Mr. Robot

Mr. Robot


Genre : Drama
Diffuseur : USA Network (US)
Date de sortie : 2015

Cast & crew : série créée par Sam Esmail

Avec Rami Malek (Elliot), Christian Slater (Mr. Robot), Portia Doubleday (Angela Moss), Carly Chaikin (Darlene), Martin Wallström (Krista Gordon)

Mr Robot, c’est quoi ?


Elliot est un programmeur qui travaille dans une compagnie de sécurité informatique la journée. Très peu doué pour les relations sociales, il dédie ses nuits à sa deuxième vie : hacker les personnes qui nuisent à la société afin de les dénoncer. Ses actions vont attirer l’attention non seulement d’un groupe de hackers, qui aimeraient bien bénéficier de son expertise, mais également d’un petit groupe de personnes anonymes, qui contrôlent la ville et n’apprécient pas qu’on vienne perturber leurs plans.

Mr Robot, c’est bien ?


Avis seulement après la diffusion du pilote car la série arrivera le 24 juin.
Quand j’ai vu le diffuseur, j’ai eu des doutes car USA Network n’est pas connu pour sa qualité. Une heure pour ce pilote ce qui permet d’installer l’histoire sans trop en dire et de donner envie au téléspectateur de connaître la suite.
L’ambiance sombre, claustrophobe et parfois lumineuse avec des passages en ville de jour, tous ses changements contribuent à créer un rythme qui tient le spectateur en haleine et ne voit pas passer le temps. L’autre point fort réside dans ses protagonistes dont on s’attache très rapidement.

4 J'aimes

:obama6:

Excellent dans sa première partie, un cynisme qui fonctionne parfaitement. Le rythme m’a moins accroché par la suite mais on a droit à de bons moments de tension. C’est technique, c’est spécial, mais ça me correspond. Suis-je le seul à sentir une vibe Deus Ex ? Les musiques notamment m’y ont fait penser.
En clair, l’univers me plaît, le personnage principal bute, l’humour m’a plu quand il était présent. S’ils confirment, on tient une pépite.

8/10

Par contre on dirait pas DU TOUT une série USA. L’image n’est pas ultra claire et dégueulasse, ça dit des fuck, on voit un cul, ça surjoue pas un humour basique. L’image fait plus penser à du Boss ou des séries anglaises. Vraiment grosse surprise ce pilot, merci @Alex

Absolument d’accord @Steven. Hâte de voir la suite en tout cas.

J’ai vraiment trouvé Rami Malek énorme dans son rôle d’anticocial parano.

Vu également ce pilote et j’espère surtout que Christian Slater ne sera pas le maillon faible.

Si il reste discret comme dans le premier épsiode ça me va.

Je suis pas cinéphile du tout donc je le connais moins que vous, mais je l’aimais bien dans Breaking In (il a un rôle assez proche ici), ça passe je trouve

Il peut être très très bon, comme ses caprices peuvent coûter une série bêtement. Je l’ai découvert dans Le Nom de la rose (film) et je venais de lire le roman. Après c’est un acteur qui ne cherche pas la renommée, car il joue aussi bien dans des navets que dans des films notables.

Vu le pilote également, ça promet ! J’aime beaucoup l’ambiance pesante proposée tout au long de l’épisode, j’attends la suite avec impatience ! :slight_smile:

Justement dans Breakin In, c’est vraiment son type d’acting, les truc plus sérieux bof.

Avant la diffusion du premier épisode sur USA Network, la série a été renouvelée pour une seconde saison.

Rare pour du basic cable, mais ça peut rassurer les téléspectateurs. Et ça montre la confiance en la qualité des scripts à venir

1.02 - eps1.1_ones-and-zer0es.mpeg

She got some Allah Akbar in her”. Ça fait du bien d’avoir une série intelligente bordel. Faut être concentré par contre, car le rythme du récit n’offre pas de répit malgré la “lenteur” globale.

La série garde son style visuel, ses dialogues acérés. Un peu moins d’humour par contre, mais avec une durée plus courte, on conserve l’équilibre.

Le développement reste mineur, mais tout repose sur la perception d’Elliot et le choix qu’il va être amené à faire, la fin totalement inattendue est géniale. Rassuré après ce second épisode, et très curieux de voir la suite.

L’épisode 3 est toujours au même niveau que les précédents. :berlusconi2:

Toute la partie sur Tyrell Wellick était vraiment interessante, par contre le passage 50 shades of grey avec sa femme à la fin, pas trop compris la nécessité du truc :huh:

Le “Shit—I’m gonna have to let him hug me, aren’t I?” m’a bien fait marrer.

Pareil, toujours bien emballé après l’épisode 3.

Vraiment bluffé par l’acteur principal. Je connaissais pas vraiment (juste vu dans States of Grace) avant la série, une belle découverte !

Quelqu’un a pigé l’épisode 4 ? :jose:

Bordel, j’ai choisi le mauvais jour pour le voir en plus, j’ai la tête dans le cul. Mais bon, c’était un trip vraiment chelou. Pas sûr d’aimer l’évolution du show


1.06 - eps1.5_br4ve-trave1er.asf Encore un épisode assez unique, les choses s'éclaircissent du côté de Tyrell. C'est un jeu de pouvoir pour avoir un poste d'importance. On comprend que sa femme est celle qui tire les ficelles et planifie tout.

Et surtout on a une sorte de course contre la montre prenante, bien construite et passionnante jusqu’au bout. Un épisode réussi qui marque, par son visuel, sa tension et sa musique. La dernière scène va hanter avec la musique à fond dans les oreilles pour voir Elliot découvrir Shayla dans son coffre…

@Steven, J’ai arrêté de regarder le show à cause d’un manque de temps, ça vaut toujours le coup pour le moment ? J’avais vu les 3 premiers et j’avais vraiment bien aimé, je me tâte pour un éventuel binge-watching.

Y a eu un épisode chelou, mais si t’as aimé les premiers, la suite c’est du bon

Tout ça pour se retrouver avec une intrigue amoureuse entre Eliott et l’autre blonde aux gros yeux, cimer :no: