Netflix

Extracurricular (fin de saison 1)

La qualité n’a pas baissé, ce qui pourrait gêner c’est plus les choix des personnages, des choses peuvent frustrer voire agacer, mais c’est un rollercoaster, on fait avec ces deux lycéens qui sont dépassés par les évènements.

J’ai pas osé faire le parallèle avec Breaking Bad dans mon post précédent, mais jusqu’au bout, il y a eu un (tout petit) parallèle. Avec un personnage central auquel on s’attache mais qui petit à petit devient de plus en plus dur à aimer.

A un détail près (la famille de Gyuri qui a un rôle, mais pas si important que le reste) chaque élément de l’intrigue a un rôle et j’aime bien la façon dont on nous mène sur des fausses pistes, quand on pense deviner la trame qui arrive, on est pris par surprise.

C’est spécial, sombre, parfois un peu frustrant et les personnages ne sont pas les gens intelligents qu’on pourrait penser, mais la série m’a plu. Ce sera pas pour tout le monde par contre. Les deux premiers épisodes sont un bon moyen de tester, si les personnages ou l’histoire ne plaisent pas, ça ne vaut pas le coup de poursuivre, il y a un virage plus dark après 5-6 épisodes qui peut déranger, mais ça se binge bien après.

C’est une série qui va me trotter dans la tête quelques jours, mais pas de la même façon qu’un Tales from the Loop, The OA ou Dispatches où j’avais un amour total pour l’univers. Là c’est plus pour digérer ce cher Jisoo que j’ai adoré au début… et un peu moins à la fin :balkany3:

J’ai vu plein de monde appeler à une saison 2, mais je vois pas comment c’est faisable :hoho:

1 J'aime
1 J'aime

Ça va faire beaucoup de matches amicaux à regarder :sac:

3 J'aime

De « reconstitutions » de matchs amicaux meme.
La plupart n’ayant jamais été filmés.

1 J'aime

Vu le documentaire sur l’Affaire DSK

Le premier épisode est un peu long mais utile pour l’international, présenter qui il est, le contexte. Mais la suite s’enchaîne très facilement, c’est intéressant, sans être LE docu Netflix.

Je me suis rendu compte que je me rappelais que peu de choses de l’affaire. Mais les rumeurs, les théories de complot me sont revenus au fur et à mesure de leur évocation dans le documentaire.

Il y a de vraies zones d’ombre dont on n’a pas de réponses, comme les agents de sécurité qui célèbrent l’appel à la police, le chambre supposément vide qui ne l’était pas.

Le documentaire expose à peu près tous les éléments de l’affaire sans donner l’impression de prendre parti, on voit que les mensonges pour la demande d’asile pose soucis à Nafissatou Diallo. Mais un avocat évoque aussi un élément clé : DSK n’a jamais eu à s’exprimer sur les actes et ça aurait changé beaucoup de choses. Comment justifier ce rapport brutal pendant une rencontre si courte, pour un rapport prétendument consenti.

L’affaire du Cartlon est aussi évoquée et témoigne quand même d’un rapport trèèèèès problématique avec les femmes. Il se sentait clairement intouchable depuis des années, prenant les femmes comme des objets (il parle même de « matériel » pour parler de prostitués)

Son sourire arrogant dans les images d’archives m’a rendu fou, voir les Guigou, Lang le défendre (le culot de Jack Lang quand même…), l’avocat français de DSK à la fin qui se marre en parlant d’un rapport anal brutal, faut garder ses nerfs. Les avocats ou enquêteurs américains qui ont clairement un truc contre elle, c’est violent.

Le documentaire mentionne le Me Too, c’est pas totalement tiré par les cheveux, c’est une des grosses affaires qui a secoué le pays dans les années 2010 et qui a précédé ce grand mouvement. J’ai quand même l’impression qu’on a bien évolué depuis cette époque là. Époque pourtant récente.

Certes, on a encore et toujours des types comme Finkelkraut qui défendent la pédophilie ouvertement, mais j’ai plus de mal à imaginer des émissions où on se marre autour d’un verre de pinard sur une agression sexuelle sans que ça ne passe inaperçu. On vient de loin, mais on a encore un putain de chemin à faire sur le viol…

3 J'aime

J’ai souvenir qu’il avait une affaire aussi quand il était au FMI avec une responsable, je ne sais pas si le documentaire l’évoque ?
Clairement DSK avait un comportement de prédateur envers les femmes, il y avait pas mal de rumeurs déjà quand il était ministre et je ne pige pas, avec le recul, comment le PS a pu le laisser candidater, ça allait forcément exploser. Au final, malheureusement, il s’en tire bien vu qu’il n’a quasi pas fait de prison…

Oui c’est évoqué dans le documentaires, la timeline fait un peu le va et vient dans le doc, c’est pas évoqué dans la première partie, après avoir fait une revue de son passé politique, on a les détails de l’affaire du Sofitel, et après ils évoquent ce passé là pour commencer à brasser les casseroles qu’il a au cul. Tristane Banon apparaît aussi dans le documentaire pour évoquer son affaire.

Il s’en tire très bien, je pensais qu’il avait fait un peu plus de prison, mais ça n’a été que quelques jours, il a vite négocié une surveillance à domicile payée par Anne Sinclair :sac:

Comme il était en plus en suicide watch dès son arrivée dans la prison, il devait avoir un suivi assez strict, je doute qu’il ait croisé beaucoup de prisonniers. C’est d’ailleurs cocasse de l’entendre parler du traitement incroyablement injuste qu’il a subit aux US :hoho:

Casier vierge dans toutes les affaires au final, mais il a perdu son chéquier Anne Sinclair après tout ça, il a souffert .

2 J'aime

https://www.bfmtv.com/people/netflix-engage-gal-gadot-pour-lancer-une-franchise-de-films-dans-la-lignee-de-james-bond_AN-202101160114.html

Dans la catégorie film pépite cachée sur Netflix, j’ai maté The Call, un film coréen.
J’ai trouvé le scenario original et le tout super bien interpreté.
Sur des fonds de film d’horreur le film a, j’ai l’impression, plusieurs références aux films du genre (L’Exorciste par exemple).
On se situe + dans un thriller que dans un film d’horreur (aucune scene effrayante ou de screamer), du coup pour les réfractaires aux petits sursauts n’hésitez pas.