvl 32. Il m’avait soulé qd j’étais lvl 15-20 mais j’ai repris y’a qq jours et je suis bien à fond là. Le scénario est qd même super sympa


#18

J’ai finis le jeu et je m’éclate à faire tous les ?, tous les lieux, toutes les missions annexes… C’est la première fois que je suis à fond dans un jeu comme ça c’est incroyable. La map est vraiment ouf


#19

Je suis level 24 je l’ai eu pour Noel je kiff vraiment ce jeu


#20

J’étais bien chaud pour le tester mais la dernière fois que j’ai regardé, il n’avait toujours pas été cracké :sadboy:


Suivre @iunctisFR sur Twitter - Mon Discourse - Programme Partenaire amazon.fr : Amazon Prime - Amazon Prime Video - Amazon Audible