đŸ‡°đŸ‡· Culture corĂ©enne

J’ai dĂ©marrĂ© My Name (마읎 넀임, 2021), deux Ă©pisodes visionnĂ©s sur les 8.

LancĂ© ça sans conviction et sans m’informer sur la sĂ©rie (j’ai vu que c’était un thriller, ça m’a suffit), mais aprĂšs une mise en place assez classique j’ai Ă©tĂ© pris dans le dĂ©lire. La fin du premier Ă©pisode nous amĂšne une fille toute frĂȘle dans un centre de formation d’hommes de mains de la mafia, que des mecs en chien et pas super fĂ©ministes :hoho:
Et cette fin d’épisode Ă©tait excellente. Je regardais la sĂ©rie du coin de l’oeil au dĂ©but, mais lĂ  j’ai tout lĂąchĂ© pour regarder ça.

Han So-Hee est une actrice plutĂŽt habituĂ©e aux comĂ©dies romantiques alors je dois dire que j’avais des petits doutes, mais putain elle n’a pas fait semblant dans la prĂ©paration, elle est crĂ©dible dans les scĂšnes d’action. Sa prĂ©paration contre Choi Mu-Jin en costume m’a vraiment plu, le type a du charisme.

La musique passait bien aussi dans ces scùnes là. J’espùre trouver le morceau d’ailleurs.

J’ai un peu moins accrochĂ© au second Ă©pisode qui fait un bond dans le temps, mais la fin lĂ  encore est assez cool, qui dĂ©marre avec le personnage principale dans un couloir, contre plusieurs mecs :castaner4:

Je ne suis pas sĂ»r Ă  100% que ça va ĂȘtre gĂ©nial, mais les scĂšnes d’action sont cool, ça m’a fait un peu penser Ă  la sĂ©rie Nikita qui m’avait bien plu. Mais lĂ  c’est plus carrĂ©, c’est en 8 Ă©pisodes, et a priori on est sur une mini-sĂ©rie.

J’ai vu sur asianwiki ou mydramalist que le rĂ©alisateur est celui derriĂšre Extracurricular, donc ça me donne confiance.

Fini My Name (마읎 넀임, 2021)

En rĂ©sumĂ© : ça tient la cadence, j’ai passĂ© un trĂšs bon moment !

La rĂ©alisation est propre, les acteurs sont surprenants. MĂȘme celui qui surjoue un peu comme Chang Ryul arrive Ă  donner un style Ă  son personnage (son rire principalement) qui s’intĂšgre bien au dĂ©lire.

C’est violent, on a de bons twists, les scĂšnes d’action sont rĂ©ussies. MĂȘme quand on voit des trucs venir, l’impact n’en est pas gĂąchĂ© car la sĂ©rie arrive Ă  en donner de la force. Je pense notamment Ă  l’épisode 6.

Bref, j’ai lancĂ© ça vraiment Ă  l’arrache et j’ai bouffĂ© ça comme un cochon, et je ne regrette pas un instant. Bonne surprise pour ma part, et je suivrais peut-ĂȘtre les deux acteurs principaux sur d’autres projets du genre, Han So-Hee comme je le disais est plutĂŽt dans le genre comĂ©die romantique et elle envoie mĂ©chamment ici, elle peut clairement passer du cĂŽtĂ© de l’action. Park Hee-Soon a l’air plus rodĂ© en tant qu’acteur, il a du charisme sur certains passages.

Si vous testez, restez au moins jusqu’à la fin du premier Ă©pisode, si ça ne vous motive pas Ă  lancer la suite, n’insistez pas. De mon cĂŽtĂ©, ce style trĂšs « raw » de l’action me plaĂźt beaucoup, et la musique too much Ă  fond dans les oreilles m’a totalement mis dans le dĂ©lire. Ce ne sera peut-ĂȘtre pas votre cas :calm:

Avis sur les Ă©pisodes

My Name 1.01 - J’ai lancĂ© sans conviction et pas vraiment sĂ»r que l’actrice soit crĂ©dible dans une histoire de vengeance. AprĂšs un dĂ©marrage plutĂŽt classique je me suis pris au jeu au fil des minutes et Ă  partir du moment oĂč elle entre dans la formation je n’ai plus lĂąchĂ©. Le rĂ©alisation est bonne, l’actrice se donne Ă  fond et son duo avec Park Hee-Soon est trĂšs prometteur. Les scĂšnes de combat m’ont beaucoup plu. Ça m’a un peu rappelĂ© la sĂ©rie Nikita. 7/10

My Name 1.02 - Je ne m’attendais pas Ă  un tel bond dans le temps et je dois admettre que j’étais un peu déçu, ça demande un peu de temps pour s’y faire, l’épisode Ă©tait donc un peu dĂ©cevant mais la fin est encore rĂ©ussie. La scĂšne d’action est bonne et l’impression que Oh Hye-jin laisse est marquante. La sĂ©rie reste accrocheuse, mais j’attendais autre chose. 7/10

My Name 1.03 - L’épisode dĂ©marrait timidement mais ça dĂ©colle plus vite que les prĂ©cĂ©dents avec une mission des stups qui vise Choi Mu-jin, mĂȘme si on en devine l’issue, la rĂ©alisation est efficace et la tension est bien prĂ©sente. On ne s’arrĂȘte pas lĂ , on a droit au retour de Do Gang-jae qui s’avĂšre assez violent. Il va apporter un Ă©lĂ©ment chaotique Ă  tout ça qui peut ĂȘtre intĂ©ressant. 7/10

My Name 1.04 - La sĂ©rie ne cherche pas Ă  gagner du temps et balance assez vite des Ă©lĂ©ments prometteurs comme la taupe auprĂšs de la police (il y avait peu d’options donc on la devinait facilement) et surtout la couverture d’Oh Hye-jin qui est grillĂ©e, ou en tout cas sĂ©vĂšrement menacĂ©e. Tout ça est mis entre parenthĂšse pour remettre Do Gang-jae en lumiĂšre, et avec la maniĂšre dans une fin d’épisode encore une fois enthousiasmante ! 8/10

My Name 1.05 - Ça ne dĂ©marrait pas de la meilleure des façons, mĂȘme si on a de l’action dĂšs le dĂ©but, la rĂ©solution du cliffangher m’a laissĂ© sur ma faim mais la sĂ©rie arrive Ă  vite se relancer pour mettre Oh Hye-jin en position dĂ©licate, on ferme un gros chapitre et on pense mĂȘme Ă  un moment que la fin de Choi est arrivĂ©e. Ils se sont faits plaisirs sur les bruitages de couteaux qui pĂ©nĂštrent la chair en tout cas. Bonne derniĂšre partie d’épisode comme toujours. La fin ne me paraĂźt pas aussi dangereuse que ça pour elle, le trauma de l’attaque de Gang-jae et les sentiments de Pil-do peuvent facilement ĂȘtre utilisĂ©s. 7/10

My Name 1.06 - Cet Ă©pisode Ă©tait le meilleur test de la sĂ©rie. La remise en route est un peu longue mais on en apprend plus sur le pĂšre de Ji-woo et on comprend oĂč l’épisode nous mĂšne. On va dĂ©couvrir les derniers secrets du pĂšre de Ji-woo. Mieux l’épisode sĂšme des premiers doutes sur l’identitĂ© du tueur de son pĂšre. On devine cet ultime twist quand on voit Choi Mu-jin s’empresser d’en finir avec le capitaine, et malgrĂ© ça le test est rĂ©ussi. Car on est transportĂ© par cette rĂ©vĂ©lation, les flashbacks, on subit comme elle la claque dans la gueule et le plan final oĂč on a ce petit frisson d’excitation quand elle active le mode vengeance comme une putain de badass. 8/10

My Name 1.07 - AprĂšs une sĂ©rie de bons Ă©pisodes, c’est peut-ĂȘtre celui qui a plus de mal en terme de rythme ou de surprises. Il est principalement dĂ©diĂ© Ă  l’identitĂ© de Oh Hye-jin, il y a de bons moments comme le combat avec Jung Tae-ju ou sortie du commissariat, mais c’est entrecoupĂ© de scĂšnes qui m’ont moins fascinĂ©. On sent qu’on est dans une forme de transition pour mettre des derniers obstacles avant la confrontation avec Choi Mu-jin. La fin reste efficace ceci dit, le regard qu’elle lance quand on lui demande son nom arrive Ă  ĂȘtre fort de sens. 7/10

My Name 1.08 - Je n’étais pas sĂ»r d’apprĂ©cier le chemin pris par ce final, qu’ils prennent leur temps ne me dĂ©rangeait pas plus que ça, mais les minutes dĂ©filaient et je sentais l’épisode sur la retenue. Et puis il y a cette scĂšne avec le coup de feu qui va marquer les esprits. Et qui change la dynamique de ce final, la scĂšne d’action qui vient derriĂšre est excellente et la suite est Ă  l’image du reste : bruit de couteau qui perce la peau. Cette mort de Pil-do fait passer un cap Ă  l’épisode pour moi, mĂȘme si ça ne va pas forcĂ©ment plaire Ă  tout le monde, et mĂȘme si je n’ai pas vraiment apprĂ©ciĂ© la premiĂšre moitiĂ©, la conclusion m’a convaincu. 7/10

Un petit mot final sur la sĂ©rie, mĂȘme si Pil-do a pu sembler naĂŻf, j’ai apprĂ©ciĂ© le fait que la police ne soit pas composĂ©e de dĂ©biles, ils sont vite sur la piste de Ji-woo. Du coup le seul vĂ©ritable reproche que je ferai c’est sur la vitesse de guĂ©rison des blessures des personnages principaux. En terme de douleur, de perte de sang, c’est dur Ă  croire. Mais c’est un bon rappel pour participer au Don du Sang !

D.P. (Deserter★Pursuit, 2021)

DP
Tous les hommes corĂ©ens doivent effectuer leur service militaire entre l’ñge de 18 Ă  28 ans. Nous sommes en 2014, An Jun-Ho dĂ©marre son service militaire, il est affectĂ© Ă  la Police Militaire puis au service dĂ©diĂ© Ă  la traque des dĂ©serteurs. Il va assister aux premiĂšres loges Ă  une culture de violence, d’humiliations et de harcĂšlements qui gangrĂšne les services.

J’ai dĂ©marrĂ© hier cette sĂ©rie de 6 Ă©pisodes et dĂšs (l’excellente) scĂšne d’intro, on comprend que c’est une sĂ©rie qui va nous foutre les nerfs, encore plus quand on n’est pas trĂšs fan des ambiances militaristes comme moi.

Le premier Ă©pisode est dur, il plonge An Jun-Ho dans une sorte de cauchemar qui va causer un drame et ça donne le ton. C’était une entrĂ©e en matiĂšre imparfaite en terme de rythme mais il bĂąti un socle de haine trĂšs vite et ça donne envie de lancer la suite.

La suite est un peu plus inĂ©gale, la sĂ©rie mĂ©lange parfois humour, drame, dĂ©sespoir, bontĂ©. C’est assez dĂ©routant, pas toujours efficace mais on garde un peu cette base de bullying, harcĂšlement qui va exploser dans les deux derniers Ă©pisodes. Parmi les rĂ©ussites il y a pour moi l’épisode dĂ©diĂ© au dĂ©serteur Heo Chi-Do. Et au sein de la saison, Ă  peu prĂšs toutes les scĂšnes sur Cho Suk-Bong sont percutantes.

On y voit un homme profondĂ©ment bon et gentil glisser petit Ă  petit vers la violence Ă  force d’ĂȘtre torturĂ© et humiliĂ©. Il y a les scĂšnes atroces de l’épilation, du lancement de fusĂ©e, et le moment oĂč il a un virage et bat Ă  son tour les rookies. Ce n’est pas une grosse surprise que la fin lui soit dĂ©diĂ©e, il a complĂštement dĂ©raillĂ© et cherche Ă  se venger de son tortionnaire principal. Ce double Ă©pisode final n’est pas parfait, il y a des moments oĂč la sĂ©rie en fait trop, ce qui casse un peu l’émotion, on en devine aussi l’issue mĂȘme si ça ne gĂȘne pas trop.

Au final, c’est une sĂ©rie intĂ©ressante avec des grosses scĂšnes qui foutent la haine, il y a aussi des surprises comme le duo An Jun-Ho/Han Ho-Yeol auquel on ne croit pas trop au dĂ©but mais dont la complicitĂ© grandissante devient plaisante. Quelques longueurs ou petites maladresses, rien de trop gĂȘnant ceci dit.

Je classe ça en-dessous de Extracurricular ou My Name perso, mais c’est pas loin derriùre.

 

Petit rattrapage de culture avec deux films corĂ©ens rĂ©putĂ©s. Les deux sont arrivĂ©s sur Prime VidĂ©o rĂ©cemment, mais Memories of Murder n’est dispo qu’en VF. Je suis donc allĂ© prendre mes sources ailleurs.

Oldboy (ì˜Źë“œëłŽìŽ, 2004)
Oldboy (ì˜Źë“œëłŽìŽ, 2004)

Pour faire court, en voyant le film arriver sur Prime Video je me suis dis qu’il fallait l’essayer, j’ai vu tellement souvent l’affiche avec ce personnage qui semble totalement Ă©quilibrĂ© en tenant un marteau dans sa main. Je ne savais pas vraiment de quoi ça parlait, je me doutais juste que ce n’était pas une comĂ©die.

Le concept est cool, la relation avec la jeune femme est intĂ©ressante. Le film a des passages dĂ©routants, un rythme assez spĂ©cial, j’ai parfois lĂ©gĂšrement dĂ©crochĂ© je dois l’avouer. Par contre la derniĂšre ligne droite avec toutes les rĂ©vĂ©lations aussi dingues les unes que les autres foutent un sacrĂ© coup de poing dans le bide, lĂ  j’étais captivĂ© jusqu’à la derniĂšre seconde, mais avec un petit noeud Ă  l’estomac. Vraiment dĂ©routant.

 

Memories of Murder (삎읞의 추얔, 2003)
Memories of Murder (삎읞의 추얔, 2003)

Autre film corĂ©en culte, Memories of Murder a Ă©tĂ© Ă©crit et rĂ©alisĂ© par Bong Joon-Ho, qui est derriĂšre l’excellent Parasite (l’acteur principal est le mĂȘme d’ailleurs, Song Kang-Ho, quelques rides en moins sur ce film). On est dans un thriller policier, l’action se passe dans les annĂ©es 80. MĂȘme si ça se situe en CorĂ©e du Sud, il y a un petit sentiment de dĂ©jĂ  vu. La premiĂšre partie peine d’ailleurs Ă  m’emballer, on a les flics la clope au bec, qui peuvent se permettre de frapper les suspects, qui picolent entre deux meurtres, le mĂȘme entĂȘtement dĂšs qu’un suspect est dans le radar. MĂȘme si ces Ă©lĂ©ments ont leur utilitĂ© au fil de l’intrigue, c’est pas le genre de trucs qui me parle vraiment.

La deuxiĂšme partie est plus prenante, ils ont enfin des Ă©lĂ©ments qui permettent d’anticiper un peu plus les choses mais l’affaire reste compliquĂ©e, et ça donne des moments de tension qui marchent bien. La fin reste ouverte, frustrante avec la mort de la lycĂ©enne qui pĂšse sur Seo. Park change de carriĂšre aprĂšs ça et se range, le flic qui se prend pour Bruce Lee finit avec une jambe en moins Ă  cause de ses conneries. Cette fin m’a un peu plus parlĂ© et la mise en scĂšne m’a paru plus intĂ©ressante aussi avec ce dĂ©cor rural et les meurtres qui interviennent les jours de pluie, on a des passages bien foutus.

Le film est inspirĂ© d’une histoire vraie, l’affaire n’a Ă©tĂ© rĂ©solue qu’en 2019, le coupable avait toutefois Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© avant pour un autre meurtre.

 

Silenced (도가니, 2011)

Silenced (도가니, 2011)
J’ai vu passĂ© l’affiche de ce film rĂ©cemment, j’ai reconnu l’acteur de Train to Busan. C’est d’ailleurs lui qui a initiĂ© la crĂ©ation de ce film aprĂšs avoir lu un livre sur une affaire d’une Ă©cole de sourds oĂč des enfants Ă©taient torturĂ©s et violĂ©s.

Bon
 du coup c’est pas trĂšs fun. Le dĂ©but du film s’applique Ă  donner un sentiment de malaise, les enfants ont l’air bizarres, l’école est glauque. Puis ça se dĂ©ride petit Ă  petit avec des violences de plus en plus visibles.

Le malaise ne s’arrĂȘte pas lĂ . On a des scĂšnes trĂšs graphiques sur les agressions sexuelles des enfants. Au point qu’on se demande si le tournage Ă©tait rĂ©ellement sain. Vu l’implication de l’acteur on peut ĂȘtre rassurĂ©, j’espĂšre que ça a Ă©tĂ© vraiment trĂšs protecteur envers les gosses car il y a des images vraiment fortes. Celle du bain donnĂ© au garçon est vraiment dure


AprĂšs une succession de scĂšnes violentes, on en sort un peu pour se concentrer sur le procĂšs. On y voit un systĂšme de copinage, d’arrangements qui favorise bien les gens riches et les prĂ©dateurs. Le film a d’ailleurs soulevĂ© une telle vague d’indignation que l’enquĂȘte avait Ă©tĂ© rouverte et des arrestations ont Ă©tĂ© faites grĂące Ă  ça. Cela aide Ă  ne pas avoir envie de tout casser aprĂšs le film.

Je ne peux pas dire que j’ai aimĂ© le film, j’en saisie l’impact tout comme le soin apportĂ© Ă  rendre ça aussi marquant que possible. Mais c’est pas vraiment un visionnage plaisant.

 

J’ai lancĂ© Hellbound (지옄, 2021), 2 Ă©pisodes sur les 6 proposĂ©s dans la premiĂšre saison qui vient d’arriver sur Netflix.

Hellbound (지옄, 2021)
Je fais un petit rĂ©sumĂ© : « Certaines personnes sont averties de leur mort prochaine par une apparition mystĂ©rieuse. Lorsque leur heure arrive, des monstres apparaissent pour traquer et tuer cette personne. Un mouvement religieux appelĂ© La Nouvelle VĂ©ritĂ© voit sa popularitĂ© grandir depuis le dĂ©but des attaques, qui viendrait, selon eux, d’une volontĂ© de Dieu de punir les pĂ©cheurs et les envoyer en Enfer. »
Au casting il y a le mec qui jouait dans #Alive (mais sans la teinture blonde), une fille qui jouait dans la suite de Train to Busan, Peninsula. La sĂ©rie est tirĂ©e d’un comic, crĂ©Ă© par Yeon Sang-Ho et Choi Kyu-Seok. Yeon Sang-Ho n’est pas un inconnu, il est le co-scĂ©nariste et rĂ©alisateur de Train to Busan et Peninsula.

Pour l’instant
 mitigĂ©.

Ça dĂ©marre par une bonne surprise, ce n’est pas vilain, les effets des monstres sont pas vilains pour une sĂ©rie et la scĂšne de l’attaque dans la rue est bien faite.

Ensuite c’est plus lent, et pas trĂšs passionnant. Mais mon aversion pour les discours religieux joue beaucoup. DĂšs que ça parle de Dieu et de pĂ©chĂ©s, j’y peux rien je m’endors. Ça doit ĂȘtre un rĂ©flexe aprĂšs mon annĂ©e dans une Ă©cole privĂ©e en primaire :yawning_face:

Le deuxiĂšme Ă©pisode est heureusement plus rĂ©ussi, ça met une ambiance pesante qui marche bien par moments, le PrĂ©sident du mouvement religieux est plus intĂ©ressant et la tension avec la mort annoncĂ©e d’une mĂšre de famille monte bien au fil des minutes. Ça se disperse parfois un peu trop, mais c’est mieux.

Le concept est pas mal, le mystĂšre grandit et ça ne semble pas mauvais, on voit aussi que des Ă©lĂ©ments pour les thĂ©ories sont posĂ©s, mais c’est un peu lent et pas toujours passionnant jusque lĂ .

Comme il n’y a que 6 Ă©pisodes, je vais finir la saison sans soucis. La fin du deuxiĂšme Ă©pisode m’a d’ailleurs donnĂ© envie de lancer le suivant tout de suite, donc on est sur la bonne voie je pense.

 

Je finis sur Hellbound (지옄, 2021)

L’épisode 3 marque un tournant assez fort et inattendu, la sĂ©rie prend vraiment des risques. Malheureusement ça peine Ă  dĂ©coller sur les Ă©pisodes 4 et 5, la sĂ©rie n’avance jamais vraiment, au mieux on a des petits indices ou Ă©lĂ©ments qui promettent un changement Ă  venir, mais ça semble sur la retenue.

Mais le dernier Ă©pisode arrive enfin Ă  mĂȘler tous les Ă©lĂ©ments de la sĂ©rie, c’est plus dynamique, les personnages sont plus intĂ©ressants, l’aspect religieux est plus explicite aussi. Et on a des surprises, dont un cliffangher efficace.

Je ne suis pas sĂ»r de poursuivre si une saison 2 arrive. Le comic est arrivĂ© cette semaine sur Webtoon, donc je verrais suivant l’évolution de l’intrigue.

Si le sujet des sectes ou mouvements religieux vous parlent, la sĂ©rie pourrait vous plaire, ce n’est pas mon domaine favori donc j’ai pas trop accrochĂ© Ă  des Ă©lĂ©ments qui sont peut-ĂȘtre excellents selon un autre point de vue.

Sinon, mĂȘme si c’est court, je ne recommande pas spĂ©cialement.

Pour s’y retrouver dans les noms de personnages, la base c’est souvent Asianwiki : https://asianwiki.com/Hellbound_(Netflix)

Le 24 décembre, Netflix sortira The Silent Sea avec Bae Doona (sense8, Kingdom, Stranger, etc) et Gong Yoo (Train to Busan, Silenced, le recruteur dans Squid Game)

Le synopsis : « Set in the future, when the planet suffers from a lack of water and food caused by desertification. Yoon-Jae is a soldier for the space agency. He is selected for a team, including Ji-An, to travel to the moon. Their mission is to retrieve a mysterious sample from an abandoned research station. »

https://asianwiki.com/The_Silent_Sea


Bae Doona sera aussi au casting du film Broker que je vais forcément surveiller. Car il y a au casting Song Kang-Ho (Parasite, Snowpiercer), ça donne un sacré duo au lead.

Ils avaient dĂ©jĂ  jouĂ© ensemble dans le film The Host que je n’ai pas encore vu. Film de Bong Joon-Ho d’ailleurs, ça peut ĂȘtre intĂ©ressant de le voir.

« A baby box is a small space, where parents can leave their babies anonymously. People’s relationship around the baby box are explored. »

https://asianwiki.com/Broker_(Hirokazu_Koreeda)

The Host est excellent tu peux y aller

1 « J'aime »

The Host (êŽŽëŹŒ, 2006)

The Host (êŽŽëŹŒ, 2006)
Je ne peux pas dire que j’ai adorĂ© le film, je n’ai pas dĂ©testĂ© non plus, loin de lĂ . AprĂšs une entame trĂšs rapide qui nous plonge bien dans le bain, le virage pris par le film est surprenant. Et il m’a fallu un peu de temps Ă  m’y faire. J’ai beaucoup aimĂ© la derniĂšre ligne droite ceci dit.

On retrouve un Ă©lĂ©ment commun des trois films de Bong Joon-Ho que j’ai vu : son intĂ©rĂȘt Ă  montrer des gens ordinaires voire mĂ©diocres empĂȘtrĂ©s dans un truc plus important qu’eux. Ici c’est l’apparition d’un monstre. Et faut avouer qu’il est trĂšs bon pour ça, la façon dont ils vont mettre en place leur recherche de Hyun-seo alors qu’ils sont traquĂ©s et pas pris au sĂ©rieux a un cĂŽtĂ© courageux, touchant et pathĂ©tique Ă  la fois va laisser de bonnes images du film.

Il y a eu quelques longueurs mais en survolant Ă  nouveau les diffĂ©rents arcs du film j’ai une affection pour chacun d’entre eux. Que ce soit la dĂ©termination de Kang-doo, le cĂŽtĂ© dĂ©brouillard de Nam-il ou la solitude de Nam-joo (trĂšs peu bavarde dans le film), ainsi que les scĂšnes de la petite Hyun-seo, il y a de belles choses.

Je me sens pas d’analyser le propos du film, mais le truc qui est le plus ressorti ici pour moi c’est le sentiment d’infĂ©rioritĂ© de la CorĂ©e du Sud par rapport aux amĂ©ricains (tout comme une critique de l’ingĂ©rence et culpabilitĂ© de ces derniers) que je n’avais jamais vu dĂ©peinte de cette façon jusque lĂ . C’est fait sans caricature, c’était intĂ©ressant.

1 « J'aime »