The Dollop

podcasts

#22

Cet épisode est fantastique putain…


#23

(Je fais mon gros retard depuis quelques jours)

#336. Women and Transportation. Avec la mère de Gareth Reynolds.

MAIS WTF PUTAIN. :hoho:


#24

Dans l’épisode Bush elle était discrète mais dans celui-ci c’était cool. Dans les récents il y a quelques pépites

Tu as fais le McCain ? Dave a sorti l’artillerie aussi sur celui-là.

Wells Fargo, John Getty aussi sont excellents.

Là je remonte le temps, j’ai fait les récents depuis le 325, et là je fais tous les anciens par ordre chronologique. Je suis au 91 :sac:

Ça reste inégal mais quand le sujet est bon et qur Gareth est chaud, c’est la folie


#25

Oui, je suis tombé de haut. Un peu comme Gareth, j’avais une opinion pas si mauvaise du mec (probablement a cause de Sanders qui avait dit qu’il était un républicain honnête ou un truc dans le genre).

Cette grosse saloperie en fait. (Et ce putain de loser :hoho:)

Celui là et celui sur les Resnicks. J’ai eu de ces montées de haine putain…


#26

Je crois que le #361 - The Truck Nuts War est bien parti pour être un instant classic.

Une guerre d’entreprises à base de couilles accrochées aux voitures américaines. J’ai écouté une partie en faisant à bouffer, c’est déjà du très bon, et il paraît que la suite est encore meilleure


#27

L’épisode 362 - Moving Day est très bon aussi. Il parle d’une tradition bizarre qui a existé pendant plus de 200 ans à New York. Chaque année, le 1er mai, la majorité des new yorkais est forcée de déménager, causant un chaos dans la ville.

Ce peuple américain est vraiment particulier :hoho:


#28

Moving day était dingue oui.

Je connaissais vaguement le truc, mais je n’avais aucune idée du temps que ça a duré… absolument fou.


#29

Je rattrape mon retard sur les anciens épisodes. Un passage du 117 - Boston Corbett m’a fait marrer.

Je pose le contexte : c’est un ancien alcolo qui s’est tourné vers Dieu et devient hardcore catholique. Un jour il croise des prostitués qui lui proposent leurs services. Cela créer une sensation bizarre dans son corps. Ça donne plus ou moins ça:

Dave - Boston Corbett retourne chez lui, déterminé à traiter ce problème.
Gareth - Stop stop stop. Je te vois venir, tu vas nous dire qu’il va se trancher la bite.
Dave - Jamais je ferais une histoire avec un type qui se tranche la bite.
Gareth - Ok.
Dave - Boston Corbett rentre chez lui, attrape une paire de ciseau…
Gareth - You, Motherfucker, je le savais
Dave - Et se coupe les TESTICULES

La construction est cool, il parle d’Abraham Lincoln, puis Boston Corbett et l’acteur John Wilkes Booth. Les trois étant liés Booth un farouche pro esclavage prépare le meurtre de Lincoln et y parvient, le second héros de la guerre grâce à sa folie est celui qui tuera Booth, contre les ordres de l’armée