Parlons de la pluie et du beau temps (1)


#9935

Certes pour la charité.

Mais pour moi ce n’est pas de la même gravité d’occuper illégalement une résidence secondaire qu’une principale, hormis cas particulier où l’on ne peut faire autrement pour diverses raisons que d’avoir 2 ou plusieurs logements.
Pour la simple raison qu’on aura toujours un toit sous lequel dormir, contrairement aux squatteurs.

Après, je répète, je ne suis pas forcément pour l’occupation forcée des logements, avec brisage des verrous etc, surtout s’agissant de particuliers.
Je considère simplement que c’est moins grave dans certains cas, sans pour autant dire que c’est normal et qu’il faut laisser faire.


#9936

Tous au trou. Ils auront un toit sur la tête ! :ez:


#9937

xD

Va falloir construire des prisons, c’est déjà surrempli.


#9938

J’aime bien cet article, il y a des liens et tout, on peut voir un peu l’étendue du souci.

Bon, par contre, il ne dit rien ou si peu sur le forçage d’occupation comme pour l’affaire actuellement médiatisée.


#9939

Ayé, @douante est en ligne, ça va souffler


#9940

En effet ça a soufflé, il est reparti en nous mettant un vent monumental, force 7 je dirais :ztfforev:

:sac:


#9941

:hoho:

Excusez moi je déménage demain matin, je suis un peu en transe :obama2:

Pour revenir au sujet : @Xso mélange un peu les lois. Le droit au logement (opposable) est une loi censée garantir l’accès au logement aux gens qui n’arrivent pas à se loger sans l’aide de l’Etat. Selon certains critères (énoncés en partie ici https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F18005), vous pouvez prétendre à un logement social.

Supprimer cette loi me donnerait moins de travail mais serait catastrophique d’un point de vue insertion sociale. J’ai souvenir d’un très bon discours d’Emmanuelle Cosse (oui oui) qui expliquait que la clé de l’insertion sociale était le logement. Et c’est vrai, ça arrive bien avant l’emploi, la culture, la langue etc. Sans logement, on est pas grand chose si ce n’est rien. Le droit au logement est un droit fondamental à mes yeux tout comme l’accès à l’eau.

Après, le cas de l’article, je connais pas trop la situation, j’en parlerai à ma collègue qui gère les cas des expulsions locatives, elle requiert notamment le concours de la force publique (CFP) pour faire appliquer les décisions de justice, elle saura m’expliquer, mais c’est clair que vu comme ça, ça a l’air totalement délirant cette histoire.


#9942

C’est pourtant ce qui ressort de quasi tous les articles qui traitent ce genre d’affaire, les squatteurs brandissent cette excuse “Droit au logement hop chui perché vous pouvez pas me toucher”.
Ça + un truc rapport au froid hivernal comme quoi on pourrait pas les expulser cause ça serait les soumettre à la mort qui tue.

Mais bon, ça arrive tous les hivers, certains cas sont médiatisés, pas d’autres, aucune idée de comment c’est choisi. Et ça reste malgré tout assez marginal, faut pas croire.

M’enfin là ça fait 2 affaires en peu de temps, m’étonnerait pas que le gouvernement nous ponde un de ces 4 une commission de réflexion afin de modifier la loi :edouard1:


#9943

Je pense que c’est un abus de langage tout simplement. Tout cela est extrêmement politique, pour être dedans, je peux vous dire que c’est un peu hallucinant… Et je pense que faire l’amalgame entre “droit au logement” -> J’ai le droit de squatter et “droit au logement” -> Bénéficier de la loi qui m’autorise l’accès à un logement social doit arranger du monde (de droite :sac:).

Ensuite, oui, il y a la trêve hivernale, il est interdit d’expulser des locataires entre le 1er décembre et le 1er avril (je crois). Question de dignité. même si très souvent, c’est le cas en tout cas ou je bosse, des solutions de relogement sont toujours trouvées aux expulsés car ils se retrouvent souvent à la rue avec des dettes dépassant fréquemment les 10k€ et malgré un travail ou deux dans les couples, personne ne veut les loger donc l’Etat leur trouve des trucs (souvent des hébergements).


#9944

Moi aussi ça fait deux ans que j’attends que l’état nous trouve un truc mais toujours rien hein ! :sac:


#9945

Des gens qui s’y connaissent en chaudière gaz ? J’ai plus d’eau chaude ni de chauffage depuis une heure :no:


#9946

Y’a écrit quoi sur la chaudière ?
T’as la notice ?


#9947

tu as payé le gaz ? :sac:


#9948

Nop j’ai même pas de notice, rien.
J’ai vérifié si le truc était bien sur “hiver”, c’est le cas. Gaz non coupé, arrivée d’eau non plus


#9949

La chaudière est allumée et y’a pas de message d’erreur ?

Quand tu démarres de l’eau chaude, il se passe quoi ? Le bruleur se lance ?


#9950

C’est une chaudière assez “vieille” y a juste un petit cadrant rouge mais là y a rien qui s’affiche. Je sais pas si en temps normal il y avait quelque chose ou non.

Quand je démarre l’eau chaude j’ai le “tic” de la chaudière de quand elle s’active, mais là y a pas la flamme du tout


#9951

Si y’a pas de flamme c’est qu’il y a un défaut de bruleur.

Appelle le mec qui fait l’entretien. Normalement c’est de la responsabilite du proprio. Si je dis pas de connerie.


#9952

C’est ça le putain de problème. Nous on a aucun contact avec le proprio, on doit passer par l’agence immobilière… Qui n’est pas ouverte avant Lundi. :hoho:


#9953

Si t’as un trou au niveau de la façade et que tu vois la sortie de la flamme, passe un coup d’aspiro par ce trou. C’est ce que je faisais. Y avait souvent une poussière qui bouchait cela.


#9954

Malheureusement pour toi je crois que le locataire n’est dédommageable qu’à compter de 15 jours consécutifs sans eau chaude. Mon agence m’avait dit ça.

Si tu contactes un chauffagiste par toi meme tu prends le risque que le proprio veuille pas régler la facture.


Suivre @iunctisFR sur Twitter - Mon Discourse - Programme Partenaire amazon.fr : Amazon Prime - Amazon Prime Video - Amazon Audible