:jo: Jeux Olympiques Paris 2024


#1

C’est officiel depuis quelques mois, Paris va organiser les JO en 2024.
En attendant l’événement, un topic pour les diverses infos.

On commence par celle-ci : le gouvernement a fait voter une loi à l’Assemblée :

durant trois mois autour des compétitions, l’affichage des sponsors du CIO et des J0-2024 serait exceptionnellement autorisé sur les monuments historiques ou sites classés accueillant des compétitions, et dans un périmètre de 500 mètres autour des lieux. L’association de défense du patrimoine Sites et monuments, qui dénonce déjà « un matraquage publicitaire », a dressé une liste des lieux potentiellement concernés, du Champ de Mars (volley) au Grand Palais (escrime, taekwondo).

La députée LR de Paris Brigitte Kuster a dit craindre « un effet de saturation » qui va « dénaturer l’image de la capitale » « Pas de sponsors, pas de recettes. Préférez-vous consacrer deux milliards d’argent public au lieu de trois mois de recettes publicitaires ? », a répondu la rapporteure du projet, Aude Amadou (LREM). Au-delà des sponsors du CIO, le futur comité d’organisation des Jeux attend un milliard d’euros de ses propres partenaires commerciaux.

D’autres dispositions sont prévues pour accélérer et simplifier les procédures d’urbanisme ou d’expropriation, en vue de la construction en Seine-Saint-Denis des villages des athlètes et des médias, qui seront transformés en logements, ou la possibilité pour le gouvernement de réserver des voies de circulation pendant les jeux, par ordonnance. « Sept ans, c’est long, mais dans l’urbanisme et le logement c’est parfois court », a plaidé le secrétaire d’Etat Julien Denormandie, qui a promis « de dépasser les carcans bureaucratiques pour être à l’heure », même si « 95 % des installations existent déjà ou seront provisoires ».

Les députés ont approuvé un amendement pour que le Cojo prévoie, par une charte du volontariat olympique, « les droits, devoirs, garanties, conditions de recours et d’exercice des volontaires » qui pourraient être entre 45 000 et 70 000 afin d’éviter les abus. Marie-George Buffet a appelé Mme Flessel à « mener une bagarre » pour que les collectivités territoriales puissent diffuser les Jeux par des écrans géants sans payer de frais. « Le groupe américain Discovery est le seul détenteur des droits, nous devons travailler en ce sens », a répondu Mme Flessel.

Ayé, c’est parti, c’est les JO, on créer des lois spéciales pour pas s’embarrasser :aulas3:
Par contre faut penser aux sponsors hein, ne pas les froisser, c’est important :trump3:


#2

Comme c’est étonnant :berlusconi:


#3

On va faire comme les anglais qui avaient “oubliés” (entre autres) la TVA et le budget des jeux paralympiques dans leurs prévisions ? :hoho:
Un beau foutage de gueule en règle, à vous dégoûter des JO


#4

L’article est peu disert, on y apprend peu de choses, il faudrait surtout se procurer le rapport, qui n’a pas encore été remis.

Là tu as par exemple ça :

Dans le détail, le site aquatique, qui doit accueillir les épreuves de natation, supporte le risque de voir sa facture de 130 millions d’euros, doublée en raison de la multiplicité des acteurs et de certains élus d’en faire un site exceptionnel

Sinon rien que les infrastructures RATP prévues, le budget est totalement irréaliste. Entre les travaux reportés pour diverses raisons, les nouvelles lignes ou portions de qui vont devoir être revues et corrigées, etc, ça va exploser de manière magistrale.


#5

#6

Lien direct vers l’article :


#7

4 milliards de plus que “”“prévu”"" (même si, comme il le dit, ça semble quand même être un bon budget à la con bien planqué), ça serait pas si mal en fin de compte.


#8

Ça sera largement +. Heureusement que les budgets pour les infra RATP n’entrent pas en compte :smart:


#9

« L’attente était extrêmement forte que l’obtention des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 [crée] un élan. (…) Force est de constater que les messages et les signaux qui ont été envoyés ont été négatifs », dit M. Masseglia à l’adresse du gouvernement. Il souligne la disparition des emplois aidés, la diminution des moyens du Centre national du développement du sport (CNDS), qui octroie les subventions publiques sur le terrain, et la réduction des crédits de l’Etat aux collectivités territoriales, lesquelles financent les clubs.

« Et si les Jeux permettaient enfin de considérer le sport comme un investissement et pas comme une charge ? », demande le président du CNOSF, rappelant que les débats budgétaires autour du surcoût des JO 2024 concernent moins les investissements sportifs que la construction du village olympique et de celui des médias. « Avec seulement deux équipements sportifs construits [une piscine olympique en Seine-Saint-Denis et un stade pour les sports collectifs], il y a peu de risques de créer un éléphant blanc », insiste-t-il, en référence aux installations laissées à l’abandon dans les précédentes villes organisatrices.


#10