Les notes de la saison 2018/19 de l'OM

La saison 2018/19 de l’OM a été un désastre, revenir sur toutes les causes de cet échec prendrait un temps fou : entre un mercato au timing désastreux, les tergiversations tactiques de Garcia, la gestion des hommes et les cadres en méforme, tout était réuni pour un échec retentissant. Faisons le bilan des hommes…

Rudi Garcia


Le parcours en Europa League la saison dernière a sauvé une saison en-deçà des attentes et le miracle n’aura pas eu lieu deux ans de suite. Pourtant on avait tout pour être confiant : on avait un schéma qui marchait, le groupe a peu changé et la Coupe du Monde a certes perturbé la préparation de certains, mais les joueurs qui y étaient ne se sont pas usés. Mais très vite deux problèmes sont apparus : Rudi Garcia a été totalement aveugle et n’a pas vu les problèmes d’équilibre, le manque d’implication et les méformes de certains dès le début de la préparation. L’autre soucis c’est qu’il n’a pas envie de jouer en 4231 sans que l’on comprenne pourquoi. Il casse régulièrement les repères de ce système pour passer en 532 ou 541 ou revenir à son schéma fétiche, le 433. Les joueurs sont baladés et se perdent petit à petit.
Aveugle, borné et dépassé…
Sa gestion des hommes a changé du tout au tout en un été. Si certains choix, comme celui d’insister autant avec Germain en pointe, pouvaient être pardonnables la saison dernière, l’usure s’est vite fait sentir chez les supporters et surtout, chez les joueurs quand il s’est montré borné et injuste auprès de certains joueurs. Quand on voyait Mitroglou, Lopez, Radonjic ou Caleta-Car alignés, on savait que si la première mi-temps n’était pas réussie, ils allaient prendre pour tous les autres. Sans dire qu’ils ont tous été brillants, notamment en début de saison, ce sentiment qu’il avait ses victimes préférées a agacé.
Quand Balotelli est arrivé, on s’attendait à voir un duo avec Payet performant. Mais en raison de la blessure du réunionnais puis d’une obstination de Garcia, on a aligné le duo pour la première fois titulaire qu’à la 32ème journée. Et clin d’oeil du destin, Balotelli se blesse dès le début du match. Et l’italien lâchera la saison après cela.
La communication de Garcia a été un problème de la première à la dernière minute de la saison. Refusant de voir en face les problèmes dès la préparation, refusant d’admettre la moindre erreur pendant 38 journées, Garcia a réduit à néant l’ambition collective de l’équipe. Sans remise en question, sans volonté de s’améliorer, l’équipe comme le coach se sont endormis et lorsqu’ils se réveillent tous à la 36ème journée, la saison est baisée.
La masterclass de Garcia cette saison ? Entre Gustavo défenseur la moitié de la saison, le match à Nantes qu’il a refusé de préparer pour brouiller les pistes, la tactique à Strasbourg sans joueur offensif à droite, je choisis le match à Bordeaux avec l’invention brillante du « double-latéral gauche ». Ayant perdu confiance en Amavi, il choisit de l’aligner à un poste alternant latéral gauche et défenseur axial gauche et lui colle dans les pattes un Radonjic en manque de temps de jeu en co-latéral gauche. Les deux joueurs se marchent desssus, sans repère et préparation et le match sera perdu lamentablement.
0/10

Gardiens


Mandanda (2/10) - Arrivé affûté en 2017, il a repris petit à petit son poids de (mé)forme, traînant au moins 5 kilos en trop sur la balance. Ses blessures en fin de saison dernière ne l’ont pas inquiété, il ne s’est pas remis en question et a donc signé sa pire saison à l’OM. Lent, lourd, maladroit, fragile, l’excuse du retrait du capitanat (ou plutôt le capitanat qui ne lui a pas été rendu à son retour) ne suffit pas à justifier aussi peu de professionnalisme et un niveau en chute libre. Le plus dur est de voir les journalistes s’enthousiasmer quand il sort un match tout juste digne d’un gardien de Ligue 1. Les vrais bons matchs se comptent aisément sur la main d’un type qui a pris une grenade.
Pelé (3/10) - Courtisé par Strasbourg l’été dernier, le club l’a retenu et prolongé par flemme de chercher un gardien pour concurrencer un peu Mandanda. Pelé a pour lui le mérite d’être professionnel et malgré son âge et son corps cabossé par les blessures graves, il reste affûté. Mais ce gardien a besoin de rythme pour être performant et il ne l’aura jamais trouvé, avec Mandanda il détenait le pire taux d’arrêt de Ligue 1 en début de saison. La moitié des tirs cadrés finissait en buts. Lassant…
Escales - Des bouts de matchs en préparation et un match en Europa League quand on était éliminés. Cet ancien potentiel a montré des limites criantes dans le jeu au pied et la concentration.


Défenseurs centraux


Kamara (6/10) - Défenseur central de formation, Kamara a d’abord été installé au milieu la saison dernière mais lorsque la défense de l’OM était décimée, Garcia a daigné le tester à son poste. À l’aise balle au pied, disposant d’un bon sens de l’anticipation, Bouba Kamara a su s’imposer avec Caleta-Car dans les premiers matchs avant de s’essouffler en fin de saison. Plus maladroit, moins concentré et commettant des fautes bêtes, l’été arrivaient au bon moment pour souffler et digérer la saison. On attend plus qu’une confirmation la saison prochaine.
Caleta-Car (5/10) - Lancé à Nîmes, sans repère et sans physique, il a pris l’eau et il semble qu’il a mis du temps à s’en remettre. Ce match a suffit à Garcia pour perdre confiance et seule l’Europa League lui permettait de jouer un peu. Mais ses matchs à lui comme ceux de l’OM ont été mauvais. En même temps que Kamara, c’est dans une pénurie de défenseurs contre Bordeaux qu’il saisira sa chance et lui se montrera plus régulièrement que son acolyte, signant une fin de saison plus qu’honnête. Avec une meilleure prépa et un coach décent, on attend beaucoup de ce duo.
Rami (2/10) - Si sa saison dernière n’était pas parfaite, il avait gagné le respect de tous en se battant à chaque match malgré une blessure permanente à l’épaule. Mais cette saison a été désastreuse pour lui. D’abord aux fraises physiquement, il semble s’être perdu mentalement et commet à chaque match une erreur majeure. Il dira avoir subi un burnout après la saison dernière, la Coupe du Monde et l’exposition médiatique, il ne reviendra pas au foot jusqu’au bout de la saison.
Rolando (4/10) - On voyait déjà ses limites la saison dernière et avec une blessure grave au tendon d’achille, on imaginait pas le voir relever la tête. Ses premiers pas à l’automne sont corrects avant que sa lenteur, son âge et le jeu de l’OM tout simplement ne le fassent plonger lui aussi. On ne le reverra quasiment plus en 2019, Garcia s’est mis à le punir d’un coup.
Hubocan a été médiocre sur ses rares apparitions et Abdennour n’a joué aucune minute en match officiel malgré une « presqu’entrée » dans un match de la fin de saison. Le passage à l’OM du tunisien aura été un gouffre financier.


Les latéraux


Sakai (5/10) - Avec Sakai on sait ce qu’on aura, il est régulier, rarement mauvais, rarement bon. Il fait le taf défensivement, a une présence offensif notable mais un apport concret discutable. Il est fiable mais pas brillant. Dans un OM aussi médiocre, il reste respectable.
Sarr (3/10) - Il y avait des promesses la saison dernière et la première partie de saison de Bouna est correcte mais il s’est complètement effondré en 2019. Physiquement il semblait cuit et défensivement il a commis beaucoup d’erreurs. Offensivement il a été plus maladroit qu’à l’accoutumée. On n’était pas chaud pour un départ l’été dernier, maintenant on se dit que ce serait pas une mauvaise idée…
Amavi (1/10) - Très bon à ses débuts quand il avait la (faible) concurrence d’Evra, il s’est effondré en 2018. On pouvait comprendre que le club n’abandonne pas le joueur mais le choix de ne recruter personne en été et surtout en hiver est incompréhensible. Et je ne parle pas du refus de le vendre en Russie cet hiver… Sur le terrain, il a été lamentable, à la rue défensivement, catastrophique balle au pied. Morel à côté de lui était un brillant latéral.
Rocchia a fait une petite apparition brouillonne mais pleine de vigueur en première partie de saison avant de partir à Sochaux en prêt, où il a vite bouffé du banc. Il ne devrait pas pouvoir s’imposer dans la rotation.


Milieux axiaux


Gustavo (4/10) - Il a débuté en défense et a vite souffert dans les duels. Quand il est revenu au milieu, l’OM était en plein désastre collectif et tactique. Il a signé des prestations correctes mais trop irrégulières. Son bannissement en hiver et au début du printemps reste incompréhensible et l’OM retrouvera quelques (petites) couleurs à son retour. Ruiné par Garcia, un de plus…
Lopez (5/10) - Toujours aussi disponible à la construction, Lopez a gagné un peu en volume dans les duel mais les multiples changements tactiques, les duos qui changeaient en permanence et une certaine irrégularité l’empêche de passer un cap. On attend plus, plus de prise de risque, plus de justesse encore. Avec un autre coach, ça pourrait le faire, mais il semble sur le départ…
Sanson (4/10) - Il y avait des promesses la saison dernière : de bonnes stats et un volume de jeu intéressant. On attendait de lui qu’il progresse tactiquement. Après un début de saison plus que correct, on a retrouvé ses défauts et son influence statistique a diminué aussi. Je ne peux m’enlever de la tête l’image d’un poulet sans tête, il est là, il court encore, mais on sait pas trop ce qu’il fout.
Strootman (3/10) - Après la signature de Caleta-Car, les urgences pour moi étaient en pointe, latéral gauche et gardien de but. Pour Garcia, c’était un gros concurrent au poste de milieu axial. Si l’idée d’avoir un type rôdé au 433 pouvait se comprendre, la priorité n’était clairement pas là et quand le nombre de compétition a diminué, les problèmes se sont multipliés pour Garcia qui avait trop de joueurs et pas assez de matchs. Le néerlandais n’a pas eu d’influence dans le jeu de l’OM, que ce soit dans le 433 de Garcia ou le 4231. Sa lenteur, son manque de repères avec ses partenaires en ont fait une recrue inutile. Vu le prix, ça pique.
Sertic a fait quelques apparitions médiocres. Fallait bien faire plaisir à l’agent de Garcia.


Milieux offensifs et ailiers


Ocampos (6/10) - Les satisfactions sont rares cette saison, les joueurs qui semblent progresser encore plus. Volontaire mais maladroit, son début de saison est moyen, la blessure en préparation semble lui avoir fait beaucoup de tort. Mais il finira par trouver son rythme, et s’il reste frustrant par son entêtement balle au pied, il montera en régime en 2019, en se montrant plus efficace techniquement, notamment devant les buts.
Thauvin (5/10) - Pour parler de Thauvin, il faut distinguer deux choses : le jeu et les stats. En terme de jeu, sa saison est digne de ses débuts à l’OM, en plus feignant. Il rate la plupart des dribbles et son apport est faiblard. Mais, Thauvin depuis son retour à l’OM est une machine à stats. Meilleur buteur et meilleur passeur, il a maintenu l’OM à flot pendant plus d’une demi-saison avant de faiblir lui aussi quand Garcia a installé un 442 qui ne lui allait pas. Il retrouve des couleurs sur la fin. Certains ne le regretteront pas, mais son efficacité devant les buts sera très difficile à remplacer…
Payet (4/10) - Il a sacrifié sa Coupe du Monde pour jouer la finale d’Europa League et Garcia a décidé de… le punir. Auteur d’un début de saison correct, il paiera le prix fort des lacunes de l’OM dans le jeu en étant baladé sur l’aile dans un 433 ou sur le banc en 2019 dans le 442… Il disparaît des radars et ne s’en relèvera pas vraiment sur la fin. Une saison décevante, mais plus encore que pour les autres, on ne peut que se dire que le coach a eu son rôle là-dedans.
Radonjic (4/10) - Comme Caleta-Car, il a souffert du bizutage du coach qui le mettait dans les pires conditions, aux pires moments. À la fin de l’automne et en hiver, on aura l’occasion de le voir un peu plus, sa vitesse, sa percussion ont quelques promesses mais il est encore loin de les tenir.
Chabrolle, néo pro a fait une apparition en Europe. On devrait le voir un peu plus la saison prochaine.


Attaquants


Germain (3/10) - Favori des médias et de Garcia, Germain est surtout celui des défenses adverses. Transparent en pointe, il se cache (quand il ne marche pas dans les pattes de ses coéquipiers du milieu de terrain) et déséquilibre l’OM. Le jeu offensif n’arrive pas à tourner avec lui et il fallait compter sur Thauvin pour faire des miracles dans la surface. Le passage en 442 a fait illusion un temps mais ses limites se sont vues bien vite. Il soigne un peu les stats sur la fin de saison, de quoi attirer un autre club ?
Balotelli (5/10) - L’apport statistique de Balotelli à son arrivée est indéniable, s’il avait été présent toute la saison, l’OM aurait peut-être été plus haut. Mais son physique indigne d’un professionnel et son comportement insupportable font qu’il est impossible de souhaiter qu’il reste.
Mitroglou (3/10) - Bon en préparation, il est logiquement foutu sur le banc en début de saison et son moral déjà pas bien haut s’est écroulé. Peu impliqué, peu motivé, peu mobile et toujours aussi fragile, il finira par lasser ses derniers soutiens.
Clinton (4/10) - Troisième choix en attaque, il s’est montré irrégulier comme toujours mais son passage laissera une certaine frustration. On peut se dire qu’avec un peu plus de temps de jeu en pointe, notamment à la place de Germain, on aurait pu avoir un peu plus de variété, de profondeur, et… de buts.


Hors du terrain


Eyraud continue un travail de fond qui est prometteur mais qu’il est difficile de juger à court terme. Le court terme se juge dans la vie quotidienne. Les choix de prolonger Garcia, de narguer les supporters, de disparaître pendant les crises sont désespérants. McCourt le maintien mais la confiance est brisée avec les supporters. Il faudra ramer pour avoir une autre chance…
Zubizarreta est un directeur sportif discret. Tellement discret qu’il était mis en retrait par Garcia et semble n’avoir rien branlé sur les derniers mercatos. Le réseau de recrutement tarde à faire ses preuves, le centre de formation est encore une fois remis à zéro dans l’encadrement. On espère un mercato mieux préparé, maintenant qu’il a retrouvé son poste et ses responsabilités.
Staff technique, une belle brochette de tocards dont on est ravi d’être débarrassé. Rongoni, le préparateur physique a fait une prépa jusqu’en novembre et multiplie les séances de muscu, les joueurs ont été cramé toute la saison et n’ont jamais pris le dessus sur un adversaire physiquement. Les analystes vidéos n’ont visiblement aucun impact car les joueurs comme le coach n’avaient aucune solution le weekend et ne réglait jamais leurs erreurs. Quant à Cassard, c’est le seul à avoir une réputation décente mais quand on voit le niveau technique, physique et mental de Mandanda et Pelé, ce n’est pas un type qu’on va regretter non plus. Seul le staff médical semble à un niveau acceptable.
Supporters, il en fallait du courage pour se taper certains déplacements, notamment en Europe. Il leur a été reproché de déserter le stade mais en voyant la bouillie infâme proposée par Garcia et ses hommes, il est dur de leur en vouloir. On espère voir un Vélodrome en feu la saison prochaine. Au moins une fois, ou deux, avec une équipe qui le mérite. Qui les mérite.



Parlons foot au quotidien avec les rubriques #football #clubs et #football-live
Retrouvez nos articles football sur le hashtag #football
L’Olympique de Marseille, saison 2018/19 : 🇫🇷 Olympique de Marseille (2018-2019)

4 J'aimes

L’article est très bon, mais ça fait mal de relire tout ça quand même. :pls:

Ce coup là, je ne m’en remettrai jamais. :hoho: Et ça explique tellement bien notre saison. Le coach en roue libre qui tente des trucs jusqu’à la fin de la saison…

Avec tout l’amour que j’ai pour lui, quand Sakai est élu joueurs de la saison, ça pose de grosses questions sur l’avenir. :confused:

J’en étais arrivé à oublié qu’Abdennour était au club (comme bcp sans doute) :hoho:
Quelle purge une fois parcouru l’article sur la défense. J’ai pas été plus loin pour l’instant, ça fait trop mal.

Tout à fait d’accord avec toi sur les notes et commentaires où il en ressort qu’Ocampos méritait, pour moi, le titre de joueur de l’année

En revoyant le tableau de suivi des stats et des notes (que j’ai lâché en cours de route), je me suis rappelé de son début de saison très poussif. Sa blessure au pire moment pouvait bien l’expliquer ceci dit. Mais fin 2018 et en 2019,c’est le seul qui semblait à la hauteur dans tous les domaines

:infarc:

Sakai, c’est déjà assez rude comme ça (avec tout le respect que j’ai pour lui).

1 J'aime