🇰🇷 Culture coréenne

J’ai démarré My Name (마이 네임, 2021), deux épisodes visionnés sur les 8.

Lancé ça sans conviction et sans m’informer sur la série (j’ai vu que c’était un thriller, ça m’a suffit), mais après une mise en place assez classique j’ai été pris dans le délire. La fin du premier épisode nous amène une fille toute frêle dans un centre de formation d’hommes de mains de la mafia, que des mecs en chien et pas super féministes :hoho:
Et cette fin d’épisode était excellente. Je regardais la série du coin de l’oeil au début, mais là j’ai tout lâché pour regarder ça.

Han So-Hee est une actrice plutôt habituée aux comédies romantiques alors je dois dire que j’avais des petits doutes, mais putain elle n’a pas fait semblant dans la préparation, elle est crédible dans les scènes d’action. Sa préparation contre Choi Mu-Jin en costume m’a vraiment plu, le type a du charisme.

La musique passait bien aussi dans ces scènes là. J’espère trouver le morceau d’ailleurs.

J’ai un peu moins accroché au second épisode qui fait un bond dans le temps, mais la fin là encore est assez cool, qui démarre avec le personnage principale dans un couloir, contre plusieurs mecs :castaner4:

Je ne suis pas sûr à 100% que ça va être génial, mais les scènes d’action sont cool, ça m’a fait un peu penser à la série Nikita qui m’avait bien plu. Mais là c’est plus carré, c’est en 8 épisodes, et a priori on est sur une mini-série.

J’ai vu sur asianwiki ou mydramalist que le réalisateur est celui derrière Extracurricular, donc ça me donne confiance.

Fini My Name (마이 네임, 2021)

En résumé : ça tient la cadence, j’ai passé un très bon moment !

La réalisation est propre, les acteurs sont surprenants. Même celui qui surjoue un peu comme Chang Ryul arrive à donner un style à son personnage (son rire principalement) qui s’intègre bien au délire.

C’est violent, on a de bons twists, les scènes d’action sont réussies. Même quand on voit des trucs venir, l’impact n’en est pas gâché car la série arrive à en donner de la force. Je pense notamment à l’épisode 6.

Bref, j’ai lancé ça vraiment à l’arrache et j’ai bouffé ça comme un cochon, et je ne regrette pas un instant. Bonne surprise pour ma part, et je suivrais peut-être les deux acteurs principaux sur d’autres projets du genre, Han So-Hee comme je le disais est plutôt dans le genre comédie romantique et elle envoie méchamment ici, elle peut clairement passer du côté de l’action. Park Hee-Soon a l’air plus rodé en tant qu’acteur, il a du charisme sur certains passages.

Si vous testez, restez au moins jusqu’à la fin du premier épisode, si ça ne vous motive pas à lancer la suite, n’insistez pas. De mon côté, ce style très « raw » de l’action me plaît beaucoup, et la musique too much à fond dans les oreilles m’a totalement mis dans le délire. Ce ne sera peut-être pas votre cas :calm:

Avis sur les épisodes

My Name 1.01 - J’ai lancé sans conviction et pas vraiment sûr que l’actrice soit crédible dans une histoire de vengeance. Après un démarrage plutôt classique je me suis pris au jeu au fil des minutes et à partir du moment où elle entre dans la formation je n’ai plus lâché. Le réalisation est bonne, l’actrice se donne à fond et son duo avec Park Hee-Soon est très prometteur. Les scènes de combat m’ont beaucoup plu. Ça m’a un peu rappelé la série Nikita. 7/10

My Name 1.02 - Je ne m’attendais pas à un tel bond dans le temps et je dois admettre que j’étais un peu déçu, ça demande un peu de temps pour s’y faire, l’épisode était donc un peu décevant mais la fin est encore réussie. La scène d’action est bonne et l’impression que Oh Hye-jin laisse est marquante. La série reste accrocheuse, mais j’attendais autre chose. 7/10

My Name 1.03 - L’épisode démarrait timidement mais ça décolle plus vite que les précédents avec une mission des stups qui vise Choi Mu-jin, même si on en devine l’issue, la réalisation est efficace et la tension est bien présente. On ne s’arrête pas là, on a droit au retour de Do Gang-jae qui s’avère assez violent. Il va apporter un élément chaotique à tout ça qui peut être intéressant. 7/10

My Name 1.04 - La série ne cherche pas à gagner du temps et balance assez vite des éléments prometteurs comme la taupe auprès de la police (il y avait peu d’options donc on la devinait facilement) et surtout la couverture d’Oh Hye-jin qui est grillée, ou en tout cas sévèrement menacée. Tout ça est mis entre parenthèse pour remettre Do Gang-jae en lumière, et avec la manière dans une fin d’épisode encore une fois enthousiasmante ! 8/10

My Name 1.05 - Ça ne démarrait pas de la meilleure des façons, même si on a de l’action dès le début, la résolution du cliffangher m’a laissé sur ma faim mais la série arrive à vite se relancer pour mettre Oh Hye-jin en position délicate, on ferme un gros chapitre et on pense même à un moment que la fin de Choi est arrivée. Ils se sont faits plaisirs sur les bruitages de couteaux qui pénètrent la chair en tout cas. Bonne dernière partie d’épisode comme toujours. La fin ne me paraît pas aussi dangereuse que ça pour elle, le trauma de l’attaque de Gang-jae et les sentiments de Pil-do peuvent facilement être utilisés. 7/10

My Name 1.06 - Cet épisode était le meilleur test de la série. La remise en route est un peu longue mais on en apprend plus sur le père de Ji-woo et on comprend où l’épisode nous mène. On va découvrir les derniers secrets du père de Ji-woo. Mieux l’épisode sème des premiers doutes sur l’identité du tueur de son père. On devine cet ultime twist quand on voit Choi Mu-jin s’empresser d’en finir avec le capitaine, et malgré ça le test est réussi. Car on est transporté par cette révélation, les flashbacks, on subit comme elle la claque dans la gueule et le plan final où on a ce petit frisson d’excitation quand elle active le mode vengeance comme une putain de badass. 8/10

My Name 1.07 - Après une série de bons épisodes, c’est peut-être celui qui a plus de mal en terme de rythme ou de surprises. Il est principalement dédié à l’identité de Oh Hye-jin, il y a de bons moments comme le combat avec Jung Tae-ju ou sortie du commissariat, mais c’est entrecoupé de scènes qui m’ont moins fasciné. On sent qu’on est dans une forme de transition pour mettre des derniers obstacles avant la confrontation avec Choi Mu-jin. La fin reste efficace ceci dit, le regard qu’elle lance quand on lui demande son nom arrive à être fort de sens. 7/10

My Name 1.08 - Je n’étais pas sûr d’apprécier le chemin pris par ce final, qu’ils prennent leur temps ne me dérangeait pas plus que ça, mais les minutes défilaient et je sentais l’épisode sur la retenue. Et puis il y a cette scène avec le coup de feu qui va marquer les esprits. Et qui change la dynamique de ce final, la scène d’action qui vient derrière est excellente et la suite est à l’image du reste : bruit de couteau qui perce la peau. Cette mort de Pil-do fait passer un cap à l’épisode pour moi, même si ça ne va pas forcément plaire à tout le monde, et même si je n’ai pas vraiment apprécié la première moitié, la conclusion m’a convaincu. 7/10

Un petit mot final sur la série, même si Pil-do a pu sembler naïf, j’ai apprécié le fait que la police ne soit pas composée de débiles, ils sont vite sur la piste de Ji-woo. Du coup le seul véritable reproche que je ferai c’est sur la vitesse de guérison des blessures des personnages principaux. En terme de douleur, de perte de sang, c’est dur à croire. Mais c’est un bon rappel pour participer au Don du Sang !

D.P. (Deserter★Pursuit, 2021)

DP
Tous les hommes coréens doivent effectuer leur service militaire entre l’âge de 18 à 28 ans. Nous sommes en 2014, An Jun-Ho démarre son service militaire, il est affecté à la Police Militaire puis au service dédié à la traque des déserteurs. Il va assister aux premières loges à une culture de violence, d’humiliations et de harcèlements qui gangrène les services.

J’ai démarré hier cette série de 6 épisodes et dès (l’excellente) scène d’intro, on comprend que c’est une série qui va nous foutre les nerfs, encore plus quand on n’est pas très fan des ambiances militaristes comme moi.

Le premier épisode est dur, il plonge An Jun-Ho dans une sorte de cauchemar qui va causer un drame et ça donne le ton. C’était une entrée en matière imparfaite en terme de rythme mais il bâti un socle de haine très vite et ça donne envie de lancer la suite.

La suite est un peu plus inégale, la série mélange parfois humour, drame, désespoir, bonté. C’est assez déroutant, pas toujours efficace mais on garde un peu cette base de bullying, harcèlement qui va exploser dans les deux derniers épisodes. Parmi les réussites il y a pour moi l’épisode dédié au déserteur Heo Chi-Do. Et au sein de la saison, à peu près toutes les scènes sur Cho Suk-Bong sont percutantes.

On y voit un homme profondément bon et gentil glisser petit à petit vers la violence à force d’être torturé et humilié. Il y a les scènes atroces de l’épilation, du lancement de fusée, et le moment où il a un virage et bat à son tour les rookies. Ce n’est pas une grosse surprise que la fin lui soit dédiée, il a complètement déraillé et cherche à se venger de son tortionnaire principal. Ce double épisode final n’est pas parfait, il y a des moments où la série en fait trop, ce qui casse un peu l’émotion, on en devine aussi l’issue même si ça ne gêne pas trop.

Au final, c’est une série intéressante avec des grosses scènes qui foutent la haine, il y a aussi des surprises comme le duo An Jun-Ho/Han Ho-Yeol auquel on ne croit pas trop au début mais dont la complicité grandissante devient plaisante. Quelques longueurs ou petites maladresses, rien de trop gênant ceci dit.

Je classe ça en-dessous de Extracurricular ou My Name perso, mais c’est pas loin derrière.

 

Petit rattrapage de culture avec deux films coréens réputés. Les deux sont arrivés sur Prime Vidéo récemment, mais Memories of Murder n’est dispo qu’en VF. Je suis donc allé prendre mes sources ailleurs.

Oldboy (올드보이, 2004)
Oldboy (올드보이, 2004)

Pour faire court, en voyant le film arriver sur Prime Video je me suis dis qu’il fallait l’essayer, j’ai vu tellement souvent l’affiche avec ce personnage qui semble totalement équilibré en tenant un marteau dans sa main. Je ne savais pas vraiment de quoi ça parlait, je me doutais juste que ce n’était pas une comédie.

Le concept est cool, la relation avec la jeune femme est intéressante. Le film a des passages déroutants, un rythme assez spécial, j’ai parfois légèrement décroché je dois l’avouer. Par contre la dernière ligne droite avec toutes les révélations aussi dingues les unes que les autres foutent un sacré coup de poing dans le bide, là j’étais captivé jusqu’à la dernière seconde, mais avec un petit noeud à l’estomac. Vraiment déroutant.

 

Memories of Murder (살인의 추억, 2003)
Memories of Murder (살인의 추억, 2003)

Autre film coréen culte, Memories of Murder a été écrit et réalisé par Bong Joon-Ho, qui est derrière l’excellent Parasite (l’acteur principal est le même d’ailleurs, Song Kang-Ho, quelques rides en moins sur ce film). On est dans un thriller policier, l’action se passe dans les années 80. Même si ça se situe en Corée du Sud, il y a un petit sentiment de déjà vu. La première partie peine d’ailleurs à m’emballer, on a les flics la clope au bec, qui peuvent se permettre de frapper les suspects, qui picolent entre deux meurtres, le même entêtement dès qu’un suspect est dans le radar. Même si ces éléments ont leur utilité au fil de l’intrigue, c’est pas le genre de trucs qui me parle vraiment.

La deuxième partie est plus prenante, ils ont enfin des éléments qui permettent d’anticiper un peu plus les choses mais l’affaire reste compliquée, et ça donne des moments de tension qui marchent bien. La fin reste ouverte, frustrante avec la mort de la lycéenne qui pèse sur Seo. Park change de carrière après ça et se range, le flic qui se prend pour Bruce Lee finit avec une jambe en moins à cause de ses conneries. Cette fin m’a un peu plus parlé et la mise en scène m’a paru plus intéressante aussi avec ce décor rural et les meurtres qui interviennent les jours de pluie, on a des passages bien foutus.

Le film est inspiré d’une histoire vraie, l’affaire n’a été résolue qu’en 2019, le coupable avait toutefois été arrêté avant pour un autre meurtre.

 

Silenced (도가니, 2011)

Silenced (도가니, 2011)
J’ai vu passé l’affiche de ce film récemment, j’ai reconnu l’acteur de Train to Busan. C’est d’ailleurs lui qui a initié la création de ce film après avoir lu un livre sur une affaire d’une école de sourds où des enfants étaient torturés et violés.

Bon… du coup c’est pas très fun. Le début du film s’applique à donner un sentiment de malaise, les enfants ont l’air bizarres, l’école est glauque. Puis ça se déride petit à petit avec des violences de plus en plus visibles.

Le malaise ne s’arrête pas là. On a des scènes très graphiques sur les agressions sexuelles des enfants. Au point qu’on se demande si le tournage était réellement sain. Vu l’implication de l’acteur on peut être rassuré, j’espère que ça a été vraiment très protecteur envers les gosses car il y a des images vraiment fortes. Celle du bain donné au garçon est vraiment dure…

Après une succession de scènes violentes, on en sort un peu pour se concentrer sur le procès. On y voit un système de copinage, d’arrangements qui favorise bien les gens riches et les prédateurs. Le film a d’ailleurs soulevé une telle vague d’indignation que l’enquête avait été rouverte et des arrestations ont été faites grâce à ça. Cela aide à ne pas avoir envie de tout casser après le film.

Je ne peux pas dire que j’ai aimé le film, j’en saisie l’impact tout comme le soin apporté à rendre ça aussi marquant que possible. Mais c’est pas vraiment un visionnage plaisant.

 

J’ai lancé Hellbound (지옥, 2021), 2 épisodes sur les 6 proposés dans la première saison qui vient d’arriver sur Netflix.

Hellbound (지옥, 2021)
Je fais un petit résumé : « Certaines personnes sont averties de leur mort prochaine par une apparition mystérieuse. Lorsque leur heure arrive, des monstres apparaissent pour traquer et tuer cette personne. Un mouvement religieux appelé La Nouvelle Vérité voit sa popularité grandir depuis le début des attaques, qui viendrait, selon eux, d’une volonté de Dieu de punir les pécheurs et les envoyer en Enfer. »
Au casting il y a le mec qui jouait dans #Alive (mais sans la teinture blonde), une fille qui jouait dans la suite de Train to Busan, Peninsula. La série est tirée d’un comic, créé par Yeon Sang-Ho et Choi Kyu-Seok. Yeon Sang-Ho n’est pas un inconnu, il est le co-scénariste et réalisateur de Train to Busan et Peninsula.

Pour l’instant… mitigé.

Ça démarre par une bonne surprise, ce n’est pas vilain, les effets des monstres sont pas vilains pour une série et la scène de l’attaque dans la rue est bien faite.

Ensuite c’est plus lent, et pas très passionnant. Mais mon aversion pour les discours religieux joue beaucoup. Dès que ça parle de Dieu et de péchés, j’y peux rien je m’endors. Ça doit être un réflexe après mon année dans une école privée en primaire :yawning_face:

Le deuxième épisode est heureusement plus réussi, ça met une ambiance pesante qui marche bien par moments, le Président du mouvement religieux est plus intéressant et la tension avec la mort annoncée d’une mère de famille monte bien au fil des minutes. Ça se disperse parfois un peu trop, mais c’est mieux.

Le concept est pas mal, le mystère grandit et ça ne semble pas mauvais, on voit aussi que des éléments pour les théories sont posés, mais c’est un peu lent et pas toujours passionnant jusque là.

Comme il n’y a que 6 épisodes, je vais finir la saison sans soucis. La fin du deuxième épisode m’a d’ailleurs donné envie de lancer le suivant tout de suite, donc on est sur la bonne voie je pense.

 

Je finis sur Hellbound (지옥, 2021)

L’épisode 3 marque un tournant assez fort et inattendu, la série prend vraiment des risques. Malheureusement ça peine à décoller sur les épisodes 4 et 5, la série n’avance jamais vraiment, au mieux on a des petits indices ou éléments qui promettent un changement à venir, mais ça semble sur la retenue.

Mais le dernier épisode arrive enfin à mêler tous les éléments de la série, c’est plus dynamique, les personnages sont plus intéressants, l’aspect religieux est plus explicite aussi. Et on a des surprises, dont un cliffangher efficace.

Je ne suis pas sûr de poursuivre si une saison 2 arrive. Le comic est arrivé cette semaine sur Webtoon, donc je verrais suivant l’évolution de l’intrigue.

Si le sujet des sectes ou mouvements religieux vous parlent, la série pourrait vous plaire, ce n’est pas mon domaine favori donc j’ai pas trop accroché à des éléments qui sont peut-être excellents selon un autre point de vue.

Sinon, même si c’est court, je ne recommande pas spécialement.

Pour s’y retrouver dans les noms de personnages, la base c’est souvent Asianwiki : https://asianwiki.com/Hellbound_(Netflix)

Le 24 décembre, Netflix sortira The Silent Sea avec Bae Doona (sense8, Kingdom, Stranger, etc) et Gong Yoo (Train to Busan, Silenced, le recruteur dans Squid Game)

Le synopsis : « Set in the future, when the planet suffers from a lack of water and food caused by desertification. Yoon-Jae is a soldier for the space agency. He is selected for a team, including Ji-An, to travel to the moon. Their mission is to retrieve a mysterious sample from an abandoned research station. »

https://asianwiki.com/The_Silent_Sea


Bae Doona sera aussi au casting du film Broker que je vais forcément surveiller. Car il y a au casting Song Kang-Ho (Parasite, Snowpiercer), ça donne un sacré duo au lead.

Ils avaient déjà joué ensemble dans le film The Host que je n’ai pas encore vu. Film de Bong Joon-Ho d’ailleurs, ça peut être intéressant de le voir.

« A baby box is a small space, where parents can leave their babies anonymously. People’s relationship around the baby box are explored. »

https://asianwiki.com/Broker_(Hirokazu_Koreeda)

The Host est excellent tu peux y aller

1 « J'aime »

The Host (괴물, 2006)

The Host (괴물, 2006)
Je ne peux pas dire que j’ai adoré le film, je n’ai pas détesté non plus, loin de là. Après une entame très rapide qui nous plonge bien dans le bain, le virage pris par le film est surprenant. Et il m’a fallu un peu de temps à m’y faire. J’ai beaucoup aimé la dernière ligne droite ceci dit.

On retrouve un élément commun des trois films de Bong Joon-Ho que j’ai vu : son intérêt à montrer des gens ordinaires voire médiocres empêtrés dans un truc plus important qu’eux. Ici c’est l’apparition d’un monstre. Et faut avouer qu’il est très bon pour ça, la façon dont ils vont mettre en place leur recherche de Hyun-seo alors qu’ils sont traqués et pas pris au sérieux a un côté courageux, touchant et pathétique à la fois va laisser de bonnes images du film.

Il y a eu quelques longueurs mais en survolant à nouveau les différents arcs du film j’ai une affection pour chacun d’entre eux. Que ce soit la détermination de Kang-doo, le côté débrouillard de Nam-il ou la solitude de Nam-joo (très peu bavarde dans le film), ainsi que les scènes de la petite Hyun-seo, il y a de belles choses.

Je me sens pas d’analyser le propos du film, mais le truc qui est le plus ressorti ici pour moi c’est le sentiment d’infériorité de la Corée du Sud par rapport aux américains (tout comme une critique de l’ingérence et culpabilité de ces derniers) que je n’avais jamais vu dépeinte de cette façon jusque là. C’est fait sans caricature, c’était intéressant.

1 « J'aime »

The Silent Sea (고요의 바다, 2021)

J’ai bouffé la première (et sans doute unique) saison de The Silent Sea. Et c’est très solide ma foi.

« Sur Terre dans un futur proche, le manque d’eau potable et de nourriture obligent les gouvernements à faire du rationnement. Les inégalités et la tension sont fortes au quotidien. L’Agence Spatiale Coréenne réunit un groupe de scientifiques et d’astronautes pour une mission importante : récupérer un échantillon dans la station Balhae, située sur la Lune. Mais leur alunage ne se passe pas comme prévu… »

La première moitié du premier épisode est assez froide, on voit un cast de qualité, les moyens sont là mais ça manque un peu d’âme au début. Heureusement, très vite le rythme va s’accélérer dès que la mission démarre.

La série va jongler entre des codes du genre horrifiques, et un mystère qui se développe à un bon rythme, la série ne fait pas durer bêtement certains éléments, on peut deviner certains aspects du mystère très vite, mais il y a toujours un élément dans un coin qu’on ne peut pas vraiment comprendre. Cela permet d’être toujours pris dans les épisodes.

Cela fait un bloc de 8 épisodes sans gros temps faibles, après un épisode qui plaît un peu moins on a toujours un épisode plus réussi derrière, ce qui fait qu’on peut bouffer la saison en une journée sans problème :sac:

Visuellement c’est propre, bien sûr certains effets sont parfois un peu voyants mais ça reste une série TV et c’est jamais gênant ou grotesque. Les décors sont soignés, on sent qu’il y a eu du budget.
Sans surprise, le casting est solide, Bae Doona gère, Gong Yoo est bien dans son rôle, droit et froid au début, plus ouvert derrière. Le cast secondaire n’est jamais ridicule ou chiant. On a une petite révélation à ce niveau là au fil de la saison, c’est prometteur.

J’en attendais beaucoup mine de rien (contrairement aux autres séries où je lançais ça par curiosité plus qu’autre chose au début) et je n’ai pas été déçu.

Bae Doona a du boulot, y a Kingdom 3 et Stranger 3 à tourner dans les prochains mois normalement :partyhard:

1 « J'aime »

J’ai enfin commencé The Silent Sea, parce que Bae Doo-na et parce que j’attends que tout The Expanse soit dispo.

C’est de la bonne qualité, tempo un peu lent pas pour me déplaire, belle ambiance, belle direction artistique, belle pesanteur (ahah).

EDIT : Terminé du coup. Vraiment du très bon.

All of Us Are Dead (:netflix:) : la qualité de ce premier épisode. :laporte:

EDIT :

EP01 : :fire: :fire: :fire: :fire: :fire:
EP02 : :fire: :fire: :fire: :fire:
EP03 : :fire: :fire: :fire: :fire: :fire:
EP04 : :fire: :fire: :fire: :fire:

Na-Yeon :killfire:

J’ai lancé, vive le cinéma coréen :smiling_face_with_three_hearts:

Le premier m’a pas tant plu que ça (la part de drama a un peu trop nuit à la mise en place), mais la bonne surprise vient de la suite qui monte vite en gamme.

Malgré la durée des épisodes, on s’ennuie peu, la série a des choses à dire. Les multiples points de vue sont inégaux mais on ne s’attarde jamais sur les parties chiantes.

Le 4 est pas loin d’être le meilleur pour l’instant (je viens de le finir), on a quelques morts surprenantes (pas tant le fait qu’elles arrivent, mais plus le fait que ça arrive aussi tôt).

Si ça maintient ça jusqu’au bout, ce sera une vraie surprise car j’en attendais strictement rien.

edit : le passage de la bibliothèque au début de l’épisode 5 :eek:
C’est intense et super bien foutu je trouve en plus

1 « J'aime »

All of Us are Dead (지금 우리 학교는)
All of Us are Dead (지금 우리 학교는)

Je viens de finir la saison, la bonne impression s’est maintenue. Ou plutôt, il n’y a pas de déception. L’évolution est fluide, il se passe toujours quelque chose et on évite toute lassitude. Mais à l’inverse, il n’y a pas un épisode complet où je me dis que c’est génial et indispensable. On a des temps forts, des petits temps faibles, dès qu’on pense que c’est en train de stagner, il y a du mouvement qui arrive.

Certains choix (citons Gwi-nam ou le point de vue des militaires par exemple) pouvaient paraître super casse-gueule, mais la série arrive à bien gérer ces virages je trouve. Avec un côté too much parfois mais qui s’intègre finalement bien au délire.

Concernant la fin petit regret qu’on n’ait pas une conclusion totale, et j’ai des doutes sur la capacité à tenir une saison complète dans un univers sans zombie, mais je dois avouer que la fin était réussie, avec une tension qui monte doucement, tout en mêlant de la nostalgie en voyant l’école dévastée et déserte. Et l’apparition de Nam–ra qui reste dans la zone abandonnée pour « aider » les gens comme elle.

En bref. C’est une bonne surprise pour quelqu’un comme moi qui n’en attendait rien. La série maintient un niveau plus que correct tout au long des 12 épisodes. Ce n’est probablement pas la série de zombie qui marquera tout le monde, mais elle a le mérite d’être originale à plusieurs reprises.

1 « J'aime »